Throwback Thursday Livresque #16 – Minorités

throwback

Coucou les booklovers,

Aujourd’hui, comme tous les jeudis, c’est le Throwback Thursday Livresque de Bettie Rose Books. Cette semaine, le thème est intéressant et beaucoup de livres dont j’ai déjà parlé dans des précédents TTL auraient pu totalement convenir ici. Le thème est donc Minorités, notamment LGBT mais également de tous horizons. Intéressant mais finalement pas évident de faire un choix.

J’aurai pu vous parler des Chroniques de San Francisco d’Armistead Maupin ou de la biographie de Christopher Isherwood… mais c’est déjà fait et je suis bien embêtée car ce sont là vraiment mes gros coups de coeur du genre. J’aurai aussi pu vous parler des Chroniques des Vampires d’Anne Rice qui sont clairement une minorité dans son univers mais je trouve ça dommage… J’ai donc farfouillé plus en profondeur dans ma bibliothèque et j’y ai déniché une petite perle qui a également été un coup de coeur.

Anything goes – John Barrowman

Je vous épargne le résumé en VO, d’autant que l’idée est très simple : il s’agit tout simplement de l’autobiographie de John Barrowman aka Captain Jack Harckness dans Doctor Who pour celles et ceux qui connaissent.

Mon avis : Cette lecture avait tout simplement été une lecture de fangirl. Jack Harckness est l’un de mes personnages favoris dans la série mythique de la BBC et John Barrowman est l’un de mes personnages people préféré également. Ouvertement gay (non ce n’est pas parce qu’il est du RU!…Enfin si…sans doute), il assume, il s’en réclame, il n’a honte de rien (et pourquoi avoir honte de toute façon!). Son livre est d’un croustillant formidable avec des anecdotes qui font vraiment rire. Il y raconte des petites choses sur son passé, son enfance bien évidemment, comment il a « découvert » qu’il était gay, mais aussi sur son tournage dans Doctor Who et sur sa relation avec Scott Gill avec qui il est pacsé depuis longtemps maintenant.

Sont-ils pas trop adorables ?!
Sont-ils pas trop adorables ?!

Ce que j’apprécie chez cet homme c’est le fait que ce soit une personnalité entière, rempli de positif, qui cherche sans arrêt à se montrer, oui mais sans jamais se prendre la tête. Bien sûr, il a du forcément vivre des moments moins drôles dans sa vie, mais son autobiographie est un condensé de bonne humeur à lire quand on a pas le moral comme un meilleur ami pourrait venir vous raconter des blagues ou ses derniers déboires pour vous remonter.

Seul bémol pour nous pauvres fans français… Le livre n’a pas été traduit, il faut donc maîtriser un minimum la langue de Shakespeare pour s’y mettre. Mais si vous maîtrisez ce minimum, le niveau de langue n’est clairement pas complexe d’autant que c’est du langage courant (les adeptes de la VO suivront forcément).

Avez-vous déjà lu des autobiographies ? Avez-vous des idoles qui vous remontent toujours le moral ?

Throwback Thursday Livresque #7 – Candy Cane

throwback

Coucou les booklovers,

Le jeudi c’est Bettie ! Pour ce nouveau rendez-vous du Throwback Thursday Livresque, c’est le thème « Candy Cane » qui est à l’honneur ! Bon c’est un peu vaste mais Bettie nous a précisé qu’elle entendait plutôt des livres « feel good », une expression de suite beaucoup plus parlante. Pour tout dire, ce n’est pas vraiment mon genre de lecture mais j’en ai lu quelques uns dont un qui m’a énormément marqué. Je vous en parle tout de suite après vous avoir partagé le livre Candy Cane de Bettie Rose Books.

Le plus bel endroit du monde est ici –
Francesc Miralles & Care Santos

Résumé : Iris, âgée de trente-six ans, est bouleversée par la mort de ses parents dans un accident de voiture. Par un après-midi froid et gris où rien ne semble plus avoir de sens, elle songe à commettre l’irréparable. Quand soudain, elle découvre un petit café auquel elle n’avait jamais prêté attention. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, ayant éveillé sa curiosité, elle décide de pousser la porte et d’aller s’asseoir à une table. Un jeune Italien vient bientôt l’y rejoindre, il se prénomme Luca. Ensemble, ils commencent à évoquer la vie d’Iris. Pendant six jours d’affilée, ils se retrouvent au même endroit et, progressivement, Iris semble sortir la tête de l’eau. Mais au septième jour, Luca demeure introuvable. Iris comprend qu’elle ne le reverra plus. Ce qu’elle ignore en revanche ce sont les raisons de sa disparition. Mais une chose est certaine, la semaine qui vient de s’écouler avait quelque chose de magique… Au sens propre du terme. (Babelio)

Mon avis : Certes le début du livre ne semble pas vraiment donner une ambiance feel good au livre, pourtant c’est avec beaucoup de douceur que l’espoir s’immisce dans le récit. Cet espoir redonne vie à Iris mais aussi au lecteur. C’est un livre qui n’est pas prétentieux, il se lit tout seul du haut de sa petite centaine de pages. On en ressort avec un nouvel appétit, celui de savourer chaque moment de la vie, de ne pas se laisser emporter par les vagues de malheurs qui s’acharnent parfois, l’éclaircie arrive forcément après. Ce livre correspond totalement à la philosophie de vie : prendre les choses comme elles viennent, essayer de voir le positif dans le négatif. Des choses qui ne sont pas évidentes à faire mais qui permettent de trouver enfin le bonheur par un amoncellement de moments heureux.

Et vous quelle est votre philosophie de vie ?

Bonne journée à tous !

Throwback Thursday Livresque #3 : Love

throwback

Jeudi sonne l’heure du Throwback Thursday Livresque de Bettie Rose Books. Et cette semaine, l’amour est mis à l’honneur, il faut dire qu’on en a jamais eu plus besoin que depuis hier. Vous pouvez d’ores et déjà retrouver le TBT Livresque Love de Bettie sur son blog !

Il faut que je l’admette, ce thème m’a posé quelques problèmes. Même si on trouve, plus ou moins, du love sous toutes ses formes dans beaucoup de livres, je me suis quand même aperçue que je n’avais pas forcément le big livre d’amour dans ma bibliothèque (du moins pas suffisamment bon pour vous le conseiller). Alors j’ai élargi un peu, ouvert mon esprit à la totalité des livres que j’avais lu et finalement, j’ai eu une révélation. Je ne vous propose pas un livre, mais une saga (promis, les livres se lisent très facilement).

Les Chroniques de San Francisco – Armistead Maupin

Résumé du tome 1 : San Francisco et sa fameuse baie, ses tramways cahotant dans les rues en pente, son pont du Golden Gate, compte désormais un monument de plus : le 28, Barbary Lane, une pension de famille tenue par la pittoresque Anna Madrigal qui materne ses locataires avec une inépuisable gentillesse. Et ils en ont tous bien besoin, car « s’il ne pleut jamais en Californie, les larmes en revanche peuvent y couler à flots ». Ils le savent bien, Mary Ann, venue de Cleveland dans cette ville qui a le don de décoincer les gens, Mona qui vient de perdre son emploi, Michael qui cherche vainement l’homme de sa vie…(Babelio)

Les Chroniques de San Francisco comporte 9 tomes écrit sous forme de chroniques et non de chapitres. Le style est très fluide et j’ai été très impressionnée de la rapidité avec laquelle on peut lire 300 pages quand le récit est écrit ainsi. Mais revenons au thème car oui, oui, je vous assure je suis dans le thème ! Sauf qu’il n’y a pas une seule histoire d’amour. On suit la vie amoureuse de chacun des personnages et tous ont leurs particularités, leurs défauts, leurs joies et leurs déboires.

Le premier tome nous accroche, on s’attache déjà à Mary-Ann et Michael, et au fil des tomes on en vient à tous les apprécier sans exception. On pleure ou on rit, avec eux. Cette saga est rempli de LOVE sous toutes ses formes : amis, parents, frère, sœur, hétéro, gay, trans…. tout y passe. C’est un condensé d’émotion. Et c’est un vrai baume pour le cœur.

Vous l’avez déjà lu ? Vous connaissiez Armistead Maupin ?

Bonne journée à tous et toutes !

Throwback Thursday Livresque #1

throwback

Depuis que Bettie Rose a lancé son Throwback Thursday, je me tâtais à participer. En ce moment, je cours un peu après le temps et je n’étais pas sûre de tenir longtemps. Mais l’envie est plus forte et je vais faire de mon mieux pour vous proposer des livres sympathiques durant ce petit article hebdomadaire. Vous pouvez retrouver retrouver son joli blog sur Bettie Rose Books ainsi que son Throwback Thursday de cette semaine.

Ce nouveau rendez-vous est inauguré avec une semaine dont le thème est FRISSON.

Pour éviter de me répéter, je ne choisirais pas l’un des livres que je vous avais conseillé de lire pour Halloween il y a quelques jours, ça ne servirait à rien. Je vais donc innover et pour frissonner, je vous propose un classique qui émoustille l’imagination.

Le Portrait de Dorian Gray – Oscar Wilde

Oscar Wilde est un de mes auteurs favoris, que j’ai beaucoup étudié durant mes études, mon seul regret c’est de ne pas vous en parler autant que je le vaudrais sur le blog car j’ai déjà lu toute sa bibliographie. Je pense les relire un jour mais ce ne sera pas pour tout de suite et en attendant, je suis frustrée.

Je profite donc de ce Throwback Thursday pour vous proposer Le Portrait de Dorian Gray, unique roman de Wilde qui dépeint une société victorienne aussi hypocrite que dépravée et lugubre. Le jeune dandy, Dorian Gray, fait faire son portrait par un peintre et durant la création de ce tableau, il fait un vœu qui va le lier pour le meilleur et surtout pour le pire à sa toile.

Tout le monde connaît son histoire, des films ont été tiré de ce livre dont le plus récent  avec Ben Barnes dans le rôle titre (sans oublier Colin Firth, le seul et l’unique) :

Les critiques sont mitigées sur ce film, mais pour ma part, j’avais beaucoup aimé et retrouvé une ambiance que j’avais ressenti durant ma lecture du livre. Le film va évidemment beaucoup plus loin que le livre et ce que Wilde suggère et laisse imaginer au lecteur car il ne pouvait peut-être tout simplement pas l’écrire à son époque, le film le montre sans aucune honte.

Voilà pour ce tout premier Throwback Thursday livresque, j’espère qu’il vous a plu et qu’il vous a donné envie vous (re)plonger dans Le Portrait de Dorian Grey histoire de frissonner un peu.