Série | Erased : un frissonnant et étrange thriller fantastique

2366369.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Je poursuis ma découverte des séries asiatiques disponibles sur Netflix. Arrivé récemment sur la plateforme, je me suis lancée dans le visionnage de ERASED. Un thriller fantastique un peu étrange dont les premières minutes m’ont laissées particulièrement sceptiques pour finir le premier épisode en commençant le deuxième. Comme vous le devinez, ERASED est à bingewatcher et même pas besoin de se forcer. Les twists de fin d’épisodes laisse le spectateur avec une envie irrépressible de connaître la suite de cette histoire.

Mon synopsis : Un jeune mangaka sans succès possède le don de revenir en arrière. Jusqu’à ce jour, il retournait de quelques minutes maximum afin d’empêcher des incidents de se produire. Un événement traumatisant de son passé le rattrape lorsqu’il trouve sa mère assassinée. Il fait alors plusieurs bonds dans le passé, à son année de primaire où ont eu lieu des enlèvements d’enfants, pour tenter d’empêcher le meurtre de sa mère dans son présent.

J’ai choisi de rédiger moi-même le synopsis de la série car je n’en ai pas trouvé qui me convenait. Comme vous le soupçonnez en le lisant, l’intrigue est assez complexe et mérite un vrai développement pour laisser apercevoir la richesse de cette histoire. Vous connaissez mon amour pour les polars et thriller, genre que j’évite au maximum, or l’aspect fantastique de voyage dans le temps avait suscité ma curiosité dans la minuscule phrase de présentation de Netflix. Alors j’ai tenté. Et j’ai bien fait. Parce que cette histoire est extrêmement addictive.

La grande force de cette série : son format. On se retrouve avec 12 épisodes de 30 minutes. Résultat ? Bingewatching facile et dynamisme à toute épreuve. On ne s’ennuie pas une seule seconde durant la totalité de la série, on vit au rythme du héro et de son avancée étrange et surprenante. Chaque fois que l’on pense l’histoire terminée, le problème résolu, on se retrouve propulsé dans une nouvelle tension dramatique. Et autant vous le dire, certains épisodes sont particulièrement angoissant. Dans un conteste de kidnapping d’enfant, difficile de ne pas faire oppressant, d’autant que l’environnement de la première enfant que le héro veut sauver est particulièrement traumatisant.

Voir ou ne pas voir : Erased ?

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je vous recommande ce thriller fantastique particulièrement surprenant. On ne s’ennuie pas durant la progression de l’intrigue, le traitement de l’histoire et des personnages est intéressant. On apprend régulièrement de nouveaux indices. Pour résumer, un thriller très bien dosé dans son approche et qui fonctionne. Je suis curieuse de lire le manga duquel la série est issue ! Si quelqu’un l’a déjà lu, je suis curieuse d’avoir votre avis !

The OA : une série métaphysique pleine de suspense

Avec Netflix, c’est tous les jours (ou presque) que les séries originales fleurissent. Résultat : pleins de séries qui m’intéressent et trop peu de temps pour tout regarder. Cela dit, j’ai fini par me poser pendant les fêtes et je me suis dit qu’il était temps de prendre le temps. Le temps de regarder une série Netflix sympathique. Laquelle choisir ? Après avoir lancé la chaîne, les boutons qui ne réagissent pas immédiatement, double click, The OA en tête d’affiche, la série s’est lancée toute seule (ou presque). Un coup des anges. C’est sûr. Et finalement, je me suis laissée entraîner dans cette série bien étrange dont l’ambiance m’a un peu fait penser à Stranger Things mais dont l’histoire m’a complètement séduite.

Synopsis : Prairie Johnson, une jeune fille aveugle adoptée, réapparaît brusquement sept ans après avoir été enlevée. Elle s’identifie désormais comme étant « The OA ». La disparition de sa cécité ainsi que la nature de sa disparition provoquent bien des questionnements chez les autres, mais celle qui était connue sous le nom de Prairie ne semble pas prête à partager ce qu’a été sa vie pendant les sept dernières années…(Wikipedia car Allociné tenait en 2 lignes)

Si, de mon côté, la série m’a énormément plu pour son interprétation métaphysique intéressante, elle semble faire beaucoup parler d’elle. Et moi-même, après avoir regardé le final, je suis restée un moment à ne pas savoir quoi en penser oscillant entre le coup de génie et le foutage de gueule. Il faut dire qu’une fin pareille après un tel développement fait obligatoirement parler et réfléchir que ce soit en bien ou en mal. Je suis donc partie sur la toile en quête d’articles et d’avis à lire, multiples, variés, pour croiser les ressentis. Et il y a les frustrés, les mécontents, et les fascinés. Avec du recul, je me considère comme faisant partie des fascinés malgré les « erreurs » dans la narration. Prairie aka The OA raconte son histoire à cinq personnes prises au hasard (ou pas, je ne pense pas!). Ces cinq personnes hésitent entre la croire ou non, finissent par la croire (sans ça pas de série), mais la question de son honnêteté revient vers la fin de la série. A nous, spectateur, de choisir notre camp au final : la croire ou ne pas la croire. La totalité de la série nous amène vers ce choix, me semble-t-il…

Difficile d’en dire plus sur cette série sans spoiler le spectateur qui ne l’a pas encore vu (et je déteste ça vous le savez, d’autant que j’écris aussi bien pour vous rendre curieux que pour discuter avec vous du sujet). Netflix n’a pas fait beaucoup de promo sur The OA, pourtant, elle l’aurait peut-être mérité. Peut-être est-ce un test ? La série mystérieuse se suffit-elle à elle-même pour faire sa propre promo ? La preuve, j’écris un article dessus et si je n’en ai pas encore beaucoup vu passer sur la blogo (j’ai lu plus d’avis média et sens critique), je ne doute pas trop de voir déferler des avis… Seront-ils bons ou mauvais ? Telle est la question. Encore une fois, c’est un énorme mystère qui réside autour de cette série fascinante.

De mon côté, j’ai aimé l’originalité de l’histoire racontée, l’ambiance mystérieuse dans la série, l’effet immersif, on découvre l’histoire tout comme les cinq choisis par Prairie ce qui nous donne l’impression de faire partie intégrante du petit groupe. Les acteurs jouent extrêmement bien des rôles qui ne sont pas forcément très faciles à jouer (aucun des personnages n’est totalement lisse et banal). Je viens d’avoir un choc dans mes recherches pour cette chronique : le « médecin » interprété par Jason Isaac dont le visage me disait tellement quelque chose mais j’étais bien incapable de savoir où je l’avais vu, nul autre que Lucius Malefoy ! (Certains crieront au scandale de ne pas connaître le nom de l’acteur de Lucius mais franchement, je ne fantasmais pas sur lui à l’époque des films – sur aucun d’ailleurs, désolé le cast -) Bref. Bon sang mais c’est bien sûr. Et quel bon acteur (charmant de surcroît) mais…wouah. Voilà. Quel personnage que son personnage ….je ne m’en remets toujours pas de son ambiguïté constante.

Ce qui déroute et peut être les aspect les moins bons : les erreurs de narration, on se pose pas mal de questions (que j’ai choisi d’ignorer), les « mouvements » (dont je ne vous dis pas plus mais qui, hors contexte peuvent paraître très tribal… j’ai vu le mot « ridicule » revenir souvent, pour ma part, j’ai pensé immédiatement au haka, cette danse tribale censée intimider un ennemi) et enfin cette scène finale dont les choix sont un peu dérangeant (pour ma part, je n’ai pas été choqué, malheureusement, cela fait partie de la réalité que nous connaissons, pourquoi ne pas l’utiliser dans une série de ce genre, ça ne me paraît pas hors propos).

Je ne sais pas vraiment si mon article vous a donné envie ou pas. Pour tout dire, c’est plutôt de la curiosité que j’ai voulu susciter là (elle se suscite toute seule quand on veut éviter les spoilers je crois…) Je crois que c’est une série à regarder. Si le synopsis vous plaît et que vous aimez bien les trucs métaphysique, je crois qu’il ne faut pas trop vous poser de questions et vous laisser tenter. Vous aimerez. Vous n’aimerez pas. Vous accepterez le récit et la réalisation ou pas. Dans tous les cas, elle vous fera réfléchir et suscitera des émotions. Au final, est-ce que ce n’est pas le but de l’art : susciter des émotions ?

!! SPOILERS : Pour ceux qui l’ont déjà vu, je vous laisse l’article de Slate (avec spoilers) que je trouve extrêmement intéressant et dont le journaliste se situe dans le camp des sceptiques. Cela permet de varier les appréciations. !!