Les délices de Tokyo – Durian Sukegawa : faites vos valises, prochaine escale Japon

IMG_20180717_172430_161Préparez-vous à prendre l’avion car aujourd’hui je vous emmène tout droit au Japon. Tokyo pour être plus précise. Et si vous aimez la gastronomie japonaise, cette chronique risque de vous mettre l’eau à la bouche. Je l’avoue, depuis que j’ai lu Les délices de Tokyo, j’ai une furieuse envie de manger japonais que ce soit des sushis ou des mets plus spécifiques et je ne regrette qu’une chose : ne pas avoir eu le temps de prendre à manger sur les stands de la Japan Expo ! Quelle nouille ! Mais revenons-en à nos moutons, je vous parle des Délices de Tokyo de Durian Sukegawa, vous en avez probablement déjà entendu parlé mais décollons quand même pour ce beau voyage.

Résumé : «  Écouter la voix des haricots  »  : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.
Magnifiquement adapté à l’écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel  : un régal.

Autant vous le dire immédiatement pour ne pas vous faire mariner : ce livre n’est pas un coup de cœur. Peut-être que je m’attendais à un peu plus avec les retours et les encensements que j’en avais eu, le fait est qu’il ne se hisse pas jusqu’à cette position sacrée. Toutefois, c’est une excellent livre que je ne regrette absolument pas d’avoir lu. Il a tout pour plaire : de la poésie, de la lenteur à la japonaise, de la philosophie et de la pâtisserie. Pour tout dire, le message que transporte ce roman est assez proche de ce que je ressens en ce moment : la lenteur, les petits bonheurs retrouvés, l’appréciation de ce que l’on a sans chercher à acquérir plus, la nature omniprésente maîtresse de nos vies.

giphy7
Dorayaki

Les Délices de Tokyo vous transporte dès les premières pages. Au cœur de la petite boutique, devant les plaques chauffantes, l’odeur des pancakes et les commandes de dorayaki. Il ne faut pas oublier le cerisier en fleur devant l’entrée qui laisse traîner ses pétales là où il ne devrait pas. Même cette vieille dame mystérieuse est déjà là…

Au fil des pages, le lecteur découvre les secrets de la pâte de haricots rouges (un pur délice !) et c’est avec beaucoup de difficultés qu’on ne se jette pas dans le premier magasin asiatique venu pour hurler « FILEZ-MOI UN DORAYAKI ! » Comme ce n’était pas suffisant, Durian Sukegawa commence à parler d’une boutique d’okonomiyaki, une galette salée agrémentée selon les goûts du client et qui est tout aussi délicieuse. Bref. J’ai faim. J’ai les crocs. Et c’est si joliment écrit que mon estomac gargouille encore rien qu’à y repenser.

giphy8
Okonomiyaki

Bon, je vous rassure, l’auteur ne parle pas uniquement de nourriture. Il y a une intrigue derrière le personnage de la vieille dame et son histoire est d’ailleurs vraiment touchante. Le lecteur se laisse entraîner là-dedans avec plaisir parce qu’au final, c’est l’envie de vivre, savourer les instants de vie qui transparaît dans ce roman.

Lire ou ne pas lire : Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa ?

Comment ne pas recommander ce joli voyage en direction du pays du soleil levant ? J’ai adoré visiter cette pâtisserie, découvrir des personnages attachants malgré leurs sombres secrets. J’ai adoré la gourmandise suscité par Durian Sukegawa. Tous les amateurs de l’Asie et de la gastronomie devraient pouvoir trouver leur compte avec ce court roman. C’est avec plaisir que je découvrirai le film dès que l’occasion se présentera !

Aviez-vous déjà lu Les délices de Tokyo ? Qu’en aviez-vous pensé ? Était-ce un coup de cœur ?

giphy9

Publicités

15 réflexions sur “Les délices de Tokyo – Durian Sukegawa : faites vos valises, prochaine escale Japon

  1. Bonjour, je viens juste de découvrir ton blog. Félicitations pour ton merveilleux travail.
    Je n’ai pas encore écrit mon billet pour ce livre que j’ai lu durant mes vacances mais j’avais bien la triste réalité de cette vieille femme. Par contre, j’aurais préféré une écriture moins épurée (j’ai un peu de difficulté avec la litterature japonaise) et une gastronomie plus variée (les haricots, je commençais à en avoir souper !).

    Aimé par 1 personne

    • Merci beaucoup pour ton retour! C’est vrai que le style japonais est très particulier et différent des narrations occidentales 😄 la vie de cette vieille dame m’avait fait mal au coeur sniff !!

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.