Sherlock, Une étude en rose – Jay : le meilleur détective en manga

Entre deux voyages, je me suis accordée une petite pause littéraire en lisant l’adaptation manga de Sherlock chez Kurokawa. Adorant la série, j’étais tout à la fois sceptique mais aussi curieuse de savoir ce que cette adaptation pouvait bien donner. Faut dire que les « produits dérivés » en littérature d’un truc qui a marché bat son plein en ce moment (oui Harry Potter sens-toi visé !). Non que je sois contre, mais parfois je trouve que ça dépasse les limites et j’ai l’impression que l’on prend le lecteur pour une vache à lait. Le problème c’est quand on est fan, malheureusement, on ne compte pas, moi la première. Me voilà donc à ressortir de Cultura avec mon exemplaire de Sherlock dans les mains…

Résumé : Rapatrié d’Afghanistan à cause d’une blessure et de troubles psychologiques, le Dr. Watson retrouve un vieil ami de l’époque de la faculté de médecine qui lui présente son futur colocataire. D’un seul coup d’oeil, cette personne devine qu’il s’agit d’un médecin militaire de retour du Moyen-Orient, qu’un de ses proches est victime d’alcoolisme ou encore qu’il est suivi par un thérapeute. Le nom de ce colocataire ? Sherlock Holmes. (Babelio)

Le résumé vous dit quelque chose ? Normal. Il s’agit en fait de l’adaptation pure et simple de l’épisode 1 de la série. Je vois venir les gros yeux, les souffles déçus, les sceptiques, les rageux, les fans trahis… Mais vous savez quoi, j’étais un peu comme vous. Ce qui m’a fait l’acheter : la couverture. J’ai trouvé le dessin très ressemblant et franchement, pour une adaptation, c’est déjà un excellent point d’avoir des personnages ressemblant aux acteurs. Pour le coup, ce point positif ne s’arrête pas à la couverture car on reconnait également très bien Watson, Molly et Mme Hudson notamment. Mycroft est particulièrement réussi de profil mais sa dégaine est reconnaissable entre mille. Le seul que j’ai eu un peu de mal à reconnaître est Lestrade. Mais globalement, j’ai été très satisfaite du graphisme.

L’intrigue quant à elle ne surprendra pas les fans car il s’agit vraiment de la série et pour le coup, ça colle très bien, éludant quelques passages qui ne nuisent pas à l’équilibre de l’histoire. Ce qui diffère peut-être le plus, c’est l’appui sur un levier comique en caricaturant un peu plus Sherlock dans son excentricité pour faire d’autant plus de contraste à l’introversion de Watson. C’est un point présent dans la série mais un peu plus renforcé dans le manga. J’ai apprécié car j’ai trouvé que ça fonctionnait bien au format manga proposé, c’est réussi.

Lire ou ne pas lire : Sherlock #1 de Jay ?

Je pense que les fans peuvent y aller les yeux fermés et sans trop d’appréhension. C’est un bon travail d’adaptation qui a été fait et qui ne déçoit pas. Certes, ce n’est pas aussi génialissime que la série mais ça permet de prolonger le plaisir de cet univers sans être déçu et énervé. Ceux qui ne regardent pas la série ne seront pas en reste puisqu’il s’agit d’un premier épisode où Sherlock et Watson se rencontrent, de quoi appréhender un univers inconnu ou presque et se lancer à la conquête du monde de Sherlock Holmes.

D’autres avis : June & cie (l’experte Holmesienne)

 

Publicités

L’ambre du diable (Lucifer Box #2) – Mark Gatiss

DSC_0973_20160301130405919Voilà un très long moment maintenant que j’attendais ce tome 2 des Aventures de Lucifer Box. J’avais craqué l’an dernier sur le premier tome, à cause de l’auteur, à cause de la sublime collection de Bragelonne et à cause de la période de l’histoire dans laquelle on se situe. C’était Le Club Vesuvius et il était même mon coup de coeur de l’année 2015. Bref. Quand j’ai connu la date de parution de ce tome 2, L’Ambre du Diable, j’ai immédiatement noté une croix rouge sur mon agenda. Pour le déguster aussi rapidement que possible tout en faisant aussi un peu durer le plaisir.Lire la suite »

Le club Vesuvius (Lucifer Box #1) – Mark Gatiss

DSC_0515~2

Etant donné que Mark Gatiss, c’est une histoire de coeur et que le tome 3 passera forcément par mes mains, voilà un rappel des deux premiers tomes.

Comment dire…. Vous savez que je suis une fan de Doctor Who, alors quand j’ai vu passer un livre dont l’auteur était « Mark Gatiss« , comment ne pas l’acheter ? Son prix ? Peut-être que ça aurait pu m’arrêter… si seulement l’objet n’avait pas été splendide. Parlons-en donc de cet objet : grand format évidemment puisque le livre vient tout juste de sortir pour la première fois des presses françaises en janvier dernier, les couleurs choisies, un magnifique vert sapin mêlé à un bordeaux rehaussé par de la dorure. Sans compter la dorure également sur les tranches du livre et les coins arrondis sublimes. God save the Queen. J’achète.Lire la suite »