Les mémoires de Zeus – Maurice Druon : la mythologie grecque vue par le roi des dieux

IMG_20170613_090459_304La mythologie et moi, c’est une grande histoire d’amour qui remonte déjà à l’époque où je faisais encore mes dents. Mythologie grecque, mythologie égyptienne pour mes premières préférences, plus tard, ce sont les mythologies nordiques et celtes qui s’y sont greffées. A croire que les religions polythéistes me parlent beaucoup plus que les monothéistes. Il manque encore bien d’autres mythologies à mon arc mais je ne désespère pas de les connaître également. Revenons au panthéon grec car avec Les mémoires de Zeus, c’est bien là que je veux vous amener.

Résumé : À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis : «Détrompez-vous.» Aux mortels qui croient que notre vie n’est que volupté et délices, je dis : «Apprenez de votre erreur.» Ayant échappé à l’infanticide, j’ai grandi seul, caché sur une île. Je suis devenu homme, et, guidé par ma grand-mère Gaïa, j’ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l’Olympe. Seul, j’ai appris la vie, l’amour, la mort et la colère. J’ai levé une armée, j’ai réveillé les géants, j’ai libéré mes frères et mes sœurs. J’ai accompli mon destin ! Moi Zeus, roi des dieux, dieu des rois, je vais vous conter mon histoire… (Babelio)

Toute l’originalité des Mémoires de Zeus de Maurice Druon réside justement dans le fait d’en avoir fait des mémoires. On se retrouve donc avec un récit à la première personne du singulier puisque c’est Zeus qui raconte l’histoire de la mythologie grecque, son histoire. Cette particularité est à la fois un avantage et un inconvénient.

Apollon dans la série Hercules (je me devais de partager ce gif avec vous)

L’avantage ? C’est d’avoir le point de vue imaginé du roi des Dieux, ce qui n’est pas rien. J’ai trouvé très agréable et sympathique, notamment au début, de retrouver toute cette mythologie qui m’était familière mais du point de vue d’un Dieu. Maurice Druon a bien cerné le caractère de son personnage narrateur : mâle, dominateur, séducteur, ambitieux, un brin belliqueux  et assez ronchon sur les bords. Mais à plus des deux tiers du livre, cet avantage lui porte un peu préjudice à mon sens. A force, j’en suis presque venue à le détester alors même que je ne suis pas certaine que cela eut été le but de Maurice Druon. Mais sincèrement, la vision que Zeus a de la femme a vite commencé à me taper sur le système. Il a beau admirer sa fille Athéna pour ses valeurs morales, son goût du travail, la volonté de ne pas choisir d’époux, bref des choix loin de « ce que l’on attend d’une femme », il finit par raconter qu’elle s’est laissée aller entachant de fait sa réputation d’une manière assez méprisante. Un choix narratif discutable à mon sens, sans compter toutes les descriptions des femmes – hystériques la plupart du temps. Dommage.

giphy

Aphrodite (il me semble) dans la série Hercules et la vision qui transparaît dans le livre : même combat.

A côté de ça, c’est le personnage, je le reconnais. Mais si au début je le voyais sous cet angle, j’ai eu de plus en plus de mal à me détacher de cet aspect là.

Ce que j’ai apprécié par contre, c’est de trouver une véritable chronologie dans toutes les histoires issues de la mythologie grecque. C’est vraiment le gros atout de ce récit qui permet de remettre un peu d’ordre dans un univers extrêmement riche mais dont il est parfois difficile de rassembler les morceaux. Ainsi, j’ai réussi à bien mieux me situer niveau filiation entre les Dieux. Je me suis rendue compte que c’était un peu le bazar dans mes souvenirs (coucou la série Hercule que j’ai tant aimé mais dont je doute que tout soit bien respecté).

Come and laugh with Hercules

C’est donc avec beaucoup de bonheur que j’ai redécouvert Gaïa la déesse Terre, Chaos, Cronos, Apollon, Aphodite, Perséphone et Hadès, Héphaïstos et Arès, Hermès (par dessus tout mon préféré)…. J’ai apprécié que leur caractère soit développé tout en restant suffisamment dans ce que l’on en sait. Toujours ces personnages féminins un peu en dessous et présentent presque uniquement pour la procréation. Bon, c’est de la mythologie… mais quitte à écrire un récit et à extrapoler des choses, je pense qu’il y avait aussi de quoi faire mieux de ce côté là.

giphy2

Apollon me vend du rêve.

Lire ou ne pas lire : Les mémoires de Zeus de Maurice Druon ?

J’ai découvert la plume de Maurice Druon avec ce livre et je dois dire que j’ai aimé ce que j’ai lu. Même si le style est un peu ampoulé car Zeus est le narrateur, le texte garde en fluidité ce qui le rend agréable à lire. Je note donc dans un coin de ma wishlist de me procurer Les Rois maudits.
J’ai adoré redécouvrir la mythologie grecque à travers le point de vue de Zeus, c’est une façon originale de voir l’histoire et le panthéon de la Grèce antique. La vision que Zeus a des femmes reste désagréable au fil du récit, mais je pense que ça vient surtout de moi qui supporte de moins en moins de voir la femme rabaissée dans une multitude de domaines. A part ça, c’est un bon livre que j’ai quand même pris plaisir à lire. Mon petit plaisir coupable était d’attendre l’apparition d’Hercule (ben ouai.)

Rien que pour le plaisir, Kevin Sorbo as Hercules (so kitch so flex!)

Histoire : 5/5 – Style : 5/5 – Personnage : 3/5 – Originalité : 5/5
Total : 18/20

D’autres avis : Boudicca (Le Bibliocosme)

P.S. : en cherchant des gifs de la série Hercules, je viens de me rendre compte que c’était RYAN GOSLING qui jouait dans Young Hercules ! J’hyperventile, je reviens.

Ryan ? Est-ce bien toi le beau gosse qui a trop la classe dans mon écran ciné ?!

Publicités

23 réflexions sur “Les mémoires de Zeus – Maurice Druon : la mythologie grecque vue par le roi des dieux

  1. Le pari de la première personne est intéressant mais je ne sais pas si ça ne me perturberait pas dès le début, pour ma part. Pour moi, les dieux doivent garder quelque chose d’un peu distant, un peu mystérieux : on doit pouvoir essayer de comprendre leurs caractères, leurs motivations mais ne jamais en être parfaitement sûrs, conserver une part de doute à leur sujet. Et clairement, je peux aussi comprendre qu’un personnage si sexiste puisse vite porter sur les nerfs, je pense que j’aurais eu la même réaction que toi de ce côté-là^^’ A voir !

    J'aime

    • J’avoue que si tu préfères le côté mystérieux des Dieux, la première personne sera difficile, d’autant que les motivations sont justifiées. Mais j’ai trouvé ça intéressant car ça change un peu de l’ordinaire (j’avoue j’ai surtout apprécié d’y trouver une chronologie xD) Il existe en poche chez Milady (ou en bibli) vu tes doutes, je pense qu’il vaut mieux partir là-dessus si tu es curieuse lol

      Aimé par 1 personne

  2. Pingback: Les mémoires de Zeus | Le Bibliocosme

  3. Le récit à la première personne doit être un vrai plus et je pense que ça permet d’éviter le côté livre d’histoire, non ?
    Pour la place de la femme, il faut resituer le livre dans son contexte : il date de 1963, c’est donc en cohérence avec l’époque. Et Maurice Druon est plutôt un conservateur si je me souviens bien.
    Bref, tout ça pour dire que je le glisse dans ma wishlist 😉

    J'aime

    • C’est sûr que si on ne connaît pas bien la mythologie grecque, je pense que l’aspect historique/spiritualité peut vite passer à la trappe grâce à ce choix narratif ! Après pour ma part, j’ai tellement baigné dedans que j’avais toujours en tête le but mythologique ^^
      Oui, je reconnais tout à fait que le contexte d’écriture justifie le rôle de la femme, mais j’ai de plus en plus de mal à apprécier ces ouvrages car je ne peux pas m’empêcher de me dire que c’est avec ces idées-là qu’on en est là actuellement à se faire siffler dans la rue à tout bout de champs et à vouloir correspondre physiquement à l’image que l’homme veut voir…

      Aimé par 1 personne

  4. Malgré les points négatifs que tu soulèves, cet article me donne très envie de découvrir Les Mémoires de Zeus. Rien que d’un point de vue culture G, renouer avec la mythologie et donner un peu de chronologie à tout ça ne me ferait vraiment pas de mal… Merci pour cette jolie découverte !

    J'aime

    • Derien ! C’est vrai que j’ai particulièrement apprécié l’effet chronologique et comme tu dis, une petite piqure de rappel une fois de temps en temps ne fait pas de mal à la culture G ^^

      Aimé par 1 personne

  5. Ta chronique est intéressante ! Je suis également fan de mythologie grecque (même si la nordique aura toujours ma préférence), et je pense que je le sortirai de ma PAL cette année.
    Le fait qu’il soit écrit à la 1ère personne ne me dérangera pas à mon avis, car je suis curieux et ça apporte sans doute une certaine originalité.
    Quant à la place de la femme dans le récit, même si en effet le contexte s’y prête, je n’aime pas les voir être constamment rabaissées, c’est un état d’esprit que je ne comprends pas. D’autant plus que j’adore les femmes fortes et charismatiques, à l’image de Brunehilde dans la mythologie nordique^^

    J'aime

    • Ah oui Brunehilde est vraiment l’image d’une femme forte, et il y en a quelques unes il me semble dans la mythologie nordique ! Il faudrait que je relise l’Edda, c’est un peu loin !

      J'aime

  6. Ce livre a l’air intéressant, je le note. Pas étonnant que l’image de la femme du point de vue de Zeus en prenne un coup, c’est un vieux macho libidineux après tout ! (Pour rappel, les femmes intelligentes, telle Métis, mère d’Athéna, finissent dévorées, et les douces ingénues finissent pour la plupart délaissées…)

    J'aime

    • Mdr tu as tout résumé du personnage (en plus il est bedonnant et le dit clairement….) Les femmes qui pourraient sortir du lot dans la mythologie sont systématiquement rabaissée d’un côté ou d’un autre dans le livre (hystérique, ne tiennent pas leur parole, frigide etc…)

      Aimé par 1 personne

  7. Oh mais ces gifs quoi ! Tellement #priceless ! Je suis une grande fan de la mythologie grecque et je suis assez fière de savoir encore qui est qui parmi les dieux de l’Olympe. Tiens, je note ce roman (même si je tique un peu sur la représentation de Zeus que tu décris, j’suis pas sûre que j’vais réussir à garder mon calme).

    J'aime

  8. Pingback: L’heure du bilan | Juin | Pause Earl Grey

    • Pour le coup, ça peut être un bon moyen d’avoir une façon un peu différente de raconter la mythologie grecque par rapport à tes cours, ça peut intéressant à connaitre 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s