Éphémère (Le dernier jardin #1) – Lauren DeStefano

img_20170217_105037_387Vivement conseillée par des collègues, la trilogie Le dernier jardin par Lauren DeStefano me semblait avoir un univers particulièrement sombre. Intéressant, certes, mais j’appréhendais un peu la façon dont le sujet était traité car on tombe trop souvent aujourd’hui dans des clichés assez malsains. A ma grande surprise, rien de tout ça. Je me suis laissé tenter par cette lecture donc, et je remercie les collègues de Bragelonne d’avoir réussi à me convaincre car j’ai passé un très bon moment de lecture. Mais voyons ça de plus près.

Résumé : L’humanité croyait son avenir assuré. La science avait créé des enfants parfaits, immunisés contre toutes les maladies. Mais qui pouvait imaginer le prix à payer ? Car désormais, personne ne survit au-delà de vingt-cinq ans. Le monde a changé. Pour les jeunes femmes, la liberté n’est plus qu’un souvenir. Au nom de la survie de l’espèce, elles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames. Rhine a seize ans. Quand elle se réveille dans une prison dorée, elle n’a qu’une idée en tête : fuir. Qu’importe l’amour que lui portent son mari et ses soeurs épouses. Quand on n’a que quelques années à vivre, la liberté n’a pas de prix. (Babelio)

Lorsque l’on découvre ce premier tome du Dernier Jardin de Lauren DeStefano, on plonge immédiatement dans un univers de dystopie. Le monde a changé, en mal. L’humanité se réduit à 25 ans de vie pour les hommes et 20 pour les femmes. Autant dire que ça chamboule les façons de vivre que de devoir mourir aussi jeune. L’héroïne du livre, comme beaucoup d’autres jeunes filles, se fait kidnapper pour épouser un homme afin de donner une progéniture sur laquelle des expériences sont faites pour trouver une solution à ce fléau. Creepy, hein ? Je sais. Super creepy. Sauf que, évidemment, l’héroïne ne supporte pas sa condition et rêve de liberté.

A ce stade là, je me suis dit, ok, c’est bien, j’aime l’idée mais attendons de voir. Parce que je ne me laisse plus avoir, souvent quand la fille rêve d’un truc autre que la « romance », ben ça passe à la trappe pour privilégier la romance justement. Je me suis fait quelques frayeur durant la lecture, mais une chose est certaine, je me suis totalement trompée pour une fois et j’en suis bien contente. Pas de syndrome de Stockholm en vu (même s’il y a un peu de suspense), pour le coup je n’ai vraiment pas été déçue par l’héroïne. Certes, elle se pose des questions, certes, elle se remet parfois en cause, comme tout être humain mais sa volonté et son caractère n’est pas travesti au fil de l’avancée du récit. Son évolution reste logique. C’est à souligner car c’est ce qui me faisait le plus peur lorsque j’ai débuté cette lecture.

Ce que j’ai particulièrement aimé, c’est la façon d’écrire l’histoire. Du point de vue de l’héroïne. Cela donne un huis-clos assez étrange dans un manoir qui n’inspire rien de bon. L’ambiance est donnée dès le début avec des personnages secondaires tous plus étranges les uns que les autres mais qui, au fur et à mesure, se développent et rendent le récit encore plus riche. L’univers est bien construit, on découvre peu à peu dans quel sorte de monde on est même si on sait dès le début que c’est un monde catastrophe. A la fin du premier tome, beaucoup de choses sont encore en suspend et j’ai hâte de m’attaquer à la suite le mois prochain sans faute.

Pas de « lire ou ne pas lire » pour le moment du coup, j’attends d’avoir lu les trois tomes pour vous dire ça. Mais je suis d’ores et déjà emballée par ce premier opus dont l’intrigue est bien menée et qui aborde des sujets de moralités qui sortent des sentiers battus : la mort, la polygamie, le deuil, les expériences scientifiques pratiquées sur sujets vivants, la liberté… Un texte agréable, une plume fluide, et un récit surprenant et intéressant. Les collègues m’ont bien conseillé.

Histoire : 4/5 – Personnage : 5/5 – Style : 4/5 – Originalité : 5/5
Total : 18/20

Publicités

16 réflexions sur “Éphémère (Le dernier jardin #1) – Lauren DeStefano

  1. A la couverture, je l’aurai délaissé sans un deuxième regard. Après ton billet, je suis séduite par le pitch et le fait qu’il t’ai surprise et emballée. Je vais donc regarder cela de plus près!

    Merci

    J'aime

    • Derien, je trouve qu’il vaut qu’on s’y penche, mais j’attends de voir si la suite n’est pas décevante. En tout cas c’est un bon premier tome. Je te rejoins sur la couverture qui en soit est très jolie mais ne désigne pas du tout le type de livre que j’aime lire habituellement ^^

      Aimé par 1 personne

  2. C’est l’une des rares séries Young Adult que j’adore et qui me transporte à chaque fois que je le relis. Pas besoin d’un grand style, ici l’ambiance est telle que je me laisse toujours transportée. C’est lugubre mais épurée en même temps et j’ai adoré ce côté où l’héroïne ne doit pas se battre et en devient cliché, ici elle rêve simplement de prendre sa vie en main !

    Aimé par 1 personne

    • Exactement ! Elle rêve simplement de prendre sa vie en main mais n’abandonne pas ce rêve à profit de la romance. Comme tu dis, le style est fluide et simple mais ça rend le tout agréable à lire !

      J'aime

  3. Pingback: L’heure du bilan | Mars | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s