L’heure du bilan | Octobre 2017

lheure-du-bilan-octobre

Coucou les Earl Grey’s !

Nous sommes le 31 octobre, l’heure du bilan est donc arrivée. Comme vous l’avez peut-être remarqué, ce mois-ci a été extrêmement chargé sur le blog, le Mois de l’Imaginaire oblige. Mais malgré le travail que cela m’a demandé, je dois dire que je ne regrette rien. J’ai beaucoup échangé avec vous tous et d’après vos retours, vous semblez avoir apprécié cette démarche. Je vous remercie donc pour votre présence et vos commentaires qui ont donné lieu à de beaux échanges sur l’imaginaire. Je renouvellerais sans aucun doute l’expérience l’an prochain avec des choses un peu différentes car je souhaite aussi varier les plaisirs !

giphy6

Vous pouvez donc retrouver les articles conseils de lecture imaginaire, suggestions de moi-même ainsi que des libraires de chez Sauramps en Cévennes que je remercie de s’être prêtés au jeu, ainsi que le debrieffing sur la soirée de l’imaginaire organisé par la librairie.

Comme le mois était consacré à l’Imaginaire, j’ai tenu à vous proposer des chroniques de livres appartenant à cette thématique. A l’exception du livre de Kang Myoung Chang, Parce que je déteste la Corée publié au tout début du mois, tous les autres livres étaient soit de science-fiction, jeunesse, steampunk ou encore urban fantasy.

Du côté des écrans, je pensais vous proposer plus que ça, finalement l’écriture de mon nouveau manuscrit m’a pris du temps de cinéma. L’exclusivité est donc réservée à Blade Runner 2049 que j’ai énormément apprécié malgré un petit bémol. Sur mes petits écrans, j’ai vu Paddington il y a peu et même si je n’ai pas chroniqué le film, j’ai été totalement sous le charme de ce petit ours qui m’a fait verser des grosses larmes (du moment qu’il y a des animaux, je pleure souvent, hum…) et j’ai passé le mois à terminer mon visionnage de Star Trek : Next Generation. Je jette mes prochains dévolus sur des dramas coréens car ça me manque un peu et pour Halloween binge-watching de Stranger Things.

giphy7
Se sortir d’une situation grâce à un parapluie ? So British. 

Je terminerai ce bilan par un côté un peu plus personnel. J’ai reçu avec bonheur le Swap d’automne que j’ai fait avec Adlyn avec qui c’est toujours un plaisir d’échanger. Il y a quelques jours, ma maison d’édition (Gloriana éditions) a annoncé la sortie de mon premier roman en décembre : La Dramaturge. J’étais très angoissée et impatiente de ce moment, la réception a été bonne et je remercie tous mes soutiens pour leur enthousiasme. Je ferai un article dédié à mon saut dans le vide concernant l’écriture et ce premier roman durant le mois de novembre pour vous en dire un peu plus. Une chose est certaine en tout cas, peu importe ce que me réserve l’avenir, je continuerai d’écrire.

Le mois de Novembre sera sans doute beaucoup moins dense. Histoire de souffler un peu. Mes lectures seront sous le signe de Castelmore et Bragelonne pour préparer le salon de Montreuil. Je ne sais pas encore si je vous proposerai des chroniques de chaque, je verrais selon le temps et l’inspiration.

Je vous souhaite un merveilleux mois de Novembre avec les chocolats chauds, biscuits maison et les premiers préparatifs de Noël. En attendant, fêtons Samhain, passerelles entre les morts et les vivants, le surnaturel et le réel, comme il se doit. Happy Halloween folks !

giphy8
Happy Halloween !
Publicités

Le Petit Bonheur hebdomadaire #8

Le Petit Bonheur hebdomadaire

Coucou les Earl Grey’s !

Il est temps du Petit Bonheur hebdomadaire pour bien terminer cette semaine un peu chargée sur le blog. Tellement chargée que je pense ralentir nettement le pas le mois prochain, j’espère que vous ne m’en voudrez pas.

En dehors du blog, la semaine a été très banale. Rien de spécial n’est arrivé. Pourtant, c’est lorsque rien de spécial ne se passe que les petits bonheurs sont les plus visibles et en y réfléchissant bien, j’en ai eu plusieurs cette semaine. A commencer par le visionnage du film Paddington dimanche dernier. Je ne l’avais jamais vu et ç’a été une vraiment bonne surprise, j’ai beaucoup ri et vivement le 2 en décembre. Ensuite, Broadchurch a repris. Je vous vois déjà venir : « Mais Gaëlle ! Tu n’aimes pas les policiers ?! » Oui mais je n’aurais qu’un nom à vous dire : David Tennant. J’ai également continué mon manuscrit, j’ai un bon rythme d’écriture que je tiens bien et c’est un plaisir. Maintenant, je commence à avoir hâte de le terminer pour le faire lire aux premiers cobayes. Pour finir, je souhaiterais remercier le soleil d’avoir autant prolongé l’été par chez moi, j’aurais pu me balader en t-shirt durant toute la semaine et ces derniers jours, il a fait aussi chaud qu’un plein mois de juillet ! Les petites séances de lecture sur le balcon ont pu continuer un peu et j’en profite avant que le froid glacial ne s’abatte sur mon pauvre épiderme de frileuse.

giphy5

Et vous quels ont été vos petits bonheurs cette semaine ?

Les Petits Bonheurs des blogs :

Le Rat des villesPetite PlumeLes écrits de JulieLe Petit Pingouin vertAlec à la bibliothèqueL’histoire du jour Le calepin d’une lectrice

Mois de l’imaginaire | 3 livres Fantastique à lire

18664375_1689593514677964_5271487969310629905_n

Coucou les Earl Grey’s !

Aujourd’hui, comme tous les jeudi en ce mois d’Octobre, on se retrouve une dernière fois pour fêter l’imaginaire ensemble. Cette semaine, j’ai choisi le Fantastique. Comme j’ai pu en discuter avec plusieurs lecteurs sur la sélection de Fantasy, les définitions semblent un peu diverger en la matière. Je vais donc vous prévenir immédiatement, dans cette sélection les histoires se déroulent sur la base de notre réalité avec des éléments surnaturels et fantastiques acceptés.

American Gods – Neil Gaiman (J’ai Lu)

51jRO2DbB7L._SX307_BO1,204,203,200_Je vous en ai parlé au printemps dernier lors de ma lecture, ce n’était il n’y a pas si longtemps mais comment ne pas vous conseiller un livre de Neil Gaiman dès lors que l’on met un pied dans le fantastique… No way. Alors voilà. En s’appuyant sur les croyances ethniques d’un peu partout sur la planète, Neil Gaiman a créé avec American Gods, un véritable bijou de réflexion sur la croyance aujourd’hui et ce que l’homme en a fait.

Résumé : Neil Gaiman sait redonner aux légendes établies un souffle nouveau. Celui qui, dans une nouvelle éblouissante, a osé présenter Blanche-Neige comme une criminelle sadique, se permet, dans American Gods, de mêler mythologie et conflits de l’Amérique d’aujourd’hui… Quand les anciens dieux se sont installés en Amérique, amenés par de hardis navigateurs puis par les vagues successives d’émigrants, ils pensaient trouver un territoire à la mesure de leurs ambitions. Peu à peu, cependant, leurs pouvoirs ont décliné : Anubis – l’ancien dieu des morts égyptien – en est réduit à travailler dans une entreprise de pompes funèbres ! Et de nouvelles idoles – cinéma ou Internet – se sont imposées. C’est pourtant un humain, Ombre, qui se retrouve au cœur d’un conflit titanesque : à peine sorti de prison, découvrant que sa femme est morte et que son meilleur ami était son amant, il accepte un contrat aussi dangereux qu’étrange… (Babelio)

La maison hantée – Shirley Jackson (Editions Rivages)

517QOcUkFaL._SX313_BO1,204,203,200_Conseillé par Yohan, Libraire chez Sauramps : Epuisé depuis des années, ce chef d’oeuvre est enfin réédité. C’est un roman gothique moderne, brillamment écrit, qui baigne entre fantastique, épouvante et surnaturel.

Résumé : Construite par un riche industriel au XIXe siècle, Hill House est une monstruosité architecturale, labyrinthique et ténébreuse, qui n’est plus habitée par ses propriétaires. On la dit hantée. Fasciné par les phénomènes paranormaux, le docteur Montague veut mener une enquête et sélectionne des sujets susceptibles de réagir au surnaturel. C’est ainsi qu’Eleanor arrive à Hill House avec ses compagnons. L’expérience peut commencer, mais derrière les murs biscornus, les fantômes de la maison veillent et les cauchemars se profilent…
Née il y a exactement cent ans, Shirley Jackson est considérée comme la reine du roman gothique moderne. On lui doit également le formidable « Nous avons toujours vécu au château », publié en Rivages/Noir. (Babelio)

Le faiseur d’histoire – Stephen Fry (Folio SF)

51cBIfXmGSL._SX301_BO1,204,203,200_Je n’ai encore jamais eu l’occasion de vous parler de ce roman incroyable, j’en profite donc pour le faire un peu aujourd’hui. Le narrateur se situe dans notre époque et par un fait que vous découvrirez dans le roman, il se retrouve propulsé à en Allemagne à l’époque de Hitler. Entre fantastique et uchronie, j’ai adoré me plonger dans l’univers et la plume de cette célébrité anglaise qu’est Fry car il écrit excellemment. Malgré un sujet difficile, il arrive a apporter de la légèreté grâce à sa plume. J’ai adoré.

Résumé : Michael Young est convaincu que sa thèse d’histoire va lui rapporter un doctorat, un tranquille poste académique, un vénérable éditeur universitaire et le retour de sa difficile petite amie Jane. Mais un historien devrait savoir que l’on ne peut prédire l’avenir…. Sa rencontre avec Leo Zuckermann, vieux physicien obsédé par le génocide juif va les amener à semer aux quatre vents les pages de la thèse, mais aussi à tourner celles de l’histoire… Et après leur expérience rien – primé, présent ou futur – ne sera plus jamais pareil. (Babelio)

Avez-vous lu l’un de ces livres ? Quel est le livre fantastique qui vous a marqué et que vous conseilleriez autour de vous ?

Prince Lestat et l’Atlantide – Anne Rice

IMG_20171018_111702_848Je remercie les éditions Michel Lafon et NetGalley pour cette lecture.

Je vous le dis immédiatement : cet article ne sera vraiment pas facile à écrire pour moi. Pourquoi ? Je suis totalement fan d’Anne Rice depuis mon adolescence et retrouver Lestat de Lioncourt depuis deux ans avec la suite des Chroniques des Vampires, c’est des shoots de bonheur liquide dans mes veines. Non, je ne suis absolument pas objective avec Anne Rice et Lestat. Non, je n’essayerais même pas de l’être. J’assume ma fangirlitude. Lestat c’est Lestat, le Roi de la nuit et le Meilleur vampire du monde (ne me dites pas autre chose, la conversation sera stérile). C’est puéril, je sais. Mais eh, je suis humaine aussi !

Résumé : Un rêve hante Lestat sans relâche, celui d’une ville qui sombre dans les flots… Ce songe viendrait-il d’Amel, l’esprit qui lie tous les vampires de la planète ? Même si Lestat héberge désormais en lui cet être hors du commun et partage ses pensées, sa logique reste incompréhensible, échappant à tous…
Alors que des secrets millénaires sont sur le point d’être révélés, le prince des Enfants de la Nuit va devoir affronter une puissante force qui vient d’au-delà des âges. Prêt à tout pour découvrir l’histoire de ses origines, même à risquer la vie de ses fidèles, jusqu’où ira le vampire ? (Livraddict)

Me voilà embarquée pour le deuxième tome de Prince Lestat et 12e de La Chronique des Vampires. Après énormément de temps sans nouveau livre sur Lestat, je m’étais jetée sur la version anglaise du premier Prince Lestat pour le relire ensuite à sa sortie en France. Pour Prince Lestat et l’Atlantide, j’avais décidé de ne pas le lire en anglais, j’ai donc attendu de pouvoir le lire en français et je ne regrette pas cette attente. Retrouver Lestat en octobre, vampire rebelle en mal d’amour et toujours en quête de connaissance, c’était parfait. Pourtant la personnalité de mon vampire préféré a bien changé depuis sa transformation dans le livre Lestat le vampire. Il a pris de l’âge, il a mûrit, il a vécu des choses qu’aucun autre vampire n’a vécu. Il a croisé des démons, aimé, détesté, enfanté, même changé de corps. Dans ce tome 12, Lestat a un poids sur les épaules. Il a la responsabilité de la vie de tous les vampires. Lui habituellement si indolent, c’est le coup dur. Mais le Lestat que l’on connaît et adore n’est jamais très loin.

Sans trop rentrer dans les détails pour ne pas vous spoiler, Lestat abrite un esprit dans son corps, Amel. Dans ce tome 12, Anne Rice explore encore plus l’identité de cet Amel et va encore plus loin dans ses explications. Peut-être même un peu trop mais ça passe tellement bien sous sa plume. En tout cas, ça ne m’a pas dérangée même si j’ai trouvé que c’était un brin tiré par les cheveux.

Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est la présence de Louis. Sa relation avec Lestat est vraiment touchante. Après toute leur histoire à tous les deux, je suis contente qu’ils en soient là où ils en sont. C’était pas gagné ! Mon autre personnage préféré, Armand, est un peu en retrait dans ce tome, j’espère qu’il prendra un peu plus d’importance dans le prochain mais ce n’était pas le propos de celui-ci. Tout les autres personnages installés dans le premier volet de Prince Lestat sont là et j’avoue adorer le rôle de Fareed et Seth dans l’affaire. Scientifiques et médecins vampires, ils se chargent d’étudier leurs semblables pour se connaître sans avoir à devenir des cobayes des humains. Je trouve que c’est LA bonne idée de cette série Prince Lestat et qui est bien exploitée dans Prince Lestat et l’Atlantide.

Lire ou ne pas lire : Prince Lestat et l’Atlantide de Anne Rice ?

Soyons honnête, si vous n’avez pas lu au moins Prince Lestat, ce sera difficile de comprendre pour vous. Anne Rice a écrit pour ses lecteurs et je conseille vivement de lire toutes les Chroniques des vampires avant d’en arriver à Prince Lestat et l’Atlantide. Par contre, je ne peux que vous recommander de vous plonger dans cette merveilleuse saga aux personnages si charismatiques qu’ils sont impossibles à oublier. Pour celleux qui connaissent déjà la saga, si vous êtes un fan de Lestat comme moi, vous ne pourrez qu’aimer vous plonger à nouveau dans son univers. Je ne sais pas si je me lasserai un jour de Lestat…! Bref j’ai adoré ce moment de lecture !

P.S.: Ne comptez pas le nombre de fois où j’ai écrit « Lestat » dans cet article. Mince, encore un!

 

Retour sur la Soirée Imaginaire chez Sauramps en Cévennes

18664375_1689593514677964_5271487969310629905_n

Coucou les Earl Grey’s !

Comme promis, je vous propose aujourd’hui de revenir sur la soirée consacrée à l’imaginaire chez Sauramps en Cévennes jeudi soir dernier. C’était vraiment une soirée très sympathique avec plus de monde qu’espéré qui sont venus voir les auteurs en dédicaces. La librairie recevait :

  • Cécile Duquenne : Les foulards rouges (Bragelonne), Penny Cambriole (Rouge Safran). Une auteure vraiment adorable avec qui j’ai pu discuter avec plaisir. D’ailleurs, vous risquez de voir passer ses livres sur le blog car son univers est en plein dans le steampunk !
  • Christophe Nicolas : Le Camp (Fleuve), La Chute (Fleuve) notamment. Des thrillers fantastiques.
  • Emma Avis : Le miroir d’Alice tome 1 et 2 (auto-édition). Du fantastique.

La soirée a été ponctuée par des intermèdes musicaux de Atanixia à la harpe (de la formation Zazplinn). Il s’agit de nouvelle musique traditionnelle à savoir des nouvelles compositions avec des instruments dit anciens comme la harpe. Résultat : un régal pour les oreilles. C’est doux, mystérieux et très apaisant ! J’ai adoré.

dsc_0022.jpg

Chaque auteur ainsi que la musicienne ont été présentés par la directrice de la librairie. Un des libraires a présenté à son tour l’initiative du Mois de l’Imaginaire, ce qui a permis de comprendre le pourquoi de cette soirée. Dans un bassin où la littérature la plus appréciée est sans doute le contemporain, c’était très judicieux de passer par cette explication. Prise de cours, il m’a été demandé de présenter Pause Earl Grey. J’ai un peu balisé sur le coup, n’ayant rien préparé, mais finalement j’ai parlé tout simplement de pourquoi un blog et de son contenu. Les auteurs ont ensuite fait une lecture d’extraits de leurs livres, ce que je trouve à nouveau intéressant pour faire connaître ce mouvement de la littérature.

Enfin, la dédicace a commencé, j’ai l’impression que beaucoup de monde étaient intéressés. Nous avons eu droit également à un petit buffet apéro où je me suis régalée avec un jus de raisin (je suis sage ! trop ?). En parallèle, j’ai pu discuter avec la directrice de Sauramps et les libraires de littérature et notamment de la soirée qui se déroulait très bien. Des lectrices sont venues me parler du blog me questionnant dessus avec intérêt. Je dois bien avouer que ça fait vraiment plaisir de voir que le concept plaît dans ma ville parce que ce n’est pas un domaine dynamique (les blogs littéraires) dans le bassin.

Concusion : moi qui ne suis pas très soirée car jamais à l’aise dans des endroits où il y a du monde, je dois bien dire qu’une soirée littéraire à prendre des photos et discuter littérature avec auteurs, libraires et lecteurs, c’est un bonheur absolu et je renouvellerai avec plaisir l’expérience l’an prochain (et même avant pour d’autres manifestations).