[Rentrée Littéraire 2017] Un dimanche de révolution – Wendy Guerra

IMG_20170808_093122_684Merci aux éditions Buchet-Chastel et Babelio pour la découverte de ce livre de la rentrée littéraire.

éditions : Buchet-Chastel
sortie : 24 août 2017
prix : 19€

J’ai découvert les éditions Buchet-Chastel il y a un an tout juste, pour la rentrée littéraire 2016. J’avais pu lire Celui-là est mon frère, une lecture dont je me souviens encore tant la plume de l’auteure et la construction du récit était particulière. Cette année encore, j’ai eu l’occasion de lire un de leur titre. Ayant eu une bonne surprise l’an dernier, je m’en réjouissais. Mais comme les dragées surprises de Bertie Crochue, on ne tombe pas toujours sur le parfum fraise…

Résumé :  » Sur cette île, la vie privée est comme l’hiver ou la neige, juste une illusion.  » Cléo est une poétesse et écrivaine reconnue partout dans le monde sauf sur son île, à Cuba. Là, on la soupçonne de pactiser avec l’ennemi, on la surveille. Ailleurs — à New York, à Mexico — les Cubains en exil se méfient aussi : elle pourrait bien être une infiltrée. Partout où elle cherche refuge, refusant de renier qui elle est – une femme cubaine, une artiste — on la traque.
Je suis mon île, confie la narratrice au détour d’une page. Plongée dans cette immense solitude, Cléo tente de travailler à son nouveau livre : la mort de ses parents l’a laissée exsangue, ses amours battent de l’aile. Alors quand apparaît à sa porte Gerónimo, un acteur hollywoodien qui prépare un film sur Cuba et détient des informations bouleversantes sur sa famille, sa vie bascule. Tour à tour enquête — puis véritable quête —, vertigineuse histoire d’amour mais aussi chronique d’une vie dans un Cuba où le régime à bout de souffle s’immisce dans le quotidien jusqu’à l’absurde, Dimanche de révolution dresse un portrait sensuel, aimant et corrosif d’une génération bouillonnante de vie et de créativité mais toujours écrasée par les soubresauts de cette révolution castriste qui n’en finit pas d’agoniser.
L’auteur, dans le style remarquable de poésie qui la caractérise, capte admirablement l’entrelacs qui s’opère sans cesse entre événements personnels et histoire nationale, entre petite histoire et grande Histoire. Son roman, tout en livrant une charge vibrante contre le Cuba policier, ouvre l’espoir d’une échappée par les arts et l’écriture. Une lecture éblouissante, d’une grande sensibilité. (Babelio)

Quand on est un peu trop curieux, comme moi, on tombe parfois sur de très bonnes surprises… et parfois on se brûle les ailes. C’est un peu ce qui est arrivé avec ce roman dont le résumé était prometteur.

Pour être tout à fait honnête avec vous, le roman n’est pas mauvais. Mais, je ne sais pas pourquoi, ça n’a pas prit avec moi. Je m’attendais à une narration spéciale, mais je ne m’attendais pas à une narratrice aussi étrange. Je m’explique, on se retrouve avec une jeune femme, écrivaine-poêtesse, qui écrit à la première personne du sujet. Jusque-là tout va bien. Là où ça devient étrange, c’est lorsque « je » est si froid, si distant, si impersonnel qu’il en rend le personnage principal peu attachant. C’est bien ce qui se produit ici. Et malheureusement, même si je comprends le symbolisme par rapport à l’état totalitaire dans lequel elle vit qui la dépouille, finalement, de sa propre personnalité (voire de sa vie), le résultat ne m’a pas convaincue du tout.

Il y a de ces oeuvres d’art que l’on regarde avec intensité et bonne volonté, on perçoit qu’il y a quelque chose, qu’elle veut nous dire un truc, mais ça ne prend pas. Et c’est terriblement frustrant à la fois pour le lecteur, mais également pour l’auteur j’imagine.

C’est bien dommage, car à côté de ça, Wendy Guerra montre un état totalitaire, les dérives et les conséquences sur la population. Pire que tout, elle nous montre la censure terrible mise en place et pourtant, cette soif, cet amour pour un pays qui n’est plus ce qu’il a été. J’ai trouvé cette lecture intéressante mais à mon grand malheur, j’ai fini par compter le nombre de pages qui me séparaient de la fin.

Lire ou ne pas lire : Un dimanche de révolution de Wendy Guerra ?

Je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre opinion si vous êtes curieux. Je serai d’ailleurs ravie d’en discuter avec vous si vous l’avez lu/le lisez/comptez le lire. Malheureusement pour moi c’est une déception. Des propos qui se voulaient révolutionnaires qui passent pour de la paranoïa à l’état pur. Des scènes de sexes inutiles, même si c’est son moyen de fuir la réalité, une fois ça suffit pour comprendre. D’ailleurs, cette manie de mettre des scènes de sexe de partout même en littérature contemporaine, ça commence à me fatiguer un peu. Je dis pas pour la romance érotique et tout ça, mais le lecteur le sait déjà quand il l’achète. Il l’achète pour ça. Aujourd’hui, on en trouve de partout, et pas forcément utile, intéressant ou bien écrit en plus de ça… Bref, vous l’avez compris, Un dimanche de révolution n’est pas si révolutionnaire que ça.

Histoire : 4/5 – Personnage : 4/5 – Style : 3/5 – Originalité : 3/5
Total : 14/20

[Rentrée Littéraire 2017] Les livres qui ont éveillé ma curiosité

Coucou les Earl Grey’s !

Le mois d’août est déjà bien entamé et le chrono est lancé pour la rentrée littéraire. Si l’année dernière, j’ai lu pas mal de livres pour l’occasion grâce à Lecteurs.com, mon expérience ne m’avait pas satisfaite, je n’ai pas candidaté à nouveau. Je suis très difficile en littérature générale, je préfère nettement la littérature étrangère par exemple qui me parle toujours beaucoup plus, sinon je fais mon choix selon les thématiques abordées. Cette année, j’ai donc décidé de vraiment choisir et de vous présenter les livres qui ont su m’intéresser déjà avec le titre, la couverture et le résumé. Autrement dit, des livres dont le parfum me rend curieuse.

Je vous propose de découvrir les 5 livres que j’aimerais bien découvrir durant les prochaines semaines… rendez-vous début septembre pour voir combien d’entre eux mon budget m’autorise ! Dans tous les cas, ils ont pris place dans ma wishlist !

Cox ou la course du temps – Christoph Ransmayr (Albin Michel)

9782226396303-jSortie : 24 août
Prix : 22.50€

Résumé : « Comme le temps passe, disait, oui, chuchotait l’empereur au fil de son discours dans la pénombre : mais qu’il rampe, s’arrête, s’envole ou nous subjugue par l’une ou l’autre de ses innombrables variations de vitesse – cela dépend de nous, des instants de notre vie reliés les uns aux autres comme les maillons d’une même chaîne… »
Écrivain à la langue somptueuse, Christoph Ransmayr est une voix exceptionnelle de la littérature autrichienne d’aujourd’hui. Après Atlas d’un homme inquiet (prix du Meilleur Livre étranger et prix Jean-Monnet de littérature européenne), il renoue avec le roman et, en grand voyageur, entraîne son lecteur loin de l’Europe et loin dans le temps.
Dans la Chine du XVIIIe siècle, l’empereur Qianlong règne en despote sur une cour résignée à la démesure de son souverain. Son dernier caprice est une série d’horloges conçues pour mesurer les variations de la course du temps : le temps fuyant, rampant ou suspendu d’une vie humaine, selon qu’il est ressenti par un enfant, un condamné à mort ou des amants. Venu de Londres à l’invitation du souverain, Alistair Cox, le plus célèbre des horlogers du monde occidental, saura-t-il exaucer les désirs de Qianlong et freiner la course des heures ?
Avec la précision d’un peintre, Christoph Ransmayr construit un récit singulier et virtuose, méditation sur la fugacité du temps et l’illusion d’en triompher par l’art.  (site Albin Michel)

De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles – Jean-Michel Guenassia (Albin Michel)

9782226399137-jSortie : 24 août
Prix : 20€

Résumé : « Moi, je me plais dissimulé dans le clair-obscur. Ou perché tout en haut, comme un équilibriste au-dessus du vide. Je refuse de choisir mon camp, je préfère le danger de la frontière. Si un soir, vous me croisez dans le métro ou dans un bar, vous allez obligatoirement me dévisager, avec embarras, probablement cela vous troublera, et LA question viendra vous tarauder : est-ce un homme ou une femme ?
Et vous ne pourrez pas y répondre. »
De l’influence de David Bowie sur la destinée des jeunes filles nous fait partager l’histoire improbable, drôle et tendre, d’une famille joliment déglinguée dont Paul est le héros peu ordinaire. Paul qui, malgré ses allures de filles, aime exclusivement les femmes. Paul, qui a deux mères et n’a jamais connu son père. Paul, que le hasard de sa naissance va mener sur la route d’un célèbre androgyne : David Bowie.
Fantaisiste et généreux, le nouveau roman de Jean-Michel Guenassia, l’auteur du Club des incorrigibles optimistes, nous détourne avec grâce des chemins tout tracés pour nous faire goûter aux charmes de l’incertitude. (site Albin Michel)

C’est le coeur qui lâche en dernier – Margaret Atwood (Robert Laffont)

9782221192092Sortie : 17 août
Prix : 22€

Résumé : Le nouveau chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, l’auteure de La Servante écarlate
Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.
À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… ou ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »
Avec C’est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu’inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître. (site Robert Laffont)

Et soudain, la liberté – Caroline Laurent (Les Escales)

9782365693073Sortie : 31 août
Prix : 19,90€

Résumé : Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu’au jour où elle lit Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C’est la naissance d’une conscience, le début de la liberté.
De retour en France, divorcée et indépendante, Mona entraîne sa fille dans ses combats féministes : droit à l’avortement et à la libération sexuelle, égalité entre les hommes et les femmes. À cela s’ajoute la lutte pour la libération nationale des peuples. Dès lors, Lucie n’a qu’un rêve : partir à Cuba. Elle ne sait pas encore qu’elle y fera la rencontre d’un certain Fidel Castro…
Et soudain, la liberté, c’est aussi l’histoire d’un roman qui s’écrit dans le silence, tâtonne parfois, affronte le vide. Le portrait d’une rencontre entre Evelyne Pisier et son éditrice, Caroline Laurent – un coup de foudre amical, plus fou que la fiction. Tout aurait pu s’arrêter en février 2017, au décès d’Evelyne. Rien ne s’arrêtera : par-delà la mort, une promesse les unit. (site Les Escales)

La Fée, la pie et le printemps – Elisabeth Ebory (Actu SF)

62043Sortie : 17 août
Prix : 19€

Résumé : En Angleterre, les légendes ont été mises sous clé depuis longtemps. La fée Rêvage complote pour détruire cette prison et retrouver son pouvoir sur l’humanité. Elle a même glissé un changeling dans le berceau de la reine…
Mais Philomène, voleuse aux doigts de fée, croise sa route. Philomène fait main basse sur une terrible monture, des encres magiques, un chaudron d’or et même cette drôle de clé qui change de forme sans arrêt. Tant pis si les malédictions se collent à elle comme son ombre… Philomène est davantage préoccupée par ses nouveaux compagnons parmi lesquels un assassin repenti et le pire cuisinier du pays. Tous marchent vers Londres avec, en poche, le secret le plus précieux du royaume.
Des personnages empreints d’une légèreté désespérée, une aventure aussi féerique que profondément humaine. Élisabeth Ebory renoue avec le merveilleux des anciens récits, sans nier leur part d’obscurité. (site Actu SF)

Ajoutons également le tome 3 de Prince Captif, Le Roi – C.S. Pacat, sortie poche prévue le 25 août chez Milady (prix : 7,90€)

1708-PrinceCaptifLeRoi_2

Et vous ? Vous avez déjà repéré des livres de la rentrée littéraire qui vous font envie ? N’hésitez pas à partager vos titres attendus en commentaires, je suis très curieuse !