Comme un conte – Graham Joyce : voyage en pays des fées

IMG_20171130_092030_192Tous le mois de novembre, j’ai eu hâte de me plonger dans Comme un conte de Graham Joyce. Le résumé me donnait particulièrement envie (déjà depuis que je l’avais repéré cet été) alors il ne faisait pas trop de doute pour moi de commencer le mois de décembre avec. J’ai mis un peu de temps à le lire, rejointe par Isa pour une lecture commune, car je n’ai pas eu le temps de lire une seule page à Paris mais je ne regrette pas de l’avoir pris avec moi malgré tout. Dès les premières pages, la plume de Graham Joyce m’a transporté et ce jusqu’à la toute dernière…

Résumé : Il y a vingt ans, une adolescente nommée Tara disparaît sans laisser de trace. Son corps n’a jamais été retrouvé, et sa famille a fini par accepter son deuil. Pourtant, le soir de Noël, on frappe trois coups à la porte. Sur le seuil se tient une jeune fille qui ressemble étrangement à Tara. Et elle a l’air toujours aussi jeune… après la joie des retrouvailles, des questions se posent. Peter, qui ne croit pas aux miracles, croit encore moins à l’histoire de sa soeur, qui prétend avoir été enlevée par des fées… (Babelio)

Pour être tout à fait honnête, ce n’est clairement pas le récit auquel je m’attendais. En général, quand on s’attend à un autre contenu, ce n’est jamais une bonne surprise. Pourtant, il existe des exceptions et Comme un conte est la mienne. Je m’attendais à plus de Noël, mais on passe vite sur la journée du 25 décembre finalement pour plonger en plein cœur d’une magie un peu plus particulière. Car au fil des pages, c’est le monde des fées qui se dévoile peu à peu. Non pas celui des contes de fées, mais bien du folklore des fées : êtres espiègles, ni bons, ni mauvais, aux façons de vivre bien différentes, merveilleuses, mais animées par un brin de cruauté. Et franchement, même si le roman parle peu de Noël, si on m’amène dans le pays des fées à la place, ça me convient parfaitement.

L’originalité de l’histoire est qu’elle est racontée du point de vue de nous autres, humains. A aucun moment le lecteur ne plonge dans l’esprit ou la conscience de ces êtres dont on ne sait jamais vraiment s’ils sont réels ou non. A nous de croire ou pas. Mais j’ai bien envie d’y croire de mon côté. Après tout, lorsqu’un enfant, dans le monde, dit qu’il ne croit pas aux fées, l’une d’entre elles meurt… Et je n’ai pas envie de passer les fêtes à applaudir pour les sauver toutes alors voilà c’est décidé : j’y crois (même si je ne suis plus une enfant). C’est bien là tout l’exploit de Graham Joyce qui nous raconte cette histoire du point de vue d’un adulte sceptique (principalement) en conservant toujours une porte de sortie pour signaler au lecteur que l’adulte-sceptique n’a peut-être pas conscience de tout pour réellement émettre un avis objectif sur la question. Ce que je dis vous paraît un peu obscur ? Je m’en excuse. J’ai un peu de mal à expliquer comment la magie se dissémine à travers les pages et les mots du roman.

Le fait que cette histoire est servie par une plume agréable et fluide et que même si on ne sait jamais vraiment où Graham Joyce veut nous amener, c’est un plaisir certain de se laisser entraîner par la féerie ambiante et le folklore anglais.

Lire ou ne pas lire : Comme un conte de Graham Joyce ?

Aucun doute là-dessus, c’est un livre que je recommande pour les amoureux des fées, les férus de magie et les sceptiques qui souhaitent entrouvrir une porte sur de nouvelles croyances. Les sceptiques purs et durs risquent de se heurter à un mur d’incompréhension face aux discours de Tara, soutenant avec force le psy. Je respecte même si je trouve ce choix bien moins empreints de joies et de bonheurs que le chemin des fées. En tout cas, de mon côté, le choix est fée…fait.

L’avis du Petit Monde d’Isa : Comme un conte

Publicités

Le Petit Bonheur hebdomadaire #13

Le Petit Bonheur hebdomadaire

Coucou les Earl Grey’s !

Il est temps de reprendre les bonnes habitudes. Maintenant que je suis rentrée dans mes pénates (aussi glacées qu’à Paris) et malgré un rhume qui ne semble pas vouloir me lâcher la grappe, j’ai mon PC et plus de temps pour m’occuper du blog. Je n’avais pas pris mon ordinateur pour ne pas me charger et finalement j’ai bien fait car je n’aurais pas eu le temps de l’allumer. Les salons, c’est intense pour les exposants !

Pour mon petit bonheur de la semaine, je ne vais pas remonter très loin. Même si j’ai vécu de supers bons moments le week-end dernier, notamment voir les premiers flocons de neige en compagnie d’une excellente amie et commencer à ouvrir mon calendrier de l’avent. Hier, j’ai enfin sorti les décorations de Noël pour orner toute la maison et faire mon sapin. C’est toujours un merveilleux moment pour moi qui adore assembler motifs et couleurs. Cette année, le sapin est blanc/argenté, rouge et bois et j’en suis assez fière. Étrangement, j’ai mis beaucoup moins de déco que les années précédentes mais je trouve ça beaucoup plus élégant et cozy au final. Ne manque plus que le verre de lait et les cookies pour le Père Noël !

Avez-vous déjà fait votre sapin ? Quelle couleur avez-vous choisi, si vous choisissez des couleurs ? Comment aimez-vous le décorer sinon ?

Les Petits Bonheurs des blogs :

Alec à la bibliothèqueL’histoire du jourPetite PlumeLes écrits de JulieJune & cieHistoires de lecturesFan Actuel

giphy1

Au prix du monde (Saving Paradise #2) – Lise Syven : suite et fin d’un thriller fantastique

512qTAq0zhL._SX332_BO1,204,203,200_N’ayant pas eu le temps de poster ma chronique avant de partir pour Paris, je vous propose aujourd’hui de nous retrouver pour mon avis sur le tome 2 de Saving Paradise de Lise Syven. Je ne sais pas si vous vous souvenez de mon enthousiasme pour le premier volet l’an dernier, j’attendais cette fin de pied ferme pour connaître le dénouement de cet excellent thriller. Je n’ai pas été déçue même si ma chronique va être compliquée à rédiger car les deux tomes forment une continuité parfaite avec une seule et même intrigue.

Résumé : Le ciel est ouvert à ceux qui ont des ailes…
Faustine se réveille à l’hôpital, certaine d’avoir entendu Chevalier l’appeler. La jeune femme est très inquiète de la disparition de l’ambassadrice de la Fondation du Griffon, d’autant qu’elle est la seule à la croire en danger.
Pendant ce temps, le professeur Mésanger met tout en œuvre afin de rendre le Tumorex inoffensif, et Imago sème des cadavres sur son passage devant des autorités impuissantes face aux forces surnaturelles en présence. Seule Chevalier pourrait arrêter ce monstre, du moins s’il ne la tue pas avant…
Faustine trouvera-t-elle la force de défendre le paradis promis ? Parviendra-t-elle à convaincre Nato de la suivre sur cette voie ? Ne risque-t-elle pas de se brûler les ailes ?..(Babelio)

Ce n’est pas pour rien que Lise Syven m’expliquait qu‘elle avait conçu cette histoire en un tome unique. En lisant Au prix du monde, on sent bien que c’est un même récit coupé en deux. J’ai d’ailleurs dû retourner lire les dernières pages du premier livre pour me resituer car j’étais perdue au début du second. Heureusement, les nouveaux lecteurs n’auront pas à attendre avant de pouvoir lire l’histoire complète et tant mieux. En tout cas, c’est avec beaucoup de plaisir que j’ai retrouvé Faustine pour connaître le fin mot de ce thriller fantastique.

Là où le premier tome amenait progressivement les éléments fantastiques (ce que j’avais trouvé très intelligent), ici, le lecteur est totalement immergé dans le fantastique. Autant il est accepté d’office par certains personnages, d’autres ont plus de mal à s’y faire, ce détail est intéressant car nous ne sommes pas dans un univers dans lequel le fantastique est connu de tout un chacun, c’est agréable de le noter.

Comme pour le premier tome, Au prix du monde a tendance à nous faire tourner les pages sans pause. L’action se déroule très rapidement, beaucoup de chose se passe jusqu’au dénouement final. Un final d’ailleurs surprenant mais avec du recul, il me semble que c’était inévitable.

Lire ou ne pas lire : Saving Paradise #2 de Lise Syven ?

Je vais plutôt vous dire : lisez les deux tomes de Saving Paradise. Le deux va de pair avec le un pour former une histoire entière et en plus de ça, ça vaut le déplacement. J’ai adoré ce thriller fantastique et les personnages attachants que sont Faustine et Nato. Faustine apprend à reconnaître les choses essentielles de la vie (qui ne sont pas les études). On se questionne sur les croyances, l’évolution de l’humanité (ou sa régression), autant de thèmes intéressants à traiter et dont on pourrait parler pendant des heures sans s’essouffler. C’est donc toujours un coup de coeur pour moi ! J’ai hâte de découvrir les prochaines parutions de l’auteure !

Lectures prévues | Décembre 2017

lecturesCoucou les Earl Grey’s !

Le mois de décembre est déjà entamé depuis quelques jours maintenant, il est donc grand temps de partager avec vous ma pile-à-lire provisoire de ce mois de fêtes et de magie. Comme vous le savez, j’aime mes lectures en fonction des saisons et forcément qui dit Décembre dit Noël et Grand Froid. Le programme s’en ressent donc ! Je vous laisse découvrir ma liste de lectures, n’hésitez pas à me dire si vous avez lu un ou plusieurs titres ou simplement s’ils vous rendent curieux !

La fiancée du Tsar – Marie Laurent

51aNa-twiqL._SX354_BO1,204,203,200_

Forcément, un livre qui se passe en Russie et une couverture hivernale en prime… J’ai hâte de découvrir cette histoire slave aux éditions Gloriana !

Résumé : Saint-Pétersbourg, 1825. La princesse Irina Apraxine, jeune fille gâtée et prétentieuse, se prend de passion pour le tsar Alexandre Ier. Mais ce dernier, époux fidèle et souverain mystique, repousse ses avances. Qu’à cela ne tienne ! Elle le suit jusqu’à Taganrog en Russie méridionale, où il meurt inopinément. Irina refuse de croire à cette disparition et entame un long périple pour le retrouver, entraînant à sa suite Anatole, un jeune soldat éperdument amoureux. Entre un idéal inaccessible et un homme de chair et de sang, qui choisira-t-elle ? (Babelio)

Comme un conte – Graham Joyce

51lgjlEexwL._SX300_BO1,204,203,200_

Repéré complètement par hasard cet été en grande surface, j’ai immédiatement noté les références pour pouvoir me le procurer et le lire au moment de Noël, je pressens un coup de cœur… affaire à suivre.

Résumé : Il y a vingt ans, une adolescente nommée Tara disparaît sans laisser de trace. Son corps n’a jamais été retrouvé, et sa famille a fini par accepter son deuil. Pourtant, le soir de Noël, on frappe trois coups à la porte. Sur le seuil se tient une jeune fille qui ressemble étrangement à Tara. Et elle a l’air toujours aussi jeune… après la joie des retrouvailles, des questions se posent. Peter, qui ne croit pas aux miracles, croit encore moins à l’histoire de sa soeur, qui prétend avoir été enlevée par des fées… (Babelio)

La véritable histoire de Noël – Marko Leino

51iIO0CEltL._SX349_BO1,204,203,200_

Déjà l’an dernier je voulais le lire, mais ma PAL était déjà faite. Automatiquement, il était dans celle de l’année suivante et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que je compte me plonger dans ce joli conte !

Résumé : Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter.
Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.
Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes. (Babelio)

Christmas Pudding – Nancy Mitford

51FFe7MtjJL._SX303_BO1,204,203,200_

L’Angleterre, Noël, du Pudding, un brin historique avec les années 30 ? Comment vous dire que… je ne pouvais pas passer à côté ? A voir ce que cela donne mais déjà le résumé me donne terriblement envie !

Résumé : Un Noël à la campagne dans le Gloucestershire. La perspective est séduisante pour un groupe de jeunes mondains, un peu las de la routine londonienne, qui décident de séjourner à proximité du domaine de Lady Bobbin et de ses enfants.
Multipliant péripéties invraisemblables et dialogues mordants, Nancy Mitford dresse un portrait décalé de la société anglaise dans les années 1930. (Babelio)

Le naufrage de la Vesle Mari et autres racontars – Jorn Riel

41EBP0DwqBL._SX303_BO1,204,203,200_

J’ai déniché les deux livres de Jorn Riel dans la bibliothèque familiale. J’y trouve souvent des trésors ! Littérature du Groenland. Si vous aimez la littérature scandinave autant que moi et que vous ne connaissiez pas d’auteur scandinave, comme moi, je parie que votre curiosité est déjà attisée !

Résumé : Comment des chasseurs du nord-est du Groenland, sains de corps et d’esprit, rompus à l’art de transformer l’ours blanc en carpette de lit et d’ingurgiter entre potes un infâme distillat maison, pourraient se réacclimater à la moiteur quasi tropicale du Danemark ? Comment échapper à cette fatale descente aux enfers décrétée par un bureaucrate blafard et cravaté de Copenhague ? Comment ? Nos héros arctiques ont l’imagination fertile, et plus d’un tour dans leur sac… (Babelio)

La vierge froide et autres racontars – Jorn Riel

41rtJb8Iy1L._SX302_BO1,204,203,200_

Autant lire les deux !

Résumé : « Cap sur le Groenland avec Jorn Riel, écrivain baroudeur et conteur malicieux. De son long séjour en Arctique il a rapporté des anecdotes, des récits, des « racontars ». En un mot, des histoires d’hommes seuls sur une terre glacée où le soleil, l’hiver, se couche très longtemps. Ces rudes chasseurs ont d’étranges faiblesses, des tendresses insoupçonnées, des pudeurs de jeunes filles et des rêves d’enfants. Les solitaires s’emplissent de mots tus et, ivres de silence forcé, ils quittent parfois leur refuge pour aller « se vider » chez un ami. Ces nouvelles de l’Arctique ont la rudesse et la beauté du climat qui les suscite. Souvent râpeuses, toujours viriles, parfois brutales, saupoudrées de magie et de mystère, elles nous racontent un monde où la littérature ne se lit pas mais se dit, où l’épopée se confond avec le quotidien, où la parole a encore le pouvoir d’abolir le présent et de faire naître des légendes. » (Babelio)

 

L’heure du bilan | Novembre 2017

lheure-du-bilan-octobre-1

Coucou les Earl Grey’s !

Au moment où vous lisez ce bilan, je suis probablement dans le métro où déjà en place à Montreuil. Il fallait quand même bien que je prévois mon petit bilan du mois même si je ne suis pas derrière mon écran de PC. Le mois de novembre est passé tellement vite que c’en est effrayant. Pourtant, je prends toujours bien soin d’apprécier chaque bon moment, d’être dans l’instant présent sans trop penser au mois suivant, mais rien à faire. Certains mois passent trop vite. J’espère que ce ne sera pas le cas de décembre que je puisse quand même avoir l’impression de passer un temps à préparer les fêtes. Nous verrons bien…

giphy

Ce mois de Novembre s’est posé sous le signe de la lecture avec 11 livres lus. Bon des romans jeunesse surtout (de suite c’est moins impressionnant !) dont un que je n’ai pas chroniqué sur le blog. Petit récap des chroniques littéraires du mois :

  • Les YeuxSlimane-Baptiste Berhoun : un bon thriller fantastique mais pas un genre pour moi
  • InterférencesConnie Willis : sujet intéressant de l’hyper-connexion dans notre société
  • Caraval #1Stéphanie Garber : magie et folie bien menée malgré une fin tirée par les cheveux
  • Mon avis sur 4 romans jeunesse Castelmore : 42 jours – Silène Edgar | Ecoute le Rossignol – Lucy Strange | Ma vie de Bacha Posh – Nadia Hashimi | L’Effet Matilda – Ellie Irving
  • Penny CambrioleCécile Duquenne : série jeunesse d’aventure et steampunk qui sort du lot

Je n’ai pas pu m’empêcher de vous parler d’un drama coréen que j’ai littéralement adoré le mois dernier : Gobelin. A la fois historique, fantastique, romance, avec un peu d’humour et un super casting. Gros coup de coeur.

tumblr_oxgr3hfff61sh8uxlo1_500
source : tumblr @dramatroll

J’ai décidé aussi de participer au Challenge littéraire du Rat des Villes : Challenge des 4 éléments. Aussi, je mettrais à jour l’article au fur et à mesure de mon avancée dans ce défi. Déjà quelques lectures au compteur !

Enfin, ce mois de Novembre, mon éditeur a révélé la couverture et le résumé de mon premier roman à paraître en décembre. Aussi, j’en ai profité pour rédiger un article sur l’importance des rêves et pour vous présenter le livre : La Dramaturge.

Le mois de décembre ne s’annonce pas vraiment calme, mais intéressant et rempli de petits bonheurs au quotidien ! Je vous souhaite de belles préparations de Noël car au final, c’est ce qui fait tout le charme de ces fêtes. Je vous souhaite également du bonheur et de belles découvertes littéraires ! On se retrouve lundi pour la pile-à-lire provisoire de mon côté !

tumblr_os5yp6tu701tmjt2ko9_540
source : tumblr @heartou