L’Assassin Royal – Robin Hobb : saga coup de coeur

J’attendais depuis longtemps de vous écrire une petite chronique sur L’Assassin Royal de Robin Hobb, seulement voilà : la saga est assez longue et je voulais donc avoir lu la totalité pour pouvoir vous donner un point de vue global sur cette histoire. Il m’a fallu 3 ans pour lire les deux périodes de L’Assassin Royal et ses 13 tomes mais j’ai finalement terminé ce mois de Novembre et je peux enfin vous donner mon avis !

Résumé : Durant ces 13 tomes, on suit la vie et les aventures de FitzChevalerie Loinvoyant. Enfant bâtard du prince héritier de Castlecerf : Chevalerie Loinvoyant désormais décédé, Fitz est laissé à l’éducation de Burrich, le palefrenier du château, sous les ordres de son grand-père, actuel roi de Castlecerf. C’est l’histoire de base. Par la suite, Fitz découvre des « dons » qui vont lui faire jouer un rôle essentiel dans l’histoire du royaume. Le lecteur suit ses rencontres, ses amours, ses amitiés avec toujours beaucoup de finesse, de subtilité et surtout, de profondeurs. Son amitié avec un loup et un fou changeront irrémédiablement sa vie.

Une saga longue : une construction en douceur et intimiste

Alors oui, je vois déjà ceux du fond qui lèvent les yeux : la saga est longue. 13 tomes. Et c’est sans compter la suite, un 3e cycle que je n’ai pas encore lu. Cependant, les tomes ne sont pas très longs et – si mes souvenirs sont bons – ne dépassent jamais les 400 pages (sur liseuse). 400 pages dans un style extrêmement fluide. Autant dire que ça se lit très vite.

Pourtant, ces 13 tomes sont utiles et permettent de suivre au plus près la vie d’un jeune garçon  apprenant la vie et se retrouvant au coeur des changements du monde dans lequel il vit. Au fil des tomes, je me suis surprise à me sentir de plus en plus proche de Fitz. Même si parfois, il prend des décisions que je n’approuve pas. Au contraire, c’est une sorte de sentiment de fraternel qui se développe pour ce personnage, tellement que j’en pleurais chaque fois qu’il lui arrivait le pire.

Alors au fond, 13 tomes…c’est presque trop peu. Et j’ai terminé le dernier livre en ayant hâte de découvrir la suite avec le tome 1 du Fou et de l’assassin.

Des intrigues parfaitement dosées et bien menées : l’équation parfaite pour une bonne saga

Evidemment, les personnages ne font pas tout. C’est aussi une histoire d’intrigue qui tient la route, à la fois sur un tome ET sur la saga. C’est ce que j’ai apprécié également dans cette série. La construction de l’intrigue est extrêmement bien faite car on y trouve une réelle profondeur. Chacun des tomes possède son intrigue propre et j’adore ça. Du moment que le récit est coupé de cette façon, je trouve ça plus logique et intéressant d’avoir au moins une intrigue par tome, c’est le minimum selon moi car cela permet de réellement finir une histoire et de ne pas rester suspendu dans l’espace-temps. Enfin, pas en totalité. Car on trouve également une intrigue par périodes : tomes 1 à 6, puis tomes 7 à 13. Ces intrigue permet au lecteur de resté intéressé par cette lecture, dans la première période à propos du prince Vérité, dans le deuxième période à propos de l’avenir de Castlecerf. Bien évidement, Fitz joue un rôle important dans tout ça. Enfin, certes moins présente mais tout de même, j’ai également trouvé une intrigue sur la totalité de la saga concernant Fitz, résolue à la fin du tome 13.

Bref, c’est une saga dans laquelle il se passe beaucoup de choses mais qui, pour moi, ont toutes de l’intérêt. Dans certaines critiques que j’ai lu, j’ai retrouvé l’aspect des longueurs, notamment dans les tomes se déroulant principalement à Castlecerf et donc plus centrés sur l’organisation politique et géopolitique de ce royaume. Pour ma part, ça ne m’a pas dérangé. J’y ai même trouvé beaucoup d’intérêt car Fitz étant toujours présent, on suit encore ses pérégrinations tout en découvrant un peu plus l’univers riche et construit avec beaucoup de précision par Robin Hobb.

Lire ou ne pas lire : L’Assassin Royal de Robin Hobb ?

Vous l’avez sans doute compris, cette saga est un gros coup de coeur pour moi. Je ne saurais trop vous la conseiller. Je l’avais commencé « en attendant » la suite du Trône de Fer et finalement, j’ai découvert une saga tellement riche qu’elle en dépasse cette autre saga car en plus de cette profondeur de l’univers, l’écriture est beaucoup plus fluide que celle de G. Martin donc plus facile à lire. J’ai adoré l’intimité que Robin Hobb développe au fil des tomes avec Fitz et j’ai été très triste de terminer ce treizième tome. J’ai hâte de m’attaquer aux Aventuriers de la mer et Le Fou et l’Assassin.

P.S. : Mention spéciale au Fou, le meilleur personnage du monde.

Vous l’avez peut-être déjà lu ? Est-ce un coup de coeur comme pour moi ?

Ma note : 20/20

Mes lectures prévues de septembre

Je ne sais pas vous mais j’aime bien prévoir mes pile-à-lire de mois en mois. Je me suis dit que ça pourrait être sympathique de vous les proposer même si il arrive souvent que ces piles soient provisoires. Des services presse se rajoutent parfois, d’autres fois c’est simplement mon envie qui change au cours du mois et qui dérange cette prévision. Le fait que j’espère quand même m’y tenir et que pour le moment, mon mois de septembre s’annonce sous le signe de la romance. Mais pas que.

  • Le Dragon des Glaces (L’assassin royal #11) – Robin Hobb

Je compte bien vous faire un article sur l’ensemble de cette saga qui comporte 13 tomes. Et il faut bien que j’avance un peu. Comme ça fait quand même 3 ans que je suis dessus, il est temps que je la termine et j’ai décidé d’en lire un par mois pour l’avoir fini avant la fin de 2016 ! Il serait temps !Lire la suite »