Un bon parti – Curtis Sittenfeld : Orgueil et Préjugés de nos jours…

IMG_20180227_163317_553Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Presses de La Cité et Babelio pour cette lecture.

Vous connaissez mon amour pour Jane Austen et particulièrement Orgueil & Préjugés, alors quand on m’a proposé de lire cette réécriture du cultissime roman, je n’ai pas vraiment hésité même si je suis un peu overbookée et que je galère très fortement à trouver des créneaux de lecture. Mais au diable l’appréhension de ne pas parvenir à le terminer ! Il faut dire que l’écriture fluide et la traduction agréable de Un bon parti ne sont pas pour rien dans le fait de pouvoir dévorer ce livre (non, pas littéralement, je vous rassure). Ce n’est pas un coup de cœur, mais cette réécriture s’en sort haut la main en évitant les écueils de l’exercice.

Résumé : La tension est palpable chez toutes les mères de Cincinnati : Chip Bingley, beau médecin, célèbre participant d’une émission de téléréalité, vient de s’installer en ville et… c’est un cœur à prendre. Elizabeth, de passage pour aider sa mère après l’accident de son père, se fiche bien de tous cette agitation, d’autant que Chip est toujours accompagné de son insupportable et suffisant collègue, Fitzwilliam Darcy. Elle tente de redresser les finances familiales en dépit d’une mère qui utilise le shopping en ligne comme psychothérapie et de ses trois sœurs qui vivent encore au crochet de leurs parents dans une maison qui part à vau-l’eau. Mais elle doit aussi veiller sur son père, qui préférerait s’enfiler un bon steak plutôt que de respecter les recommandations du médecin, et sur sa sœur Jane, en train de succomber au charme, ennuyeux mais certain, de Chip.

Quand j’ai vu que ce roman était une réécriture de Orgueil & Préjugés, j’étais à la fois curieuse et un peu effrayée. Difficile de s’attaquer à un livre culte, surtout de le réécrire sans dénaturer le plaisir de le lire tout en l’adaptant à un univers contemporain. J’ai donc commencé ma lecture avec un peu d’appréhension mais je me suis vite laissée emportée par la fluidité de l’écriture. Malgré ses 500 pages, le roman se lit extrêmement vite avec des chapitres très courts qui rendent le récit vraiment dynamique.

Bien évidemment, on ne retrouve pas totalement le livre de Jane Austen et les sujets qu’elle met en avant dans son oeuvre. Quoique. Le propos d’Austen était avant tout de dénoncer une société hypocrite et superficielle au sein de la noblesse et même si le parti pris est sans doute plus subtil, on se retrouve bien dans une tranche de population aisée que ce soit matériellement ou dans les origines familiales. Certes, ça ne va pas assez loin, j’en attendais peut-être un peu plus de ce côté-là d’où le fait que ce livre ne soit pas un coup de cœur. Toutefois, le résultat est là pour passer un bon moment.

Car le gros avantage, la grosse réussite de Curtis Sittenfeld, c’est d’avoir su trouver le bon équilibre entre ce qui est repris du roman d’origine et ce qui est apporté. Les idées pour adapter le roman, même si elles sont très représentatives d’une certaine catégorie sociale tout spécialement nord-américaine, sont intelligentes et collent bien aux différentes situations des personnages mais aussi à l’époque dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Aussi, rien d’étonnant de voir le personnage de Charles Bingley au milieu d’une émission de télé-réalité, une FIV avec donneur ou encore un transgenre. C’est moderne et j’adore. On s’identifie d’autant plus aux personnages.

Lizzie Bennett et Fitzwilliam Darcy sont assez réussi. Difficile de ne pas vous parler de nos deux héros préférés. Si Lizzie m’agace un peu plus que dans l’original avec sa manie de vouloir absolument tout contrôler, Darcy est quant à lui toujours mystérieux, voire un peu naïf parfois en terme de sentiments, et surtout très gentleman.

Lire ou ne pas lire : Un bon parti de Curtis Sittenfeld ?

Les amoureux.ses de Jane Austen et d’Orgueil & Préjugés ne seront pas déçus par cette réécriture. Sans être parfaite, l’auteure évite de trop coller à l’histoire, ne pas la morderniser suffisamment ou trop le faire, les caractères des personnages sont maîtrisés. Même s’il manque un peu plus de parti pris, un peu de développement de certains sujets, le roman reste vraiment très agréable à lire et divertissant. Les fans de Jane Austen se délecteront de ce moment où nos personnages préférés évoluent dans notre monde.

Alors, vous tentez l’aventure ?

Le manuscrit perdu de Jane Austen – Syrie James

Pour ce début de semaine, je vous propose de nous pencher sur Le manuscrit perdu de Jane Austen écrit par Syrie James. Vous connaissez tout l’amour que je porte à Jane Austen, alors quand j’ai vu ce livre, j’ai difficilement résisté à l’envie de le découvrir. Je m’imaginais partir à l’aventure d’un manuscrit caché, déception. Au final, je me suis retrouvée avec deux livres en un seul. Vous me direz, vu le prix des livres, c’est plutôt sympa ?! Oui mais bon… C’est un peu trop facile.

Résumé : Samantha McDonough mène la vie sans surprise d’une bibliothécaire sans histoire. Un jour, elle fait une surprenante découverte. Un livre, déniché dans une petite librairie, qui va changer sa vie. Car entre ses pages se cache une lettre vieille de deux cents ans. Une lettre signée par l’une des plus grandes romancières anglaises: Jane Austen. Voilà Samantha lancée sur la piste d’un manuscrit perdu, dans une course contre le temps, qui va la guider tout droit entre les murs d’un manoir magnifique, et entre les bras de son séduisant propriétaire… (Babelio)

Je l’admets, je ne m’attendais absolument pas à avoir le déroulé entier du manuscrit retrouvé. J’ai même trouvé ça carrément gros de vouloir écrire le « nouveau » Jane Austen. Il y avait tellement à faire avec l’histoire principale que je n’ai pas bien compris pourquoi l’auteure avait voulu faire ça… Ou alors c’est amené de façon assez maladroite si les idées d’Austen lui plaisaient et lui avaient donné l’inspiration. Cette recherche du manuscrit était une idée géniale mais malheureusement traitée de façon accessoire, le dénouement sur ce qu’il va advenir de ce manuscrit est tout aussi rapide…alors que sincèrement, moi c’était cette histoire qui m’intéressait le plus. Quel dommage!

Cette erreur d’aiguillage mis à part, je dois reconnaître que la plume de Syrie James n’est pas désagréable à la lecture. Quand on prend du recul sur la déception de l’histoire principale, et que l’on s’attache au « manuscrit de Jane Austen », la lecture est plaisante et l’histoire aurait pu facilement faire l’objet d’un roman à part inspiré de l’univers de Jane Austen car il lui rend totalement justice. Bien qu’il manque un peu de critique de la société à mon goût, ça n’en est pas moins une romance historique sympathique à lire avec des espoirs et des rebondissements qui maintiennent le suspense jusqu’à la fin.

Lire ou ne pas lire : Le manuscrit perdu de Jane Austen de Syrie James ?

Pour la délectation de s’identifier à la fan-bibliothécaire de Jane Austen tout émoustillée par sa découverte, je dirai oui. Je doute qu’il me laisse un souvenir impérissable toutefois, mais je ne regrette pas non plus cette lecture. J’aurais simplement préféré le lire sur la plage au soleil, période propice à la légèreté des lectures comme celle-là. Dommage que le fait d’écrire deux histoires en une seule les rende incomplètes avec des personnages pas suffisamment aboutis. Elles auraient mérité d’être approfondies l’une comme l’autre.

Histoire : 3/5 – Personnages : 3/5 – Style : 4/5 – Originalité : 4/5
Total : 14/15

Emma – Jane Austen

img_20161005_100934Emma était le dernier qu’il me manquait à lire de Jane Austen (son roman inachevé mis à part et qui m’attend encore au chaud dans ma PAL). Et qui dit Jane Austen, dit automne dans ma tête. Allez savoir pourquoi. Même moi je ne sais pas. L’ambiance peut-être ? Les dîners dans un salon chauffé par une cheminée et animé par les notes d’un piano ? Les balades dans un parc quand il fait un peu frais et faire attention à ne pas attraper un rhume à cause d’une frêle constitution ? Peut-être… Mais parlons plutôt d’Emma.

Résumé : Publié anonymement en 1816, Emma est l’œuvre la plus aboutie de Jane Austen (1775-1817) et l’un des classiques du roman anglais.
Orpheline de mère, seule auprès d’un père en mauvaise santé, Emma Woodhouse, désormais la maîtresse de maison, s’est mis en tête de marier Harriet Smith, une jeune fille qu’elle a recueillie chez elle. Ce faisant, ne s’est-elle pas attribué un rôle qui n’est pas (ou pas encore) pour elle ? Son inexpérience des cœurs et des êtres, ses propres émotions amoureuses, qu’elle ne sait guère interpréter ou traduire, lui vaudront bien des déconvenues et des découvertes.
Autour d’Emma, Jane Austen dépeint avec sobriété et humour, et aussi une grande véracité psychologique, le petit monde provincial dans lequel elle a elle-même passé toute sa vie. (Babelio)Lire la suite »

Une saison avec Darcy – Elizabeth Aston : ou le naufrage du mythe Darcy

img_20160913_143319Rude moment que cette première lecture commune en compagnie de June&cie. Cela dit, j’étais heureuse de pouvoir en discuter avec elle, ça m’a permis de me motiver et de le terminer. Je ne suis pas certaine que j’en serai venue à bout sinon.

Pour lire la chronique de June : Une saison avec Darcy

Résumé : Ce recueil de quatre novellas nous permet de nous plonger au cœur de la famille Darcy le temps d’un Noël ou d’un week-end à Pemberley. Mr Darcy, Elizabeth Darcy, Georgiana Darcy et bien d’autres personnages imaginés par Jane Austen revivent sous la plume d’Elizabeth Aston toujours aussi fine et élégante.Lire la suite »

Mes lectures prévues de septembre

Je ne sais pas vous mais j’aime bien prévoir mes pile-à-lire de mois en mois. Je me suis dit que ça pourrait être sympathique de vous les proposer même si il arrive souvent que ces piles soient provisoires. Des services presse se rajoutent parfois, d’autres fois c’est simplement mon envie qui change au cours du mois et qui dérange cette prévision. Le fait que j’espère quand même m’y tenir et que pour le moment, mon mois de septembre s’annonce sous le signe de la romance. Mais pas que.

  • Le Dragon des Glaces (L’assassin royal #11) – Robin Hobb

Je compte bien vous faire un article sur l’ensemble de cette saga qui comporte 13 tomes. Et il faut bien que j’avance un peu. Comme ça fait quand même 3 ans que je suis dessus, il est temps que je la termine et j’ai décidé d’en lire un par mois pour l’avoir fini avant la fin de 2016 ! Il serait temps !Lire la suite »