La Rose et la Tour – Fiona McIntosh

IMG_20160719_200140Je lis assez peu de romance de manière générale. Pourquoi ? Je pense que c’est parce-que je suis plus difficile à satisfaire dans ce genre littéraire. Du coup, lorsque j’ai envie d’en lire, je commence toujours ma lecture avec beaucoup d’appréhension car il y a de fortes chances que le livre ne me plaise pas, voire me plaise sans plus car il véhicule des idées du couples, de la place de l’homme et de la femme que je ne partage pas. Pour être assez sûre d’au moins aimer un aspect du livre, je pars sur de la romance historique, d’où mon choix de La Rose et la Tour de Fiona McIntosh. Et je n’ai pas été déçue.

Résumé : La clé de son avenir se trouve dans le passé…En 1715, le comte de Nithsdale rejoint la rébellion jacobite écossaise. Accusé de trahison, il est emprisonné à la Tour de Londres où il attend son exécution.Deux siècles plus tard, Jane Granger se fiance avec Will, un descendant des Nithsdale. Lorsque Will tombe dans le coma, Jane fait le serment de le sauver. Par un caprice du destin, elle se retrouve plongée au coeur du XVIIIe siècle et est convaincue que Will se réveillera si elle parvient à libérer le comte de Nithsdale. Mais elle rencontre alors un séduisant lord qui pourrait bouleverser sa vie dans le passé comme dans le futur… (Babelio)

Inspiration Outlander : un juste équilibre

J’avais lu quelques chroniques reprochant à La Rose et la Tour sa ressemblance trop forte avec la saga de Diane Gabaldon, Outlander (Le chardon et le tartan). Effectivement, le résumé peut y faire vraiment penser. Pourtant, en avançant dans ma lecture, même si j’étais à l’affût du petit truc qui serait en trop par rapport à une histoire originale, je n’en ai pas trouvé. Et j’ai cherché!

Certes, la jeune femme voyage dans le temps et tombe amoureuse. Pour autant, la forme du voyage en question n’a absolument rien à voir avec celui d’Outlander. Je préfère vous laisser la surprise sur l’explication, encore plus si vous êtes fan d’Outlander. Le fait est que l’homme que Jane doit sauver au XVIIIe siècle est le mari d’une autre.

De plus, le livre est en un seul tome et de fait, ça n’a rien à voir avec la fresque de vie que nous conte Gabaldon. Pour ma part donc, si on reste dans la même thématique de roman et la même période historique, ils ne sont pas comparables. Au contraire, quand on aime l’un, on ne peut qu’aimer l’autre.

Une femme qui mène l’action

Le personnage principal de notre histoire est Jane Granger. Loin d’être elle-même une féministe virulente, elle est une femme banale qui ne se pose pas trop de question, ne s’en est jamais vraiment posé et n’a jamais du s’en poser d’ailleurs. Issue d’une famille aisée, elle avance dans la vie assez facilement sans avoir une grande personnalité au début de notre histoire.

Ce sont ses fiançailles avec Will qui vont commencer à la travailler sur ce qu’elle souhaite vraiment dans la vie. C’est une romance, ses questions portent inévitablement sur son sentiment amoureux. Elle doute et elle doute jusqu’au bout. Un sentiment bien humain au fond.

C’est son aventure spéciale au XVIIIe siècle en Grande-Bretagne qui va la changer complètement. Elle va continuer à se poser des questions, trouver des réponses mais surtout rester fidèle à elle-même et à une certaine loyauté qui va la faire grandir. Parce-qu’au delà de ses doutes, c’est sa loyauté que je retiens, envers elle mais aussi envers ses engagements et les solutions qu’elle trouve lui permettent de concilier les deux.

Toute l’histoire repose autour d’elle et des décisions qu’elle choisit de prendre seule. Pas de coup du sort, pas de hasard. La jeune femme est seule maîtresse de son destin et c’est ce qui m’a beaucoup plu dans ce livre. Elle brave l’hiver et les routes enneigées pour un choix et une loyauté qu’elle décide de respecter. Je trouve ça vraiment exaltant et sans en faire une héroïne, Fiona McIntosh fait de Jane l’héroïne de sa propre vie et on ne peut qu’admirer son courage et sa détermination.

Lire ou ne pas lire : La Rose et la Tour  de Fiona McIntosh ?

 Moi qui suis difficile en romances, je dois dire que je me suis régalée avec ce livre. D’abord son côté historique qui m’a attiré dès le départ et qui est suffisamment abordé pour ne pas se sentir floué mais pas trop pour ne pas se perdre dans les détails. Ensuite, la romance est très bien traitée avec une vision du couple plutôt moderne qui me plaît beaucoup. Je me suis très facilement attachée à l’héroïne et je ne regrette absolument pas mon choix.

C’est un livre qui plaira à tous les fans d’Outlander et de l’Ecosse, c’est sûr ! Et pour l’été (et même le restant de l’année) c’est une lecture très agréable.

Ma note : 18/20

Publicités

9 réflexions sur “La Rose et la Tour – Fiona McIntosh

    • J’ai écrit une partie sur Outlander car j’ai vu souvent des références dans d’autres chroniques et du coup je voulais défendre ce livre. Mais en tout cas si la thématique te plait tu peux même tenter les deux, sachant que la Rose et la Tour n’a qu’un seul tome (Outlander est une longue saga encore en cours d’écriture)

      J'aime

  1. J’ai regardé la série télévisée Outlander et ai été charmée et conquise. Et tu dis que les deux se complètent.. il faut donc que je lise ce livre!

    J'aime

  2. Pingback: L’heure du bilan : mois d’août | Pause Earl Grey

  3. Pingback: Pause Earl Grey souffle ses premières bougies [Concours] | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s