Les Foulards Rouges, saison 1 Bagne – Cécile Duquenne : un mélange de steampunk, space opera et western réussi

IMG_20180620_154202_611Cela fait un peu trop longtemps que je ne vous ai pas proposé de steampunk par ici n’est-ce pas ? Je remédie à cette grave erreur dès aujourd’hui avec la première saison des Foulards Rouges de Cécile Duquenne ! Je suis tombée par hasard sur le livre chez Gibert Joseph, hop hop hop ni une ni deux, le précieux est à moi et j’entame la lecture de ce pas. Et aucun regret quant à cet achat, sauf peut-être celui de ne pas avoir la saison 2 sous le coude ! Mais je vous en dit plus après le résumé…

Résumé : Sur Bagne, Lara traverse les étendues désertiques pour remplir ses contrats. Car Lara est une Foulard Rouge, appelée à faire régner la loi à grand renfort de balles. Et sur cette planète-prison où les deux-tiers de la population sont des hommes, anciens violeurs ou psychopathes, c est une vraie chance pour une jeune femme comme elle de ne pas avoir fini dans un bordel. En plus, elle fait plutôt bien son boulot on la surnomme même Lady Bang. Mais Lara n a pas obtenu ce job par hasard tout comme elle n a pas atterri dans cet enfer par hasard. Elle doit tout ça à quelqu’un en particulier, à qui elle en veut profondément et qui, pourtant, a quelque chose à lui offrir une chose qui n a pas de prix. Lara acceptera-t-elle de baisser un peu sa garde et de se lier à de dangereux criminels comme le mystérieux Renaud ? Si elle veut reprendre son destin en main et ne pas finir ses jours ici, elle n aura pas vraiment le choix.

Un univers multigenre

A vrai dire, lorsque j’ai commencé cette lecture, j’avais beau m’attendre à du steampunk original, je ne m’attendais pas à ça. Je qualifierais presque cet univers d’OVNI tant il recèle de richesses. Bien sûr, on retrouve le côté steampunk avec les armes, la technologie qui tient plus lieu du rafistolage pour nous, les vêtements parfois. Mais on plonge également en plein western avec le désert, les chevaux, une organisation en divers clans des pensionnaires de la planète-prison Bagne. L’autrice entraîne même le lecteur vers un space opéra à un moment donné. Bref, de quoi ravir ceux qui s’ennuient d’un univers au bout de 50 pages.

Une héroïne aussi badass que sensible

Vous connaissez mon amour pour les héroïne hors du commun, ou en tout cas réaliste tout en bousculant les clichés ? Et bien Lady Bang est de cette envergure : dès le début, Cécile Duquenne pose les bases d’une héroïne badass. Lady Bang est forte, a un caractère de cochon, une carapace autour d’elle qu’elle a minutieusement construite durant son séjour sur Bagne. C’est une dure à cuire. Sauf que pas seulement. Au fil des épisodes, on découvre que Lady Bang n’est pas si différente de nous toutes avec ses doutes et son cerveau qui se met rarement en pause. Lady Bang a beau faire leur compte aux criminels, elle est aussi humaine avec ses forces et ses faiblesses. J’ai adoré cette dualité en elle car au fond chaque être humain est un peu dual, moi la première (oui bon, sans le côté badass je suis d’accord).

Je pourrais aussi vous parler de Renaud, le personnage masculin principal, ou du Capitan, le leader de l’organisation des Foulards Rouges sur Bagne. Ils sont tout aussi réussi mais le personnage de Renaud repose plus dans le fait de découvrir ce qu’il est durant le récit plutôt que sa personnalité (j’ai adoré le détester même s’il ne fait rien de vraiment détestable, il n’est pas un prince charmant, loin de là, mais on s’attache quand même !) Le Capitan est peut-être une petite déception. Pas dans le sens de sa construction, mais j’aurais aimé en savoir plus sur lui, on le croise assez peu au final alors qu’il est à l’origine de ce qu’est Lady Bang telle que le lecteur la connaît. J’ai grand espoir pour la saison 2 même si…. *MUTE BECAUSE OF SPOILERS*

Lire ou ne pas lire : Les Foulards Rouges, saison 1 Bagne de Cécile Duquenne ?

Forcément, c’est un livre que je vous recommande ! Amateur de steampunk, fantasy ou science-fiction, amateur d’aventure ou de western, vous pouvez y trouver votre compte et vous régaler avec cette lecture. La bonne découverte pour moi est le format « épisode/saison » et je trouve ça intéressant. L’histoire ne souffre pas de temps morts, on ne s’ennuie pas. J’ai vraiment adoré l’héroïne Lady Bang que j’ai hâte de retrouver dans une saison 2 et une saison 3 !

Alors, on se laisse tenter par le steampunk-western-spaceop ? Vous connaissiez déjà l’autrice, Cécile Duquenne ? Qu’avez-vous lu d’elle ?

 

Publicités

2 réflexions sur “Les Foulards Rouges, saison 1 Bagne – Cécile Duquenne : un mélange de steampunk, space opera et western réussi

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.