5 livres pour rafraîchir en cas de canicule 

5 livres courts (2)

Coucou les Earl Grey’s !

J’ai décidé de terminer mes petites sélections thématiques de juin par une liste qui risque de s’avérer utile même si la météo prévoit un temps plus clément la semaine prochaine, je me suis dit que si ça devait arriver à nouveau au cours des deux prochains mois, autant se préparer comme il se doit à la canicule ! Alors on choppe la citronnade ou le thé glacé (ou les deux soyons fous !) le plus proche et on plonge dans un des ces livres pour un bain rafraîchissant.

Les pirates de l’Escroc-Griffe de Jean-Sebastien Guillermou

Les-terres-interditesUne trilogie dont je n’ai lu que le premier tome mais que je compte bien continuer ! J’ai pensé immédiatement à ce roman qui se déroule quasi en totalité sur un bateau (et donc de l’eau, bateau, eau, rafraîchir, z’y êtes ? Non je n’ai pas trop eu à me casser la tête). En plus de ça, que d’aventure avec le premier tome, on se croirait en plein Pirates des Caraïbes mais en lecture avec des détails tout à fait originaux et sympa, un brin steampunk sur les bords ! Parfait donc !

Résumé du tome 1 (Les Terres Interdites) : Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu’aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites… (Babelio)

Dragon de glace de G.R.R. Martin

Dragon-de-glaceVous prendrez bien un glaçon ou deux dans votre thé glacé ?! Le Dragon de glace était une évidence. Cette courte histoire se déroule dans l’univers du Trône de fer mais bien avant. Une fillette aux capacités étranges qui fricote dans la neige avec un dragon ? Claquage de dents garanti !

Résumé : « D’un blanc cristallin, ce blanc dur et froid, presque bleu, le dragon de glace était couvert de givre ; quand il se déplaçait, sa peau se craquelait telle la croûte de neige sous les bottes d’un marcheur et des paillettes de glace en tombaient. Il avait des yeux clairs, profonds, glacés. Il avait des glaçons pour dents, trois rangées de lances inégales, blanches dans la caverne bleue de sa bouche.
S’il battait des ailes, la bise se levait, la neige voltigeait, tourbillonnait, le monde se recroquevillait, frissonnait. S’il ouvrait sa vaste gueule pour souffler, il n’en jaillissait pas le feu à la puanteur sulfureuse des dragons inférieurs. La dragon de glace soufflait du froid. » (Babelio)

Le territoire du vide de Alain Corbin (L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840)

Le-Territoire-du-videCeci n’est pas un roman mais un essai historique. Lu dans le cadre de mes études, je garde un excellent souvenir de ce livre. Au XIXe siècle, on apprend tout des moeurs et habitudes des anglais qui vont « aux bains » et notamment à Bath. Stations thermales de l’époque, promenades sur la jetée, cures médicales… tout y est ! En plus (et ce n’est pas inutile de le dire) Alain Corbin écrit vraiment bien, on ne s’ennuie pas du tout à lire ses recherches contrairement à certains historiens difficiles à lire ! Alors, on va au bain ?

Résumé : Au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle émerge une nouvelle attitude « spectatoriale » à l’égard du monde. Le passage du code esthétique classique à celui du sublime engendre une révision générale des manières d’apprécier les espaces illimités. Autrefois objets de répulsion, la mer, mais aussi la montagne et la forêt, sont désormais perçues comme belles et comme sources d’émotions nouvelles. L’émergence d’un désir du rivage en Occident est également imputable aux découvertes scientifiques sur les bienfaits de l’air marin et de l’eau de mer sur la santé physique et mentale, pour lutter contre le spleen et la mélancolie, et aux pratiques nouvelles d’exploration de la nature. Fuyant la pathologie urbaine, le promeneur-curiste se fait ainsi l’ancêtre du touriste. Alain Corbin, historien des sensibilités, signe ici une livre étonnant, qui, tout en faisant l’histoire des représentations du rivage nous plonge dans l’histoire étrange et fascinante de la découverte des plaisirs corporels liés à la mer. –Hervé Mazurel  (Babelio)

La Tempête de Shakespeare

La-tempeteLu il y a très longtemps, c’était presque évident de vous mettre cette pièce de théâtre dans la sélection rafraîchissante. De l’eau partout, des tempêtes, des naufrages et… ce mystérieux Caliban….! (Au passage, je trouve cette illustration de couverture absolument magnifique !)

Résumé : CALIBAN
Sois sans crainte! L’île est pleine de bruits, De sons et d’airs mélodieux, qui enchantent Et ne font pas de mal. C’est quelquefois Comme mille instruments qui retentissent Ou simplement bourdonnent à mes oreilles, Et d’autres fois ce sont des voix qui, fussé-je alors A m’éveiller après un long sommeil, M’endorment à nouveau; – et dans mon rêve je crois que le ciel s’ouvre; que ses richesses Vont se répandre sur moi… A mon réveil, J’ai bien souvent pleuré, voulant rêver encore. (Acte III, scène 2) (Babelio)

Le réfectoire un soir et une piscine sous la pluie de Yoko Ogawa

Le-refectoire-un-soir-et-une-piscine-sous-la-pluiePour terminer, je vous propose un court roman japonais. Je l’ai choisi principalement pour le titre, je le trouve beau et poétique tout en parlant de pluie. Idéal me suis-je dit ! Je l’ai également lu il y a bien longtemps mais j’en garde le bon souvenir d’un roman typique japonais, un peu abstrait dont on a du mal à cerner les contours mais qui malgré tout arrive à nous transporter jusque dans ce lointain pays.

Résumé : Quelque temps avant son mariage, une jeune femme rencontre un enfant et son père, qu’elle retrouve un soir plongés dans la contemplation d’un restaurant scolaire. Quand l’homme lui raconte pourquoi l’image d’un réfectoire le soir évoque pour lui le souvenir d’une piscine sous la pluie, la mélancolie s’installe tel un lien dont elle ne pourra plus se défaire…
Une jeune femme apprend la mort d’un camarade. Elle le connaissait peu mais cet accident la trouble plus qu’elle ne l’aurait imaginé. Dans l’ambiance étrange de la cérémonie funèbre, elle rencontre quelqu’un qui va faire basculer son quotidien.
Avec finesse et subtilité, Yoko Ogawa effleure l’inconscient de personnages vivant des instants précieux, comme hors du temps, qui bouleversent leur existence. Attirés par l’autre, ils partent à la découverte des mystères de l’amour et de la mort aussi sereinement qu’ils se servent une tasse de thé. (Babelio)

Ce sera tout pour cette sélection et pour mes conseils thématique de l’été. J’espère que les trois articles vous auront plu et que vous y avez trouvé votre bonheur, que votre curiosité a été titillé. Que vous préfériez les livres courts, les livres qui invitent au voyage ou qui amènent de la fraîcheur, merci d’avoir suivi et commenté !!

Publicités

5 livres pour voyager cet été quand le budget se limite au canapé

5 livres courts (1)

Coucou les Earl Grey’s !

Une nouvelle semaine se termine qui rapproche beaucoup d’entre vous des vacances d’été. Certains d’entre vous partiront en voyage et c’est génial, je leur souhaite de découvrir des choses fabuleuses. Or d’autres n’ont pas forcément le budget pour sortir du canapé (j’exagère un peu mais le fait est que l’avion et le train, ce n’est pas donné). Heureusement, avec la lecture, pas forcément besoin de partir loin pour voyager et c’est bien pour ça que je vous ai concocté une petite sélection exprès pour partir visiter sans dépenser trop.

Destination CHINE : Mémoires d’un eunuque dans la cité interdite – Dan Shi

51tMOXucbXL._SX321_BO1,204,203,200_Je vous ai déjà parlé plusieurs fois de ce livre mais je recommence ! J’ai tellement aimé découvrir la cité interdite dans ce livre que je ne peux pas m’empêcher d’y penser dès que l’on me parle de la Chine. On plonge au coeur des moeurs et habitudes du pays, certes pas d’aujourd’hui mais découvrir un pays c’est aussi découvrir son histoire ! Plus de raison de retarder le voyage ! Vous pouvez retrouver ma chronique ici : Mémoires d’un eunuque dans la cité interdite.

Résumé : Yu Chunhe, eunuque au palais de l’impératrice Xiaoding, nous livre ce témoignage exceptionnel sur la vie quotidienne des castrats et sur celle de leurs maîtres. Entré dans la Cité Interdite en 1898, à l’âge de dix-sept ans, il y passera dix-huit années terribles, marquées par la guerre contre les étrangers, l’exil de la cour à Xian, le traité de paix, la révolution, l’avènement de la république et la chute de l’empire.
Description édifiante des mours d’une époque, de sa décadence et de sa corruption, les Mémoires d’un eunuque dans la Cité Interdite constituent un document historique unique, mais sont avant tout le récit émouvant du destin tragique d’un adolescent vendu aux trafiquants d’enfants de Pékin qui fournissaient le palais impérial en eunuques. (Babelio)

Destination CALIFORNIE : Zorro – Isabel Allende

41u2kMTWYlL._SX306_BO1,204,203,200_Comment ne pas être totalement dépaysé en lisant un livre sur Zorro ?! Oui, vous avez bien lu ! Et ce livre est un petit bijou d’aventure en Californie doublé de la plume fluide et magnifique de Isabel Allende. Ah, on voyage, c’est sûr. Entre les départs pour l’Espagne et les retours en Californie, on vit complètement au rythme de la vengeance du mystérieux justicier ! Je me rappelle à quel point je m’étais régalée avec ce livre.

Résumé : Qui est Diego de la Vega, alias Zorro, le justicier masqué que nous connaissons tous ? Isabel Allende, avec l’humour qui la caractérise, nous emmène dans les coulisses de la légende.
Né dans le sud de la Californie à la fin du XVIIIe siècle, Diego de la Vega est l’enfant de deux mondes. Son père, un gentilhomme espagnol, et sa ravissante mère à moitié indienne façonnent sa double personnalité. Après une enfance riche d’enseignement, du maniement de l’épée à l’initiation aux rites de sa tribu, il embarque à quinze ans pour Barcelone. Le maître d’armes Manuel Escalante repère cet élève doué, contribue à parfaire son éducation et l’accueille dans une société secrète, La Justice, qui combat toutes les formes d’asservissement.
Avec à ses côtés le fidèle Bernardo, Zorro déploie des talents exceptionnels puis il retourne en Californie pour continuer sa lutte contre les injustices, devenant un symbole d’espoir pour les faibles et les opprimés. (Babelio)

Destination ISTANBUL : Les souliers vernis rouges – Stella Vretou

51JUE+dCb0L._SX309_BO1,204,203,200_Lu il y a peu, vous avez peut-être déjà lu ma chronique des Souliers vernis rouges. Y avez-vous succombé ? Dans cette saga familiale, on plonge en plein coeur de la Grèce et notamment de la ville d’Istanbul, carrefour de plusieurs civilisations et, de fait, source de conflit. Pourtant des gens y ont vécu… ont construit leur vie, leurs habitations et leurs habitudes quotidiennes. C’est un dépaysement complet.

Résumé : Un jour, en se promenant dans les rues animées d’Athènes, Néna découvre dans une vitrine une paire de souliers vernis rouges semblables à ceux qu’elle portait, enfant. Aussitôt, elle remonte le temps.
À la fin du XIXe siècle, Yagos, son arrière-grand-père, décide de quitter l’île grecque de Zante. Avec sa jeune épouse, la belle Evanthoula, il partagera une épopée faite de passions, d’amour, de joies, mais aussi de drames, de solitude et de peines. D’Odessa à Athènes, en passant par Constantinople et Smyrne, leur famille vivra au rythme des soubresauts du XXe siècle et notamment de la chute de l’Empire ottoman.
Alors qu’elle s’apprête à devenir mère, Néna saura-t-elle créer son propre chemin à travers ses racines grecques et turques et accepter ce passé tumultueux ? (Babelio)

Destination ITALIE : Le miroir des illusions – Vincent Engel

51k96U+3hwL._SX307_BO1,204,203,200_Voilà un an que j’ai lu Le miroir des illusions et pourtant je me souviens encore de certains détails. Je me souviens de la plume efficace de Vincent Engel. Je me rappelle les trahisons, les espoirs, les vengeances. Je me souviens m’être retrouvée en Italie, tentant de savoir ce qu’il s’était passé dans cette tragédie familiale digne du Comte de Monte Cristo. Un régal d’aventure en Italie !

Résumé : Genève, 1849. Le jeune Atanasio, tout juste arrivé d’un petit village de Toscane, apprend le décès de son protecteur de toujours, Don Carlo. Le notaire lui remet une lettre cachetée du défunt, accompagnée de cinq portraits : trois femmes, deux hommes. C’est le legs d’un père à celui qui ignorait être son fils. Un legs doublé d’une mission : venger Don Carlo par-delà la mort, en tuant tous ceux et celles qui ont empoisonné son existence.
Venise, 1800. Une enfant naît dans un palais en ruine : Alba. Radieuse et sauvage, elle grandit en se moquant des hommes comme de la morale, et n’entend pas changer de vie en épousant le prince Giancarlo Malcessati, alias Don Carlo.
Une nuit, au coin d’une rue mal famée, surgit Wolfgang. L’Allemand s’éprend aussitôt d’Alba. Entre eux, pourtant, il s’agira moins d’adultère que de crime…  (Babelio)

Destination ANGLETERRE : La dernière impératrice – Daisy Goodwin

51GN0j1bRHL._SX307_BO1,204,203,200_Pour terminer, je vous propose de partir en Angleterre avec La dernière impératrice. Un livre sur le séjour de Sissi en Angleterre, à l’époque de la Reine Victoria. On y découvre une Sissi bien plus froide et distante que dans les célèbres films, plus proche de la réalité également. Intrigue amoureuse dans une société où les apparences sont importantes et Sissi au milieu de tout ça… Alors, on la suit ?

Résumé : Découvrez la plus méconnue des aventures amoureuses de Sissi. Élégant et raffiné, le capitaine Bay Middleton est le meilleur cavalier d’Angleterre, mais est dénué de fortune. Jusqu’au jour où il rencontre l’intrépide Charlotte Baird, une riche héritière, qui tombe amoureuse de lui. Fuyant la Cour de Vienne et son atmosphère étouffante, Sissi va en Angleterre pour participer à une célèbre chasse à laquelle Bay se rend pour être son guide. Tous deux vont alors vivre une passion, ce qui mettra en péril leur avenir et les relations diplomatiques entre les deux pays… (Babelio)

Bon, je me rends que tous les livres que je vous propose dans cette liste ont un aspect historique en plus d’inviter au voyage. Dans tous les cas, ce sont des lectures que j’ai beaucoup appréciées et dont je me souviendrai pendant longtemps sans aucun doute.

Alors, vous partez où cet été ?

 

5 livres courts à emporter dans sa valise cet été

Coucou les Earl Grey’s !

Le mois de juin est bien entamé et difficile de ne pas penser déjà aux livres qui nous accompagneront pendant les vacances et les deux mois d’été. Si comme moi vous aimez lire des livres assez courts dès que le soleil pointe son nez, cet article est fait pour vous ! Je me suis dit que ça pouvait être sympa de rassembler ici quelques conseils de petits livres à découvrir entre deux siestes, deux longueurs ou deux citronnades (au choix, plusieurs possibles!).

Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête – Olivia Zeitline

51DNmb8+chL._SX332_BO1,204,203,200_Je vous parlais de ce livre récemment et vous pouvez retrouver ma chronique complète par ici. Je n’en démords pas, ce roman de développement personnel est un bol d’air frais pour la tête et je pense qu’il est idéal à lire pendant l’été, tranquillement installé dans son coin de lecture préféré.

Résumé : Un soir, une phrase étrange au ton mélodique, comme un air de musique, résonne dans la tête de Charlotte. Peur ou prémonition ?
Après un burn-out, Charlotte, une jeune trentenaire, quitte son job dans le marketing et tire un trait sur son ancienne vie. Elle retourne à ce qui la fait vibrer depuis toujours, la danse. Mais rien ne se passe comme elle le voudrait : les factures s’accumulent, sa relation amoureuse s’étiole, son rêve s’éloigne. Stella, une amie musicienne, lui conseille alors d’écouter sa voix intérieure et lui ouvre le chemin de l’intuition. De rencontre en rencontre, pas à pas, Charlotte apprendra à apprivoiser cette voix mystérieuse, à se fier aux signes du hasard et à suivre les mouvements de son corps.
Cette belle histoire vous entraîne dans son sillage magique et vous donne envie de suivre votre intuition. Vous ne lirez pas ce livre par hasard.
Comprendre les mécanismes de l’intuition, savoir l’accueillir, développer cette énergie du coeur pour s’accepter et faire les meilleurs choix de vie, c’est ce que nous apprend ce roman, à travers les nombreux conseils pratiques et pistes de réflexion distillés dans le récit.
Une belle histoire qui donne envie de suivre son intuition : une histoire inspirante, des clés pour s’initier à la magie de l’intuition, une invitation à vivre en accord avec soi. (Babelio)

La Perle de Pondichéry – Rose Morvan

51djwZh-jDL._SY346_Une envie de conte ? Une envie d’histoire de princesse ? Une envie de dépaysement ? La Perle de Pondichéry est fait pour vous. En quelques 150 pages, on s’en va totalement dans un royaume enchanté aux draperies et aux mets exotiques. Une perle ancestrale volée, une romance… de quoi savourer son après-midi ensoleillée. Vous pouvez retrouver ma chronique juste ici.

Résumé : Lorsqu’une princesse orgueilleuse rencontre un voleur désespéré…
Pondichéry, un des comptoirs de la Compagnie des Indes orientales, fut considérée comme la capitale de l’Inde française au XVIIIe siècle. Cultures française et tamoule se sont côtoyées et ont donné naissance à de nombreuses histoires de princesses et de maharajas. La Perle de Pondichéry est l’une de celles qui nous sont restées aujourd’hui.
Dans les jardins du palais de Jaipur, sous les étoiles étincelantes va se jouer une rencontre qui changera à tout jamais la vie de la princesse Haydée… Reste à savoir si cela ne marquera pas sa chute. (Babelio)

Pattes de velours, oeil de lynx – Maria Ernestam

41eCuTVqptL._SX330_BO1,204,203,200_Vous préférez les thrillers scandinaves ? Plongez dans l’univers étrange de Maria Ernestam qui nous livre une histoire glaçante de personnage à l’esprit étrange. Du suspense tout le long de ce court roman. De quoi frissonner pour se rafraîchir un peu. Ma lecture date un peu mais vous pouvez retrouver ma chronique ici.

Résumé : Sara et Björn s’installent à la campagne dans la maison qu’ils viennent de rénover. Un paradis d’espace et de liberté pour eux comme pour leur chat. Le couple d’en face, leurs seuls voisins, est charmant. Ils n’ont qu’un seul défaut, leur propre chat, un animal belliqueux qui défend son territoire toutes griffes dehors. Bientôt, une guerre des nerfs s’engage, oeil de lynx contre patte de velours. Et c’est délicieusement cruel. On ne choisit pas ses voisins. Leur chat encore moins. (Babelio)

La vengeance du wombat – Kenneth Cook

519y+suuLaL._SX307_BO1,204,203,200_Recueil de nouvelles sur le bush australien, j’ai lu ce livre bien avant de commencer à blogguer et je suis presque déçue de ne pas avoir pu partager avec vous cette lecture. J’en garde un souvenir extrêmement bon, dépaysant, frais et très agréable à lire ! On trouve beaucoup d’humour dans les péripéties de cet aventurier face à des rencontres toujours étonnantes. Heureusement, il a écrit d’autres recueils que je compte bien lire tôt ou tard !

Résumé : « Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient. Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l’autre, j’attendais le wombat qui m’intéressait. […] Avec l’aisance du geste enchaîné, je lui lançai le filet sur le corps. Il le déchiqueta en moins de deux secondes. […] Comment étais-je censé m’y prendre à partir de là?
Je n’eus pas le temps de me décider. Le wombat s’approcha de moi en poussant un grognement meurtrier, avec la ferme intention d’anéantir tous les mythes sur le caractère inoffensif et herbivore des wombats. »Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, un rien de faiblesse, et voilà Kenneth Cook, écrivain d’âge mûr « en léger surpoids », embarqué dans d’incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle.
Kangourou suicidaire, koalas explosifs, wombat vindicatifs, reptiles dérangés, chercheurs d’opales amateurs de paris stupides, Aborigènes roublards : ils finissent toujours par contrarier son penchant naturel pour le confort. Heureusement, car Cook en tire une brassée d’histoires plus vraies que nature, racontée avec un art consommé du gag, dans toute leur improbable hilarité. (Babelio)

Le démon de la perversité et autres contes – Edgar Alan Poe

51fHQATuJSL._SX331_BO1,204,203,200_Même chose pour ce recueil de nouvelles du grand E.A. Poe, je l’ai lu il y a longtemps. Pourtant, il m’a incroyablement marqué car il aborde notamment des sujets très intéressant pour les addicts du XIXe siècle. Il traite notamment d’une science « obscure » et pourtant médicale et reconnue à l’époque que je vous laisse découvrir. Un moment d’horreur et de frissons à découvrir avec plaisir.

Résumé : Dans quatre contes très noirs, l’écrivain américain Edgar Atlan Poe (1809.1849) donne à voir combien l’âme humaine est tortueuse. Avec un art consommé de la dissection psychologique, il adopte malicieusement le point de vue de l’assassin. Les meurtriers apparaissent dépassés par leurs odieuses obsessions, prêts à sombrer dans la folie, quand ils sont les victimes d’un malin génie déterminé à faire le mal pour le mal. Ce recueil comprend : Le Démon de la perversité, Le Coeur révélateur, Le Chat noir et La Barrique d’amontillado. (Babelio)

Alors, vous avez fait votre choix de lecture à siroter au soleil ? Vous aimez lire des livres courts également ou vous préférez les pavés pendant l’été ? Je pensais faire d’autres petits articles de ce genre si vous avez des thématiques qui vous intéresse n’hésitez pas à me le dire !

Throwback Thursday Livresque #26 – Noir et Lumière

Coucou les booklovers,

On est jeudi et cette fois pas de retard pour le Throwback Thursday Livresque de la semaine ! Bettie Rose Books a fait fort cette fois en nous proposant comme thème Noir et sans espoir ou Lumière et plein d’espoir. Comment vous dire à quel point j’ai galéré pour ce thème…

Faut dire que même si j’ai des moment de blues, je prône la lumière et l’espoir alors déjà, je ne voulais pas vous proposer un livre pour le noir sans espoir. Mais j’ai eu beau chercher, impossible de trouver un livre dont je ne vous ai pas déjà parlé. Allons bon. Je ne lis pas assez de livres positifs semble-t-il… ou en tout cas peut-être pas assez de littérature générale car dur dur de faire rentrer un livre de SFFF dans ces catégories (surtout la lumière, car même ceux qui ne sont pas pessimistes, il y a toujours du noir et de la lumière…c’est un peu le principe du genre sinon ce serait monotone).

Mais alors que faire ?! Me voilà quand même sacrément embêtée. Finalement, je vais la jouer filoute et je vous propose un livre avec le mot « Lumière » dans le titre ! Alors, alors ?! Vous la trouvez comment mon entourloupe ?!

La parfaite lumière – Eiji Yoshikawa

Résumé : « Soudain, il vit la vérité : les techniques de l’homme d’épée n’étaient pas son but ; il cherchait une Voie du sabre qui embrassât toute chose. (…) Pour la première fois, il se demanda s’il était possible à un être humain insignifiant de ne faire qu’un avec l’univers. » Le jeune Takezô est devenu Miyamoto Musashi, redoutable samouraï. Il sait maintenant que l’art du sabre ne s’acquiert qu’à force de sacrifices et de choix, qu’il est aussi art de la Vie. Sur les terres entourant le mont Fuji, la belle Otsu, le disciple Jotaro et l’enfant lori suivent les traces de Musashi : ceux qui le vénèrent doivent accepter, eux aussi, la rude discipline du samouraï. Affrontements, rencontres, épreuves et leçons : telle est la voie de la sagesse, l’unique voie menant à la parfaite lumière. Mais pour l’atteindre, Musashi doit engager l’ultime combat. (Babelio)

Mon avis : C’est en fait le tome 2 d’une duologie sur un célèbre samouraï du nom de Musashi. Le tome 1 est La pierre et le sabre et les deux se complètent totalement, évitez donc de les lire à un an d’écart sous peine d’oublier les noms des personnages (c’est du vécu. douloureusement.) Je dois dire que j’avais été complètement emportée par ce récit d’aventure japonaise. Je crois bien que c’est le seul roman japonais que j’ai lu étant historique et franchement, ça claque. Rien à voir avec un récit d’un occidental se déroulant dans une asie médiévale. Pour le coup, on est plongé dedans à 200%, le quotidien, les habitudes de vie, les relations sociales, la mentalité… C’est un dépaysement complet. En plus de ça, on suit les aventures d’un samouraï Musashi dans une quête de vengeance aux allures initiatiques et croisant de multiples adjuvants et opposants. Malgré le nombre de pages, on ne voit pas le temps passer et on se délecte de cette aventure dans le japon médiéval.

Et vous ? Vous avez moins de difficultés que moi pour choisir un livre sans espoir ou plein de lumière ?

Bonne journée !

Throwback Thursday Livresque #25 – Dans la peau d’un personnage

Après moultes péripéties, l’article qui disparaît puis réapparaît comme par magie (en fait c’est ça, Pause Earl Grey est un peu magique – laissez-moi le croire!-), le Throwback Thursday Livresque du jeudi arrive le dimanche ! Rétablissons l’équilibre cosmique comme le dit Alec à la bibliothèque puisque cette semaine le Brocolis de Merlin a posté dans les temps ! Let’s go donc ! Et veuillez m’excuser pour le dérangement …

Coucou les booklovers,

Une nouvelle semaine s’est écoulée, le soleil semble bien décidé à rester parmi nous à présent et c’est un plaisir d’entendre les oiseaux chanter un peu partout. Cette semaine, le Throwback Thursday Livresque de Bettie Rose Books nous amène sur des chemins surnaturels pour nous inciter à enfiler les chaussures d’un personnage. Dur dur dur. Car si je trouve des personnages super intéressants et cools, en général, ils ont des vies difficiles qui sont très bien loin de moi (cf : Le Trône de Fer, L’Assassin Royal, Le Seigneur des Anneaux…bref de quoi frémir mais pas envier). Autant vous dire que si le thème paraît très facile à première vue, au final, il ne l’est pas (mais alors pas du tout !).

Après un moment de réflexion à parcourir des yeux une centaine de fois ma bibliothèque, j’ai fini par trouver. Un choix simple, un livre dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprise car il fait parti de mes préférés mais dont je ne me lasse pas. Si je devais incarner un personnage, je choisirai probablement L’Etoile :

Stardust – Neil Gaiman

Résumé : Un paisible village niché au cœur de la forêt anglaise, non loin d’un mur mystérieux, infranchissable.
Mais pas pour Tristan, qui a juré de rapporter à la belle Victoria une étoile filante tombée de l’autre côté …
Il y découvre un monde fantaisiste merveilleux où fées, sorcières, licornes et princes sanguinaires se disputent le pouvoir à coups de sortilèges et d’enchantements. Mais gèrent aussi tous les soucis du quotidien en pays magique … (Babelio)

Mon avis : Parce que déjà, être une Etoile, je trouve ça carrément classe. Elle a beau avoir un destin assez tragique, elle tombe du ciel pour vivre une vie riche pleine d’aventure, de rebondissements et d’amour. Elle n’est pas si fragile que ça, cette Etoile, même si les autres personnages le croit, Neil Gaiman nous montre par divers détails qu’elle est bien plus forte qu’il n’y paraît avec son caractère fort, son air têtu et son incroyable bienveillance. J’aimerai bien incarner cette pureté, cette bonté, cette innocence tout en étant pas si naïve que ça. Classe ou pas ?!

Et vous, quel personnage de roman aimeriez-vous incarner si vous le pouviez ?

C’était le Late Throwback. Bonne nuit, journée, week-end de Pâques M’sieurs, Dames !