Retour sur la Soirée Imaginaire chez Sauramps en Cévennes

18664375_1689593514677964_5271487969310629905_n

Coucou les Earl Grey’s !

Comme promis, je vous propose aujourd’hui de revenir sur la soirée consacrée à l’imaginaire chez Sauramps en Cévennes jeudi soir dernier. C’était vraiment une soirée très sympathique avec plus de monde qu’espéré qui sont venus voir les auteurs en dédicaces. La librairie recevait :

  • Cécile Duquenne : Les foulards rouges (Bragelonne), Penny Cambriole (Rouge Safran). Une auteure vraiment adorable avec qui j’ai pu discuter avec plaisir. D’ailleurs, vous risquez de voir passer ses livres sur le blog car son univers est en plein dans le steampunk !
  • Christophe Nicolas : Le Camp (Fleuve), La Chute (Fleuve) notamment. Des thrillers fantastiques.
  • Emma Avis : Le miroir d’Alice tome 1 et 2 (auto-édition). Du fantastique.

La soirée a été ponctuée par des intermèdes musicaux de Atanixia à la harpe (de la formation Zazplinn). Il s’agit de nouvelle musique traditionnelle à savoir des nouvelles compositions avec des instruments dit anciens comme la harpe. Résultat : un régal pour les oreilles. C’est doux, mystérieux et très apaisant ! J’ai adoré.

dsc_0022.jpg

Chaque auteur ainsi que la musicienne ont été présentés par la directrice de la librairie. Un des libraires a présenté à son tour l’initiative du Mois de l’Imaginaire, ce qui a permis de comprendre le pourquoi de cette soirée. Dans un bassin où la littérature la plus appréciée est sans doute le contemporain, c’était très judicieux de passer par cette explication. Prise de cours, il m’a été demandé de présenter Pause Earl Grey. J’ai un peu balisé sur le coup, n’ayant rien préparé, mais finalement j’ai parlé tout simplement de pourquoi un blog et de son contenu. Les auteurs ont ensuite fait une lecture d’extraits de leurs livres, ce que je trouve à nouveau intéressant pour faire connaître ce mouvement de la littérature.

Enfin, la dédicace a commencé, j’ai l’impression que beaucoup de monde étaient intéressés. Nous avons eu droit également à un petit buffet apéro où je me suis régalée avec un jus de raisin (je suis sage ! trop ?). En parallèle, j’ai pu discuter avec la directrice de Sauramps et les libraires de littérature et notamment de la soirée qui se déroulait très bien. Des lectrices sont venues me parler du blog me questionnant dessus avec intérêt. Je dois bien avouer que ça fait vraiment plaisir de voir que le concept plaît dans ma ville parce que ce n’est pas un domaine dynamique (les blogs littéraires) dans le bassin.

Concusion : moi qui ne suis pas très soirée car jamais à l’aise dans des endroits où il y a du monde, je dois bien dire qu’une soirée littéraire à prendre des photos et discuter littérature avec auteurs, libraires et lecteurs, c’est un bonheur absolu et je renouvellerai avec plaisir l’expérience l’an prochain (et même avant pour d’autres manifestations).

Un petit-déjeuner littéraire avec Victoria Hislop | Comédie du Livre

Coucou les Earl Grey’s !

Je vous avais prévenu hier, on se retrouve aujourd’hui pour un compte-rendu plus précis du petit-déjeuner littéraire avec Victoria Hislop auquel j’ai pu assister lors de ma journée à la Comédie du Livre à Montpellier. Ce beau rendez-vous était notamment organisé en partenariat avec Sauramps et c’est un vrai plaisir d’avoir pu y participer. Je lorgnais les livres de Victoria Hislop depuis déjà de longs mois et même si je n’ai pas encore pu en lire (La ville orpheline m’attend au chaud dans ma PAL pour juillet), j’ai vraiment hâte de découvrir sa plume car j’ai découvert lors de ce rendez-vous intimiste une auteure à la personnalité douce et lumineuse.

10h30 donc, nous avons rendez-vous dans le Jardin de la Maison des Relations Internationales pour ce petit-déjeuner littéraire. Je ne connaissais pas du tout l’endroit, j’ai découvert un coin vraiment sympathique et très vert où une grande table était dressée. Mais finalement, nous nous sommes simplement installés sur des chaises en rond au soleil pour ne pas être séparés par cette table un peu impersonnelle. C’était une excellente idée car cela ajoutait vraiment à ce moment privilégié que nous avons partagé avec Victoria Hislop.

DSC_0160

Victoria Hislop et la Grèce

Victoria Hislop est une anglaise de naissance, elle vit encore aujourd’hui bien qu’elle passe régulièrement des vacances en Grèce. Elle a 17 ans lorsqu’elle part pour la première fois en voyage dans ce pays du sud de l’Europe où elle visite Athènes puis Pagos. C’est une révélation pour elle. Le climat est tellement différent de celui de l’Angleterre. Le soleil et la lumière du pays la métamorphose. Elle a d’ailleurs fait quelques recherches comme quoi les gens habitants près de la mer (avec le soleil) seraient plus heureux. Victoria Hislop a du mal à mettre en mots un sentiment que je connais bien : elle est heureuse en Grèce et a l’impression d’être chez elle.

Les mots de Victoria sont vraiment touchants. J’ai ressenti tout l’amour qu’elle porte à ce pays. Pour Elle, les Grecs sont pleins d’émotions et c’est l’impression que j’ai également eu avec elle : pleine d’émotions.

Le processus d’écriture de Victoria Hislop

Le processus créatif de Victoria Hislop est un vrai rituel. Elle écrit toujours à la bibliothèque qui ouvre à 9h30. A 9h29, elle est déjà devant les portes et se précipite sur la même chaise, à chaque fois. Elle a besoin du silence et du calme que procure ce lieu pour se lancer dans l’écriture.

Elle écrit donc toujours de 9h30 à 12h30 puis de 13h à 17h avec une pause « potage » à midi. Autant dire que lorsqu’elle se met à la rédaction de son livre, elle travaille énormément et elle est productive (beaucoup plus que moi !).

Au tout début de son travail, elle travaille avec un crayon rose, toujours. Avant d’ensuite passer à la rédaction sur ordinateur. Mais elle commence toujours par travailler sur du papier, elle nous a confié que c’était absolument nécessaire pour elle, et je la comprends complètement.

DSC_0162

A propos de son dernier livre : Cartes Postales de Grèce

Pour autant, Victoria Hislop n’idéalise pas ce peuple dans ses livres et surtout pas dans son dernier : Cartes Postales de Grèce. Experte de la Grèce, elle a effectué beaucoup de recherches sur l’histoire du pays, l’évolution politique et économique. Dans ce dernier livre, l’auteure a vraiment tenu à montrer le bon comme le mauvais. Pour elle, les Grecs sont un peuple qui survit, notamment au XXe siècle avec les différentes crises du pays.

Dans ce dernier livre, Victoria Hislop a tenu a intégrer des photos, cartes postales afin d’illustrer son propos. Le rendu dans sa version française publié par Les Escales est assez impressionnant et me fait craquer. Je n’ai pas encore eu la chance de l’acheter mais j’espère pouvoir sous peu car l’objet est magnifique avec un beau papier, de la couleur, et une clarté dans la typographie qui me donne très envie (faut dire que tous les livres des Escales ont beaucoup de classe !) Dans le livre, vous pourrez trouver environ 125 photos. L’auteure trouvait dommage de perdre le côté « illustré » des livres en grandissant, d’où cette volonté que son éditeur anglais a accepté puis Les Escales en France.

51R9OjaX99L._SX309_BO1,204,203,200_

Pour ce roman, Victoria Hislop a puisé son inspiration un peu partout en Grèce, un petit garçon mystérieux sur une place alors qu’elle était à un café, une région montagneuse où un homme se trouvait au sommet d’une montagne… Il faut dire qu’il y a de quoi inspirer lorsque l’on croise ce genre de spectacle. Cet homme sur cette montagne était pour elle « la fin de l’histoire mais le début de l’idée ». J’ai trouvé ces mots magnifiques à propos du processus d’écriture du livre.

Au final, ce roman sont des cartes postales littéraires qui présentent beaucoup de détails. Victoria Hislop prend souvent beaucoup de notes, comme un journal. Les détails sont très importants pour elle.

Ces cartes postales littéraires sont-elles mythes ou réalité ? L’auteure laisse planer le mystère…

Quoi de neuf pour la suite ?

Victoria Hislop nous a fait quelques révélations… Elle travaille actuellement sur un nouveau livre dont l’intrigue se déroule dans les années 40. Dedans, elle souhaite y traiter des questions que peuvent se poser les personnages à cette époque-là sur leur propre devenir. Un sujet qu’elle aborde déjà brièvement dans le prologue de Cartes Postales de Grèce.

Depuis son premier roman, L’île des oubliés (qui a d’ailleurs été adaptée en série TV en Grèce), elle souhaite améliorer son style et son écriture et travaille pour acquérir un style plus littéraire que journalistique (son premier métier). Elle veut « écrire comme elle parle » et j’imagine du coup une plume qui veut tout simplement raconter une histoire à un ami (nous, lecteur).

Elle écrit encore parfois pour des magazines, principalement des articles de voyages ou sur la Grèce mais elle travaille plus sur ses livres à présent.

DSC_0161

En conclusion

Pour Victoria Hislop, Voyage est synonyme d’écriture et de lecture. Lorsque l’on écrit ou qu’on lit, on voyage tout autant. Ce sont des domaines extrêmement proches. Cela se ressent lorsqu’elle parle en tout cas.

J’ai découvert une auteure adorable grâce à ce petit-déjeuner littéraire. Malgré le fait que je n’ai pas encore lu ses livres, j’étais très curieuse et le suis encore plus à présent. Vous aurez très vite droit à des chroniques sur Victoria Hislop que je compte bien suivre de près désormais. Je suis ressortie de ces jardins complètement sous le charme d’une personnalité qui donne envie de la connaître et d’apprécier et j’espère sincèrement que cela se ressent à travers ses écrits !

DSC_0170

Sélection de livres à lire pour décompresser cet été

Je voulais vous faire mon bilan du mois de juin, mais je crois que je n’aurais pas le temps de le rédiger convenablement avant mon départ. En effet, je pars mardi qui vient pour une semaine de boulot sur Paris et je ne rentrerais que le lundi suivant. Sans être déconnectée, je ne sais pas si je serais beaucoup présente mais je vous tiendrai au courant sur les réseaux sociaux. Je vous ai quand même prévu des petites chroniques littéraires sous le signe de Bragelonne car j’en ai lu un paquet ces derniers temps.

Du coup, j’hésite à vous faire un bilan de juin bien en retard… ou ne pas vous en faire pour ce mois-ci d’autant que j’ai un peu beaucoup craqué avec beaucoup de lecture et surtout beaucoup de nouveaux dans ma PAL. Bref, je verrai ça à mon retour.

J’ai quand même décidé de vous conseiller quelques petits livres qui sont parfaits pour cette période estivale, à la mer, au bord de la piscine, à la montagne, dans le jardin ou tranquillement chez soi sous le ventilateur. Lire la suite »