Solstices – Laetitia Arnould : une plume toujours aussi poétique

IMG_20170716_121127_386Je ne sais pas si vous vous souvenez de ma chronique sur Ronces Blanches et Roses Rouges, il y a quelques mois de cela. Et bien, je disais que je suivrai l’auteure : Laetitia Arnould et c’est ce que j’ai fait. En mai dernier, elle publiait également un autre roman : Solstices, aux éditions Gloriana et autant vous le dire tout de suite, sa plume garde une poésie très agréable. Il faut dire aussi que le résumé était alléchant…

Résumé : Gemma est l’héritière du trône d’Aroue. Elle est intelligente et dotée d’une beauté rare, insolente. Elle devrait être promise à des lendemains radieux. Oui, elle le devrait… Mais derrière son sourire d’apparat, la princesse cache un terrible secret. Une malédiction qui écrit pour elle un avenir sombre et s’éveille à chaque solstice.
Au royaume d’Aroue, la colère monte. Profitant du soulèvement d’un peuple avide de liberté, un mouvement anti-aristocrates se met en marche et contraint la princesse Gemma à quitter le château de Montanges. Esseulée, abandonnée des siens, elle prend pleinement conscience de l’avenir qui l’attend et qui l’écœure. Non, elle ne peut pas accepter de passer le restant de sa vie dans un endroit sordide, avec pour seule compagnie celle d’un homme au physique et aux mœurs abominables. Comme les insurgés, Gemma rêve de liberté.
Guidée par ce rêve, enivrée par une nuit de révoltes, elle va fuir et prendre en main son destin.
La voilà prête à changer d’apparence, à se mêler au peuple, pour pouvoir espérer des jours meilleurs. La voilà prête à suivre cet étranger aux yeux couleur de pierre, qui l’agace autant qu’il l’attire… (Babelio)

Je vais commencer immédiatement avec les petites choses que je regrette du livre car globalement, j’ai adoré et je m’en voudrais beaucoup si vous ne reteniez que le négatif.

Quand je parle de petites choses, c’est vraiment petites et d’un goût très personnel. Par exemple, comme pour Ronces blanches et Roses rouges, j’ai regretté que Gemma, notre héroïne, ne soit pas un peu plus décisionnaire. Cela dit, cela reste en adéquation avec un tempérament féminin de l’époque. Mais bon, je le note quand même car je me suis fait la réflexion. Ensuite, j’ai eu du mal à trouver le véritable fil conducteur de l’histoire : éviter son mariage avec le baron ? se marier avec un autre ? sa malédiction ? les révoltes paysannes ? son retour au château ? Malgré ça, le récit s’enchaîne, j’étais curieuse de la suite à chaque page et c’est presque devenu un page-turner !

L’énorme point positif de ce livre, au-delà d’une héroïne attachante, c’est vraiment la plume de Laetitia Arnould. Elle nous transporte dans un univers à mi-chemin entre la romance historique et le conte dans un paysage de l’ancien régime aux robes élégantes sur fond de révoltes paysannes. Grâce à la plume fluide de l’auteure, je me suis laissée totalement embarquée dans ce paysage nouveau dont je reconnaissais quelques signes distinctifs. J’ai appris à apprécier Gemma tout au long du récit, à découvrir sa fragilité et les raisons de son insécurité. Notre héro n’est pas non plus en reste. On le découvre également peu à peu. Une relation solide va naître de leur rencontre, renforcée par la menace immédiate des révoltes.

Le récit est porté haut par la poésie dont Laetitia Arnould sait faire preuve. Son style est unique et si parfois j’ai regretté que l’histoire soit aussi courte, j’y ai aussi vu un long poème en prose dont on se délecte à chaque page, chaque paragraphe, chaque mot.

Lire ou ne pas lire : Solstices de Laetitia Arnould ?

Pour le plaisir de se laisser guider par les mots et la plume de Laetitia Arnould, pour le plaisir de découvrir son univers, pour le plaisir de lire un conte... Je ne peux que vous recommander la lecture de Solstices. Pour moi, c‘est typiquement le genre de livre que j’adore : on ne se prend pas la tête et on peut se mettre à rêver aussi facilement que l’on tourne une page. Le style de l’auteure est un vrai poème au service de son héroïne dont la fragilité repose sur cette terrible malédiction. Un petit bonbon tout doux et sucré à savourer sans aucune modération !

Histoire : 4/5 – Personnage : 4/5 – Style : 5/5 – Originalité : 4/5
Total : 17/20

Publicités

6 réflexions sur “Solstices – Laetitia Arnould : une plume toujours aussi poétique

    • Pas tout à fait comme Sirona, Gemma a plus de caractère qu’elle et surtout elle est traumatisée par sa malédiction ce qui lui donne une profondeur différente de Sirona 🙂 Si tu avais aimé la plume de Laetitia Arnould, tu aimeras forcément celui-ci ^^

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: L’heure du bilan | Juillet | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s