Une bonne âme – Audrey Perri : une belle plume pour ce fait divers victorien glaçant

IMG_20171231_121812_504Lorsque j’ai croisé le résumé de Une bonne âme, je savais déjà que j’allais lire ce livre tôt ou tard. En plus, il s’agit du premier roman d’une collègue blogueuse, doublement collègue puisqu’elle écrit aussi ! Avec Une bonne âme, le lecteur est bien loin des bons sentiments récurrents dans les romans (et que d’ailleurs j’affectionne). Non. Audrey Perri a choisi de plonger son lecteur dans une misère sombre et sans fond, une misère qui arrache le cœur autant que les larmes de colère d’un Londres victorien caractérisé par l’ultra-riche d’un côté et l’ultra-pauvre de l’autre. Tiens… ce clivage social me fait penser à quelque chose… Mais revenons au livre et à son résumé.

Résumé : Londres, 1899.
Florence Jones, jeune mère célibataire, décide de faire adopter sa fille Sélina, faute de pouvoir la garder auprès d’elle. Elle se tourne alors vers Mrs Hewetson, l’une de ces fermières de bébés qui pullulent dans la capitale et qui affirme pouvoir s’occuper de son enfant. Mais Florence ignore encore que cette femme, loin d’être la bonne âme qu’elle prétend être, est déjà impliquée dans la disparition de nombreux enfants… (Babelio)

Audrey Perri s’est inspirée d’un fait divers victorien pour écrire ce roman. Un fait divers particulièrement noir et sombre à propos des fermières à bébé de l’époque. N’ayant pas l’habitude (ni même la volonté) de lire (et écrire) des récits dont les sujets sont aussi durs, autant dire que je n’étais pas forcément le public cible même si le contexte historique me plaisait. Dès le prologue, le lecteur plonge dans la misère et pratiquement la folie. Ce n’était pas gagné, je ne savais pas si j’allais pouvoir lire jusqu’au bout, si mon cœur allait tenir le choc.

C’est la merveilleuse plume d’Audrey qui m’a permis de découvrir entièrement ce roman et je dois bien avouer que j’ai passé un très bon moment de lecture malgré le sujet difficile. Ce qui a été assez décisif pour moi, c’est la construction du personnage d’Ada. Sa cruauté est compensée par une narration introspective qui dévoile au lecteur tout son passé et qui, de fait, permet de comprendre (ou en tout cas atténuer) son comportement. Certes on trouve quelques répétitions et notamment un tic d’auteur assez récurrent au début (qui finit par disparaître ensuite), mais Audrey Perri a clairement beaucoup de potentiel et de choses à nous montrer.

L’introspection, c’est toute la force de ce roman, à mes yeux. Raconter l’histoire d’une fille-mère qui choisit, par nécessité, de laisser son enfant à une fermière de bébé londonienne n’est pas facile car les rebondissements ne vont pas de soi. L’action se déroule lentement, tout doucement, en prenant son temps, en prenant le temps de comprendre l’état d’esprit des personnages, le pourquoi de leurs choix, leurs doutes. Et c’est appréciable dans la société-zapping dans laquelle on est. Moi-même j’ai tendance à préférer quand l’action est vive et dynamique mais je dois bien reconnaître que prendre son temps est tout aussi bien.

Une bonne âme est avant tout une histoire de femmes. Les hommes jouent un peu les artifices dans ce livre et moi qui râle quand je ne vois pas de personnages féminins dans les romans, pour le coup je suis servie. Je suis tellement bien servie que les caractères et profils des femmes sont divers et variés, loin des clichés que l’on peut trouver parfois.

Lire ou ne pas lire : Une bonne âme d’Audrey Perri ?

Comment ne pas vous conseiller ce premier roman de l’auteure ? Impossible. Il a tous les ingrédients pour pouvoir passer un bon moment. Il faut être au courant que le sujet est difficile mais la plume est agréable à lire et le choix de l’introspection rend le roman agréable à lire et découvrir.
En plus de cela, Audrey Perri n’est autre que la blogueuse Cellardoor alors c’est plutôt chouette de soutenir des collègues. Il semble d’ailleurs qu’elle a annoncé sur son blog récemment qu’un prochain livre est en préparation de publication pour le printemps. Je sais d’ores et déjà que je lirai ce 2e roman, tôt ou tard !!

Alors, vous vous laissez tenter ?

Publicités

11 réflexions sur “Une bonne âme – Audrey Perri : une belle plume pour ce fait divers victorien glaçant

  1. Une protagoniste forte, des personnages féminins non stéréotypés et le contexte du roman sont tout autant d’éléments qui me donnent en effet envie de le lire 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.