Passenger – Alexandra Bracken : retour vers le passé du futur

41+ymsqfnjl._sx342_bo1,204,203,200_Quoi de mieux qu’une petite chronique de roman pour bien commencer la semaine ? Il y a quelques jours Isa et moi avons fini notre lecture de Passenger, un roman young adult fantastique d’Alexandra Bracken et nous sommes définitivement maudites avec nos lectures communes. Non pas que Passenger soit mauvais, il y a de bonnes choses, mais les défauts sont trop gros pour nous avoir donné envie de lire la suite. Je vous explique mieux pourquoi après le résumé.

Résumé : Etta et Nicholas n’auraient jamais dû se rencontrer : elle, une jeune new-yorkaise de 2016, lui, un fils d’esclave vivant au XVIIIe siècle. Pourtant, les voilà projetés ensemble dans les couloirs du temps à la recherche d’un mystérieux astrolabe. Une quête périlleuse. Une idylle impossible.

Une broutille peut-être mais déjà le prénom « Etta » m’a perturbé durant toute ma lecture. Allez savoir pourquoi, mon cerveau butait sur le double T comme un râteau cognant régulièrement sur son nez et déjà, ça ôte de la fluidité au texte pour moi. Je suis d’accord, c’est quantité négligeable mais il y avait peut-être mieux comme diminutif d’Henrietta (ou pas…?)

Passons aux personnages et à l’intrigue. Etta et les personnages qui gravitent autour d’elle sont plutôt bien construit. J’aime quand même les personnages secondaires ont un background étoffé que cela serve ou pas l’intrigue, ça leur donne plus de corps. Pour le coup, l’histoire des personnages secondaires est totalement et à chaque fois imbriquée dans l’intrigue et c’est plutôt chouette. Cela a beau complexifier l’histoire, j’ai bien aimé découvrir les entrelacements de destins comme les couloirs du temps que les voyageurs traversent. Nicholas a une véritable vibrance dans le simple fait qu’il soit noir et parcourant le monde à des époques où cette couleur de peau n’était pas un avantage. L’autrice s’appuie beaucoup là-dessus et j’ai trouvé ça intéressant, dans le simple fait que les premiers rôles masculins sont rarement attribués à des noirs (j’ai d’ailleurs été agréablement surprise par Disney dans Casse-Noisette !).

Malheureusement si ces points positifs sont importants et me promettaient un agréable moment dès les premières pages, j’ai rapidement déchanté lorsque l’histoire d’amour se met en place. Dans une intrigue déjà pas mal complexe à cause du principal sujet : les voyages dans le temps, l’autrice a voulu ajouter les sentiments passionnés (à défaut de passionnants) des deux adolescents. L’histoire d’amour tombe comme un cheveux sur la soupe, une mouche dans le potage, flottant tristement après avoir bu la tasse… Les scènes semblent collées au papier maché, dénuées des sentiments qu’elles tentent de faire passer. En gros, ça gâche tout. Trois scènes qui auraient mieux fait d’être supprimées pour laisser la place à l’intrigue et au simple développement de leur relation.

Pour couronner le tout, j’ai également dû faire un effort pour comprendre le principe temporel mis en place par l’autrice. Modifier le passé n’a pas réellement d’incidence sur les voyageurs qui se retrouvent tout simplement bloqués sans pouvoir revenir dans le présent qu’ils connaissaient. Bon… J’ai vraiment lutter pour me dire : Ok, j’admets ce postulat. Parce que pour ma part, je suis plutôt #TeamDocBrown, à savoir que quand (ceci est un exemple de situation pas un spoiler) tu zigouilles un parent d’un voyageur avant sa naissance, le voyageur disparaît inévitablement. Plutôt logique, non ?

Lire ou ne pas lire : Passenger d’Alexandra Bracken ?

Je ne vais pas tourner autour du pot pour vous dire que ce livre ne m’a pas convaincue. Il avait un énorme potentiel mais beaucoup de choses sont venues freiner ma lecture : les principes de voyages dans le temps, le prénom de l’héroïne, l’histoire d’amour. Malheureusement, les points positifs de l’intrigue, des personnages secondaires et de Nicholas ne parviennent pas à relever mon intérêt pour cette série. C’est donc sans regret que je ne la continuerai pas.

Par contre, je suis curieuse, si vous l’avez lu et aimé, de connaître vos impressions et ce qui a fait que vous avais aimé cette lecture. Pour les autres, je n’ai pas dû vous donner envie avec cette chronique mais qui sait, peut-être que celle d’Isa le fera : Le petit monde d’Isa.

Publicités

Lectures prévues | Janvier 2019

BIlan 2017 (1)

Hello les Earl Grey’s !

On se retrouve pour le premier post de 2019 et même si je vais vous présenter ma pile-à-lire pour le mois de janvier, j’en profite également pour vous présenter mes vœux. Une année de plus débute pour Pause Earl Grey dont l’organisation est bien différente qu’elle l’a été par le passé. Moins d’articles, plus de spontanéité et cette recette me convient bien pour le moment. Avec l’écriture, j’ai beaucoup moins de temps à consacrer au blog sans que je veuille l’abandonner complètement. Ma priorité est certes différente (et le sera encore en 2019 avec plusieurs projets pour l’année dont je vous reparlerai sans aucun doute) mais Pause Earl Grey reste mon bébé, le salon de thé où j’aime vous retrouver pour partager de belles choses. Alors merci de me suivre encore dans cette version, merci d’avoir terminé l’année 2018 avec moi et je vous propose de nous retrouver encore en 2019 ponctuellement mais toujours dans la joie et les petits bonheurs qui rendent nos vies si passionnantes. Je vous souhaite de savourer chaque rire, chaque personne, chaque conversation et regard, chaque tasse de thé, chaque gorgée de café, chaque bouchée de la vie. Je vous souhaite des projets et des rêves à imaginer et réaliser, des réussites (peut-être des échecs mais qui vous feront grandir). Vivez chaque instant, même le plus insignifiant, avec passion.

Et bien évidement, je ne saurais terminer ces vœux sans vous souhaiter de belles découvertes littéraires et des lectures reposantes, rafraîchissantes, envoûtantes, intrigantes, enrichissantes, rigolotes, tristes, frissonnantes…

On commence par ici avec plusieurs livres jeunesse qui sont dans ma PAL depuis déjà de longs mois pour certains. J’ai besoin de commencer l’année en douceur !

Passenger – Alexandra Bracken

41+ymsqfnjl._sx342_bo1,204,203,200_Ce livre stagne dans ma PAL depuis sa sortie. Pourquoi ? Bonne question… J’aime beaucoup le thème des voyages dans le temps dans la littérature alors je suis bien curieuse de ce récit. C’est vrai que depuis que je l’ai, je ne l’ai pas non plus beaucoup vu passer sur les réseaux sociaux ce qui ne m’a pas vraiment poussé à le sortir rapidement (ma PAL est toujours effrayante même si j’ai l’impression de parvenir à la maîtriser depuis septembre dernier…) Passenger est donc ma première lecture de 2019 et en plus accompagnée d’Isa, quoi de mieux pour bien débuter l’année ?!

Résumé : Etta et Nicholas n’auraient jamais dû se rencontrer : elle, une jeune new-yorkaise de 2016, lui, un fils d’esclave vivant au XVIIIe siècle. Pourtant, les voilà projetés ensemble dans les couloirs du temps à la recherche d’un mystérieux astrolabe. Une quête périlleuse. Une idylle impossible. 

Six of Crows #1 – Leigh Bardugo

51c599g+v+l._sx349_bo1,204,203,200_Pour le coup, Six of crows est une lecture totalement due aux réseaux sociaux, et j’ai vraiment envie de découvrir cette duologie avant de me lancer dans Grisha de la même autrice et dont les résumés me vendent du rêve. Alors c’est décidé, Popcorn & Gibberish et moi, on se lance dès la semaine prochaine dans cette découverte !

Résumé : Les bas-fonds de Ketterdam s’organise en gangs rivaux. L’homme le plus ambitieux et le plus jeune de la pègre est Kaz Brekker. Aussi brillant que mystérieux, aussi charismatique que dangereux, et surtout, connu pour être un voleur hors pair. Prêt à tout pour de l’argent, il accepte la mission du riche marchand Van Eck : délivrer un savant du palais de Glace, réputé imprenable. Ce prisonnier est l’inventeur du jurda parem, une drogue multipliant sans limite les pouvoirs surnaturels de la caste des magiciens : les Grishas. Une drogue, qui, tombée dans les mauvaises mains, risque d’engendrer un chaos irréversible. 

Titania 3.0 – Pauline Pucciano

51af0rzemkl._sx339_bo1,204,203,200_Ce roman traîne aussi dans ma PAL depuis quelques temps, c’est le moment où jamais de l’en sortir puisqu’en plus d’être jeunesse et de correspondre à mes envies de lecture pour ce mois-ci, il remplit à merveille l’un des items du challenge littéraire que je fais (le prénom et nom de l’auteur ont les même initiales).

Résumé : Paris, XXIIe siècle. La société devenue ultralibérale n obéit plus qu aux lois impitoyables de l argent, des réseaux sociaux et du paraître. De grandes multinationales amassent des millions, dont Morgane Corp., qui fait fortune en prélevant et en revendant des organes…
Titania est devenue une icône des réseaux sociaux au physique presque irréel, tant elle ne cesse de modifier son apparence. Adulée, suivie par des millions de followers, rien ne la prédestine à rencontrer Jan, simple jeune homme de dix-neuf ans, poète à ses heures perdues. Et pourtant ! Lorsqu ils se rencontrent, c est le coup de foudre.
Ce que ne sait pas encore Jan, c est que cette créature énigmatique, à cent lieues de son univers, a signé un pacte avec la mort… Peu à peu, il mesure toute sa fragilité. Mais leur histoire d amour naissante se complique lorsqu un officier de police ordonne à Jan d enquêter sur elle. Qui est Titania ? D où provient sa richesse ? Que cache son immense solitude ? En cherchant à comprendre, Jan découvre à quel point il est urgent de la sauver.

Le sel de la vie – Françoise Héritier

4176+1acwzl._sx315_bo1,204,203,200_Petit roman que j’ai reçu à Noël. Du haut de ses 96 pages, il ne paye pas de mine mais le résumé me correspond tellement que je ne peux m’empêcher de le lire immédiatement. Ce petit quelque chose, ce piment, ce sel qui rend chaque vie unique et passionnante. J’ai bien peur de me régaler avec cette découverte !

Résumé : « Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements, et c’est de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie. » F. H.
Dans cette méditation tout en intimité et en sensualité, l’anthropologue Françoise Héritier traque ces choses agréables auxquelles notre être profond aspire, ces images et ces émotions, ces moments empreints de souvenirs qui font le goût de notre existence, qui la rendent plus riche, plus intéressante que ce que nous croyons souvent et dont rien, jamais, ne pourra être enlevé à chacun.

Girlboss – Sophia Amoruso

51lkzboi7vl._sx324_bo1,204,203,200_Je dois dire que ce livre est un choix purement pratique pour remplir un des items du challenge littéraire (lire un livre en VO). J’avais vu la série sur Netflix qui m’avait beaucoup plu avant d’acheter le livre. Mais maintenant, il ne m’emballe plus autant. Son atout : être court avec un texte aéré. Il n’est pas ma priorité de lecture du mois mais j’ai bon espoir d’en venir à bout ! Je suis quand même ouverte et me laisserai surprendre avec plaisir.

Résumé (VO du coup) : In this New York Times bestselling sensation, founder and Executive Chairman of Nasty Gal Sophia Amoruso shares her story and inspires women everywhere to join the #GIRLBOSS movement.’#GIRLBOSS is more than a book . . . #GIRLBOSS is a movement’ Lena Dunham’A millennial alternative to Lean In’ New York Magazine’A compellingly motivational read’ The Telegraph’The book you need in your life’ Marie Claire In the space of ten years, Sophia Amoruso has gone from high-school dropout to founder and Executive Chairman of Nasty Gal, one of the fastest-growing retailers in the world. Sophia’s never been a typical executive, or a typical anything, and she’s written #GIRLBOSS for other girls like her: outsiders (and insiders) seeking a unique path to success.Filled with brazen wake-up calls, cunning and frank observations, and behind-the-scenes stories from Nasty Gal’s meteoric rise, #GIRLBOSS covers a lot of ground. It proves that success doesn’t come from where you went to college or how popular you were in school. Success is about trusting your instincts and following your gut, knowing which rules to follow and which to break.Inspiring, motivating and empowering, #GIRLBOSS will give you the kick up the ass you need to reach your potential.

Imbolc – Carl F. Neal

51wrbqx3xal._sx352_bo1,204,203,200_Bien plus en adéquation avec mes recherches actuelles et après avoir lu Samhain et Yule, je poursuis ma découverte des fêtes païennes de l’année avec Imbolc. J’aime beaucoup cette collection des éditions Alliance Magique (je pense vous en parler lorsque j’aurais terminé les 8 livres qui la composent). Chaque livre retrace l’histoire de la fête et j’adore ça !

Résumé : Imbolc ― aussi connu comme fête de la Chandeleur ― est l’heure du réveil, après des mois d’introspection et de repli sur soi et nos proches. Nous célébrons le réveil des racines de la terre, avant son éveil complet au moment du printemps. Les premiers signes sont là, c’est le temps de la lustration, de la purification et du renouveau au travers de l’eau. Ce guide essentiel, de la collection païenne vous permettra de découvrir les traditions, les mythes, les prières, les recettes, les décorations à faire et rituels d’Imbolc pour fêter le réveil de la Nature.

Voilà pour mon mois de janvier. Un peu ambitieux mais je garde espoir de tout lire ! Ma PAL papier me remercie de privilégier le papier depuis plusieurs mois. Le régime est compliqué mais les résultats sont tout de même visibles ! On continue sur cette lancée pour 2019 !

De votre côté, que prévoyez vous de lire ? Quelles sont vos envies ? Avez-vous déjà lu certains de ceux qui vont m’accompagner durant le mois ? Je suis curieuse d’avoir votre avis si c’est le cas !