1984 – George Orwell : une dystopie classique qui fait frémir

IMG_20170410_084439_453Comment vous dire, aujourd’hui, à quel point je suis contente d’avoir enfin pris le temps de lire ce grand classique du fantastique ? Enfin fantastique si on veut. C’est surtout une dystopie, pure et dure. Surtout dure. Parce qu’il faut bien le dire, on ne rigole pas beaucoup à la lecture de 1984. Tout le contraire. Et pourtant, je trouve Orwell presque visionnaire et c’est un livre important à lire, voire même à étudier au lycée (un cours interdisciplinaire entre l’histoire et le français peut-être).

Résumé : « De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée. » (Babelio)

Tout le monde connaît l’effrayante rengaine : Big Brother vous regarde. Et tout le monde aujourd’hui entend derrière cette appellation de « Big Brother » devenue courante, les USA. Faut dire que depuis que l’on sait ce que l’on sait sur la surveillance des USA sur ses citoyens et le monde, le terme n’est pas volé. Seulement, dans un aujourd’hui encore plus récent, je préfère ne pas jeter la pierre qu’aux USA car ça semble être une manie de gouvernement de vouloir contrôler et surveiller sa population. Quoi qu’on en dise, quoi qu’il soit fait ou pas encore…ça reste, à peu d’exceptions près, une grande ambition des gens de pouvoir.

Vous me trouvez pessimiste ? Ne lisez pas 1984 alors car ça n’arrange rien. Le récit est brut et douloureux. Il offre une description de la vie et du monde totalement désenchantée. Les citoyens (peut-on encore les appeler citoyens quand ils n’ont plus droits ni devoirs), la population est bridée, seulement faite pour travailler et assurer la survie et la bien-aisance d’une élite cachée dont on entend pas parler. Tiens, ça ne vous fait penser à aucun programme de candidat aux élections présidentielles françaises ? Moi si… deux en particuliers : Fillon et Macron. Faciliter la vie des riches, leur permettre de s’enrichir et pour ça, utiliser ce qu’il reste de force aux classes moyennes (puisque les pauvres n’ont plus rien à donner de toute façon).

Je ne voulais pas parler politique sur Pause Earl Grey. Pourtant, il y a des lectures qui amènent inévitablement à ce sujet. Et moi qui voulait poster cette chronique lundi, je la poste finalement avant le premier tour des élections. Parce que c’est maintenant que ce genre de discours comptent un peu.

Alors oui, 1984 est à lire. Je ne noterai pas ce livre pour la bonne et simple raison que noter un classique est inutile. C’est un classique car il a une importance dans l’histoire, dans la culture, dans l’évolution d’une société, d’un pays, du monde. 1984 fait partie de ces livres qui amènent à réfléchir, qui devraient empêcher de faire les même erreurs que d’autres ou que l’on a déjà commise par le passé. 1984 fait ouvrir les yeux sur l’importance de la liberté individuelle et non commerciale, l’importance de la liberté de penser avant tout, oui, mais pas de penser n’importe comment : en réfléchissant. En utilisant les livres d’histoire, les études, en faisant des recherches, en ne prenant pas l’information prémâchée que nous balance les médias mais en creusant plus loin et en croisant les sources pour en venir à se demander la fiabilité de l’information que l’on nous balance, à la vérifier, apprendre aux gens autour de nous et à nos enfants l’importance de réfléchir et se faire sa propre opinion. Et, au final, de prendre les bonnes décisions…

Il est important de nous exprimer dimanche. Parce qu’on nous demande notre avis trop peu souvent ces derniers temps. Nous sommes les citoyens de ce pays et malgré les apparences, sur le papier, c’est nous qui avons le pouvoir. Exerçons-le au lieu de nous en laver les mains.

Finalement, j’ai beaucoup parlé politique. Enfin si on veut. Les programmes restent des opinions. Mais ces opinions nous avons le droit et le devoir de les exprimer. 1984 de George Orwell m’a finalement inspiré un discours très engagé et dans la peur d’une société privée de liberté dans laquelle la population ne disposerait d’aucun droit sur son corps, de ne pas aimer qui ils veulent, de ne pas prier qui ils veulent. Je voterai pour un programme de changement. Un programme qui n’empêche pas les gens de s’aimer, d’être qui ils sont, de croire en ce qu’ils veulent.

Publicités

41 réflexions sur “1984 – George Orwell : une dystopie classique qui fait frémir

  1. superbe chronique, vraiment ! C’est agréable de voir des chronique aussi sur des classiques. C’est important d’en lire tout de même ! J’irai m’intéresser d’un peu plus près à ce livre 🌹

    J'aime

    • Merci ! Oui les chroniques de classique ne sont pas très prisées en général mais c’est important aussi de faire connaître ceux qui nous plaisent ça permet d’échanger dessus et pourquoi pas rendre curieux les lecteurs ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Je veux lire ce livre depuis des lustres! Mais bien sûr je ne l’ai toujours pas fait XD Tu me remotive! Dire que je ne pourrait pas aller voter dimanche… Mais heureusement j’ai déjà fait ma procuration à une personne de confiance, je suis vraiment angoissée pour les résultats j’ai tellement peur de réaliser qu’on vit dans un pays de peur ou personne ne veux voir plus loin que le bout de son nez 😕 Et ou personne ne pense à autre chose que ses petits intérêts…

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cet article ! La lecture de 1984 est bouleversante et fait froid dans le dos. Il est toujours intéressant d’avoir en tête la « police de la pensée » et la « novlangue » au vu des évolutions actuelles de la société…

    J'aime

  4. Je suis tellement d’accord avec toi. J’ai lu ce livre au lycée et à l’époque il m’avait fait peur, je le disais que ce devait être horrible de vivre dans un pays comme ça… Et aujourd’hui, quand je vois tout ce qu’il se passe, je me dis que nous n’en sommes pas loin, et cela me fait toujours aussi peur. Il est des moments fondateurs, cruciaux pour un pays, et je crois que ces élections en feront partie.

    J'aime

  5. Excellent article, avec un ton qui prend aux tripes !
    Orwell est a lire absolument, je suis vraiment contente que mes profs me l’aient fait étudier (1984 + La ferme des animaux sont incontournables… et n’ont malheureusement pas pris une ride…)

    J'aime

  6. Pingback: 1984 | Le Bibliocosme

  7. Très bel article ! Je me suis moi aussi finalement décidée à le lire l’année dernière et je partage tout à fait ton opinion (sur le roman comme sur la conjecture politique actuelle^^)

    J'aime

  8. C’est un livre que j’ai beaucoup aimé et qui m’a marqué! Je trouve de George Orwell a su faire preuve d’une lucidité hors du commun sur notre société. C’est vrai que les thèmes ne font pas rêver et son assez déprimants, mais ce livre doit vraiment être lu!

    J'aime

  9. Nous ne sommes pas déjà en plein dans 1984 ?
    Pour moi si, et depuis belle lurette. Tu n’as qu’à regarder quel terme est utilisé pour désigner tout un chacun dans l’administration : les assujettis, un terme qui remonte au temps des sujets des monarchies françaises ou les administrés. Citoyens, jamais, sauf pour les élections pour finir de bien nous prendre pour des pions.
    Bref, 1984 est bien à notre porte.

    J'aime

  10. C’est vrai que c’est une lecture très marquante… Il faudrait d’ailleurs que je le relise à l’occasion, il est toujours bon de se le remettre en mémoire, surtout en ce moment, comme tu le dis si bien

    J'aime

  11. J’adore ton avis sur ce livre, ce cynisme d’Orwell appliqué à la politique actuelle ne peut que faire de douloureux échos et je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait qu’on ne peut pas vraiment parler de ce livre sans déborder et s’interroger sur notre société actuelle.
    Je te rejoins un peu moins sur l’inscription de ce livre au programme des collèges/lycées pour la raison assez simple que j’avais tenté de lire ce livre durant mon adolescence et ne l’avais pas du tout apprécié, au point de l’abandonner en cours de route et de le dédaigner plusieurs années avant d’accepter de retenter l’expérience. Peut-être n’était-ce que moi, mais il me semble vraiment compliqué à aborder, à comprendre (surtout au démarrage) et je ne suis pas sûre qu’il parle tant que ça à un public adolescent. Super intéressant à étudier, oui, mais plus tard, je pense ! Un livre plus abordable et quand même parlant serait La Ferme des Animaux : il fait autant réfléchir sans décourager de jeunes lecteurs pas toujours si à l’aise que ça avec la littérature.
    Enfin, pour ce qui est de Big Brother, j’avoue que je n’y ai jamais vu les USA derrière, personnellement ! Je comprends le parallèle et maintenant que tu le mets en évidence, je ne peux pas te contredire (les grosses compagnies qui collectent toujours plus de données, style Google et compagnie, c’est telement ça…) mais moi j’y ai toujours vu l’oppression politique et ses dérives de manière beaucoup plus générale que cantonnée à un seul pays. Du coup, j’adhère beaucoup plus quand tu le compares aux problèmes français actuels et que tu démontres bien que, bah, c’est un peu partout pareil, à de rares exceptions près.

    J'aime

    • Dans le cadre de l’école, je pensais surtout à étudier des morceaux choisis par les enseignants pour développer l’esprit critique et pourquoi pas ensuite la curiosité des élèves à le lire dans son intégralité une fois les enjeux du texte mis à jour. (Je vais pas te faire une fiche de cours mais bon je vois assez bien le truc sans trop souler les élèves xD)
      En tout cas…c’est valable pour toutes les nations/sociétés etc… mais bon, c’est pas demain que ça va changer je pense ^^ »

      Aimé par 1 personne

      • Eh bien depuis ce message, j’ai découvert que 1984 faisait partie des lectures cursives (donc non obligatoires, à choisir parmi une liste) pour compléter les textes étudiés pour certaines filières du bac. Servant à enrichir la discussion lors de l’entretien de l’oral. Donc ton idée est plus que bonne ! ^^

        Aimé par 1 personne

  12. Pingback: L’heure du bilan | Avril | Pause Earl Grey

  13. J’ai eu la chance cette année d’avoir eu une super prof qui m’a fait plonger le nez dans des classiques comme « 1984 » qui m’a également marqué. C’est une lecture effrayante par son réalisme dont je pense me rappeler longtemps ! Merci pour ta chronique qui j’espère poussera les plus sceptiques à se jeter dans ce classique intemporel (bien malheureusement…) !

    J'aime

    • J’aurai beaucoup aimé l’étudier en cours ce livre, tu as eu beaucoup de chance ! Il est très important dans la compréhension du fonctionnement de la société !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s