Les Dames de l’Agave – Catherine Clément : célébrations païennes

IMG_20170622_110042_077J’ai lu ce court roman il y a quelques semaines. Conseillé par ma mère, j’étais très enthousiaste par l’aspect de fêtes païennes qui se traduisait dans le résumé du livre de Catherine Clément. Les Dames de l’Agave n’a finalement pas tenu son contrat pour ma part, mais pourquoi ?

Résumé : Que font les dames de l’Agave, la nuit, au son des flûtes et des tambours ? Où vont-elles quand elles disparaissent et reviennent fourbues, les vêtements tachés de sang et de vin ? Une bien mystérieuse affaire pour le professeur Jean Le Bihouic… (Booknode)

Nous nous retrouvons ici avec un récit court construit autour d’un mystère : un groupe de femmes qui font des trucs un peu bizarre dans une forêt écartée d’un village français. En soi, le concept promettait un récit frais, sympathique et mystérieux.

Le problème, c’est le personnage principal et les personnages secondaires. Pour tout dire, je ne sais pas quel message a voulu faire passer Catherine Clément avec ce livre mais le fait est que le professeur Jean Le Bihouic est particulièrement archaïque quant à la place des femmes dans la société, et les habitants du village frisent le racisme à l’excès. Or, on ne voit l’histoire qu’à travers leurs yeux considérant que ces femmes qui dansent ensemble autour d’un feu la nuit sont toutes folles, cinglées, bonnes à enfermées etc etc etc… C’est l’écueil garanti. Le message que j’ai ressenti n’a rien de positif et tout de ce que je déteste, ajoutant à ça que le personnage principal du professeur m’est au fur et à mesure devenu de plus en plus antipathique.

giphy1

Moi devant certains (tous les) clichés qui ont la vie dure

Moi qui m’attendait à une certaine ouverture d’esprit sur d’autres types de croyance, je me suis retrouvée au milieu d’une histoire de conservateurs (j’insiste sur le masculin) racistes ayant une « sainte » peur de tout ce qui est différent de leur petit train-train quotidien… Quelle bonne image des villages français sans aucun doute clichée et réductrice. Bref, vous l’avez deviné, ce livre ne me laissera pas une trace impérissable en tête. Je crois bien que je l’oublierai dès le mois prochain. Vous pouvez donc passer votre chemin si ce livre croise votre route… Je doute que vous appréciez ce court texte si vous suivez mon blog et partagez certaines de mes convictions.

giphy

Mes attentes VS. Le livre

Publicités

3 réflexions sur “Les Dames de l’Agave – Catherine Clément : célébrations païennes

  1. Pingback: L’heure du bilan | Juillet | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s