Zootopie – Le disney qui réconcilie tout le monde avec les animés

Mais pourquoi ais-je mis tant de temps à regarder Zootopie alors que déjà le trailer me plaisait à sa sortie ciné ? La question risque de demeurer un long moment dans la stratosphère, mêlé à mon regret. Parce que ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant régalée devant un dessin animé. Et surtout autant ri.

Synopsis : Zootopia est une ville qui ne ressemble à aucune autre : seuls les animaux y habitent ! On y trouve des quartiers résidentiels élégants comme le très chic Sahara Square, et d’autres moins hospitaliers comme le glacial Tundratown. Dans cette incroyable métropole, chaque espèce animale cohabite avec les autres. Qu’on soit un immense éléphant ou une minuscule souris, tout le monde a sa place à Zootopia !
Lorsque Judy Hopps fait son entrée dans la police, elle découvre qu’il est bien difficile de s’imposer chez les gros durs en uniforme, surtout quand on est une adorable lapine. Bien décidée à faire ses preuves, Judy s’attaque à une épineuse affaire, même si cela l’oblige à faire équipe avec Nick Wilde, un renard à la langue bien pendue et véritable virtuose de l’arnaque … (Allociné)

Un concentré de bonne humeur

Franchement, je ne m’attendais pas à éclater de rire pendant mon visionnage. J’ai le rire difficile, vous le savez déjà, mise à part A.A. (Alexandre Astier pour ceux qui ne me connaissent pas encore), je suis dure à dérider. Mais alors là…. Je souriais, je souriais…jusqu’aux paresseux. Et LA blague. Pas drôle. Limite pitoyable si c’était un sale coup de Merlin. Mais la réalisation est géniale. Mythique.

Je vous laisserai découvrir la fameuse blague pas drôle vous-même. Le paresseux, lui, est tellement paresseux que l’information met un temps fou à monter au cerveau. Plus le temps de réaction. Et la totalité filmé. Sans coupure. Autant vous dire que les 10 premières secondes, on se dit « Allez, z’en faites trop ». A la 11e, je suis écroulée de rire pendant 5 minutes entières.

Ceci n'est pas un slowmotion. Ceci est un slothmotion.
Ceci n’est pas un slowmotion. Ceci est un slothmotion.

Mais aussi des messages importants

Zootopie, ce n’est pas seulement un dessin animé de disney. J’ai une préférence quand les dessins animés sont porteurs de messages. C’est éducatif pour les enfants, et surtout nécessaire pour les adultes (souvent). Et je trouve que c’est le cas ici.

Le pitch de base : animaux prédateurs et les autres vivent ensemble dans une belle harmonie. Pour moi, cela fait surtout écho à la diversité que peu présenter une société et la capacité des individus à vivre avec les autres individus, différents d’eux. C’est clairement un message de respect des différences mis en avant dans le film.

Des différences qui peuvent provoquer des préjugés. Les prédateurs ici. Mettez le nom de n’importe quelle minorité sociale à la place. On est bon. Et le petit lapin, Judy Hopps, lutte contre ces préjugés et souhaiterait les voir disparaître pour que tout un chacun vive ensemble. Tout ça ne vous rappelle vraiment rien ? En plus de ça, je trouve que c’est bien fait car le film souligne même la difficulté de mettre de côté ces idées préconçues et le besoin de toujours lutter contre, même pour quelqu’un qui souhaite cette paix sociale.

Ce n’est pas fini. De manière plus individuelle, Judy Hopps porte encore un autre message : celui de se battre pour réaliser ses rêves. Certes, ce message-là est un peu bateau, pourtant je le trouve de plus en plus important dans une société où justement l’empathie et le respect de l’autre a tendance à se perdre. Un rêve, une volonté. C’est très souvent possible d’y arriver pour peu que l’on s’en donne les moyens.

Voir ou ne pas voir : Zootopie de disney ?

Je ne sais pas si la question se pose vraiment sachant que je devais être une des dernières à ne pas l’avoir encore regardé. Cela dit, s’il en reste encore, je vous le conseille vraiment. C’est le genre de dessin animé pour les petits autant que pour les grands qui se regarde et reregarde à volonté.

Alors let’s go !

Ma note : 20/20

Le Lorax – Chris Renaud et Kyle Balda : le conte écolo à voir

Sorti au cinéma en 2012, Le Lorax était un film d’animation que je voulais voir mais comme souvent, je n’ai pas pu le voir à ce moment là. Et puis je suis tombée dessus récemment sur Netflix et j’en ai profité pour enfin me lancer dans ce petit conte d’animation inspiré du conte du Dr Seuss.

Synospis : Pour conquérir le cœur de sa jolie voisine, Audrey, Ted va s’échapper de Thneedville, un monde totalement artificiel où toute végétation a définitivement disparu, pour partir en quête d’un arbre vivant. Ted va rencontrer le Gash-pilleur, un vieil ermite aigri reclus dans sa cabane au milieu de nulle part, et découvrir la légende du Lorax, cette créature aussi renfrognée que craquante qui vit dans la magnifique vallée de Truffala et lutte avec ardeur pour la protection de la nature. Avec l’aide de sa grand-mère, Mamie Norma, Ted va devoir déjouer les pièges de O’Hare et ses sbires pour rapporter à Audrey la dernière graine d’arbre vivant au monde. Sans le savoir, le jeune garçon va transformer le destin de Thneedville. (Allociné)Lire la suite »