La louve et la croix – S.A. Swann : Moyen-âge & loup-garou

img_20161030_205721Voilà une lecture que j’ai terminé pile poil le 31 octobre dernier et autant vous dire qu’elle a été très saisonnière. J’ai mis le mois entier à lire ce livre, entrecoupant cette lecture avec deux lectures communes. J’en suis finalement venue à bout et j’ai pris un peu de recul pour savoir pourquoi j’ai mis autant de temps à lire La Louve et la croix de S.A. Swann.

Résumé : Au coeur des sombres forêts des Carpates, frère Semyon von Kassel, chevalier de l’ordre de l’Hôpital Sainte-Marie-des-Allemands de Jérusalem, court comme s’il avait le diable aux trousses. Une bête monstrueuse, mi-homme mi-loup, a décimé ses compagnons. Grâce à lui, l’Église va en faire une arme à son service : les chevaliers Teutoniques recueillent et dressent clandestinement ces terrifiantes créatures pour terroriser les païens. Or l’un de ces loups-garous, une fille nommée Lilly, réussit à s’échapper et trouve refuge auprès d’un jeune paysan qui fera tout pour la protéger des Templiers. mais aussi d’elle-même. Car la sauvagerie du meurtre est la seule vie que Lilly ait jamais connue et si le jeune homme ne parvient pas à percer les ténèbres de son âme, il sera sa prochaine victime. 

Le plus bizarre avec cette lecture, c’est que je n’ai pas détesté même si je n’ai pas réussi à vraiment entrer dans l’histoire. Pour tout dire, je n’ai pas trouvé la raison exacte du pourquoi du comment, mise à part que le début du mois d’octobre a été un peu chaotique pour moi et que du coup, ça a surement influencé mon appréhension de ce livre. Je vais donc mettre ce sentiment de côté.

L’histoire est peut-être un peu longue à se mettre en place. Durant très longtemps, on se demande où l’auteur veut en venir, qui est « cette louve » dans le titre et ce qui se passe réellement. Les flashbacks m’ont beaucoup perturbée car je l’ai lu de façon trop découpé et j’avais du mal à rapprocher tous les éléments de l’histoire.

Pourtant, après avoir terminé cette lecture, je trouve que ce parti pris de S.A. Swann est audacieux et même très intéressant. Je regrette un peu, du coup, d’avoir lu le livre de cette façon car il mériterait bien plus d’attention. Au final, pas de grosse intrigue, pas de questions métaphysiques ou des sentiments qui se veulent plus profonds qu’ils ne sont. Il y a simplement cette jeune femme, Lilly, différente des autres et qui tente d’avoir une vie à peu près comme les autres. Elle est traquée, elle tombe amoureuse, elle a un passé horrible, mais au final rien ne paraît trop ni pas assez et c’est ce qui rend le livre bien meilleur que ce que j’ai pu croire au début.

Lire ou ne pas lire : La Louve et la croix de S.A. Swann ?

Au final, oui, je vous recommande La Louve et la croix de S.A. Swann tout en vous prévenant de vous accrocher peut-être un peu plus longtemps que pour d’autres livres. Il en vaut quand même le détour. J’ai beaucoup aimé l’originalité d’aborder le thème du loup-garou dans un contexte médiéval et d’implantation du christianisme en Europe.

N’hésitez pas à tenter l’expérience cet hiver ou pour Halloween prochain (oui je pense que c’est un livre idéal pour la saison froide).

Ma note : 16/20

Publicités

3 réflexions sur “La louve et la croix – S.A. Swann : Moyen-âge & loup-garou

  1. Pingback: L’heure du bilan – Novembre | Pause Earl Grey

  2. Peut-être parce que j’en attendais beaucoup, mais je me souviens que pour ma part, j’avais détesté, profondément ennuyée…
    J’applaudis l’exercice de jongler avec les flash-back ceci dit, car c’est assez laborieux, mais ce qui me posait problème, c’est cette galerie de personnages assez insipides… Et cette fin très manichéenne, même J. K. Rowling, pour sa saga jeunesse, n’était pas tombée dans une telle extrémité.
    C’est dommage sachant que les loups-garous font partis de mes créatures fétiches, mais bon…

    J'aime

    • Avec du recul (j’ai lu le livre l’été dernier), c’est une lecture qui ne m’a pas énormément marquée. Y’a du bon mais y’a aussi du moins bon, après tout dépend le lecteur s’il arrive à passer outre les choses moins bonnes. Le plus déstabilisant (mais original je trouve) c’est la manière dont est traité l’aspect loups-garous : plutôt du genre monstre de frankenstein que comme le comte Dracula…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s