Throwback Thursday Livresque #17 – Paysage

throwback

Coucou les booklovers,

C’est l’heure de notre rendez-vous hebdomadaire lancé par Bettie Rose Books et que j’apprécie toujours autant, j’ai nommé le grand le merveilleux le mirifique….Throwback Thursday Livresque ! Et pour cette semaine, le thème va vous faire voyager de contrées en contrées mais surtout de paysage en paysage puisque je dois vous proposer un livre évoquant l’océan, la montagne, le grand air… bref un paysage. Voyons voir ce que je vais bien pouvoir vous dégoter dans ma bibliothèque…

L’embellie – Audur Ava Olafsdottir

Résumé : Son mari l’a quittée avec le matelas et le sommier. Pour ne rien arranger, sa meilleure amie lui confie son fils de quatre ans, étrange petit bonhomme presque sourd. Cette semaine-là, elle gagne également deux fois à la loterie ! Que faire ? Partir ! Prendre des vacances d’été en hiver avec le petit Tumi, à la découverte des landes sauvages de l’Islande. (4e de couverture)

Mon avis : Comment ne pas vous proposer un livre d’Audur Ava Olafsdottir lorsque l’on parle de paysage ? Impossible. Je n’ai lu que deux de ses livres pour le moment et par rapport à Rosa Candida (fabuleux), L’embellie a bien plus un rapport avec le paysage de l’Islande. Cette jeune femme part à l’aventure dans sa voiture avec Tumi et le lecteur découvre avec elle une Islande froide, ravagée par les éléments, et pourtant propice à l’épanouissement personnel. Malgré un cadre exceptionnel et la plume d’Olafsdottir sobre mais efficace, L’embellie m’a beaucoup moins marquée que Rosa Candida à cause de l’héroïne à laquelle je n’ai pas réussi à m’attacher. Heureusement, le paysage chaotique de l’Islande et l’adorable Tumi nous prend par les sentiments et nous fait presque oublier ce point négatif.

Connaissez-vous déjà la plume d’Audur Ava Olafsdottir ? Elle vaut vraiment le détour ! Et si jamais vous ne connaissez pas, je vous conseille très particulièrement Rosa Candida qui est un coup de coeur (et dont j’espère avoir l’occasion de vous parler une prochaine fois !)

Bonne journée à tous et toutes !

Publicités

L’héritage des Rois-Passeurs – Manon Fargetton

img_20170130_164050_796Je ne vous avais pas encore parlé de mon tout dernier coup de cœur de janvier mais je me rattrape car je voulais vraiment vous parler de ce livre tant il m’a plu. Ce livre c’est L’héritage des Rois-Passeurs de Manon Fargetton, une auteure qui fait de plus en plus parler d’elle et qui le mérite amplement ! Il faut dire que ce roman a gagné le Prix Imaginales roman francophone en 2016 ! Je regrette presque d’avoir attendu autant de temps (l’arrivée en poche, en fait) pour lire cette histoire qui me plaisait depuis longtemps. Je n’attendrai pas tant pour lire la suite, vive le numérique (le grand format est vraiment trop énorme pour moi) !

Résumé : Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité.
Enora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue.
Deux monde imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…

De la fantasy comme on aime

Pour les férus du genre, L’héritage des Rois-Passeurs possède tous les bons ingrédients pour en faire un roman de fantasy bien dosé, original dans l’histoire tout en gardant les codes immuables du genre. En plus, et il faut le noter car c’est important, il s’agit d’un tome unique ! Pas de saga à rallonge, vous commencer l’histoire avec ce livre et vous la terminer avec le même. Le deuxième roman du genre de Manon Fargetton, Les illusions de Sav-Loar se déroule dans le même univers mais c’est tout. C’est quand même pas négligeable car je dois bien l’avouer, je rechigne un peu aux sagas à rallonge (exception faite pour Robin Hobb).

La plume de Manon Fargetton, quant à elle, est fluide et très agréable à lire. Ce n’est pas toujours le cas en fantasy (le seul cas contraire que j’ai en tête est… Robin Hobb) c’est donc à souligner. Son style est épuré, j’aime les phrases qui s’arrêtent abruptement lors d’une action pour recommencer sobrement afin de renforcer cette même action et le déroulement des faits plus rapides, ou choquant. J’écris moi-même un peu comme ça et c’est une technique qui me parle car elle exprime parfaitement les sentiments des personnages, à mon sens.

Personnages et originalités

Pour tout dire, oui, il s’agit d’un roman de fantasy, pourtant, on y trouve une touche de fantastique puisque l’une des deux héroïnes de l’histoire est une habitante du monde que l’on connaît et se retrouve à aller voir en Ombre si elle y est. Bref, j’avoue, l’idée ma séduite, j’ai trouvé ça super original. L’histoire est d’ailleurs bien ficelée, malgré une certaine complexité que l’on peut voir avec le recul, quand on est plongé dans la lecture, on a l’impression que tout s’enchaîne facilement, on comprend d’autant mieux le déroulement et l’imbrication des faits. Preuve d’un roman vraiment bien construit.

Un roman de fantasy avec deux héroïnes ? C’est rare. Tellement rare. Encore plus sans grosse histoire d’amour qui traîne au milieu. Et ça fait plaisir. Des femmes peuvent être des héroïnes, totalement badasses tout en gardant leur féminité et j’adore. Enora crystalise une égalité homme/femme dans le genre et il en faudrait plus des comme elles.

Lire ou ne pas lire : L’héritage des Rois-Passeurs de Manon Fargetton ?

Vous l’avez sans doute déjà compris : oui je vous recommande ce livre. Adepte ou pas de fantasy, les femmes s’y retrouveront et pourront enfin s’identifier à un personnage féminin de fantasy qui n’est pas forcément destiné à la jeunesse, qui n’est pas un personnage secondaire et qui ne vit pas que pour la romance. A lire, sans aucun doute! Ce livre deviendra clairement un culte dans le genre. Pour moi, il l’est déjà. Et c’est un coup de coeur. J’ai hâte de me plonger dans Les illusions de Sav-Loar à présent !

D’autres chroniques : Boudicca (Le Bibliocosme)

L’appel des étoiles – Ken Follett : un voyage galactique

img_20170203_150908_797On commence cette semaine avec une lecture jeunesse, c’est le premier que je lis depuis très longtemps mais il faut dire que le nom de l’auteur rend immédiatement curieux puisqu’il s’agit de Ken Follett. Il me suffit de vous citer Les piliers de la Terre et vous saurez immédiatement de qui je parle. Je remercie donc Sauramps Librairie de m’avoir permis cette belle découverte.

Résumé : Les jumeaux Price en ont assez de devoir s’occuper de leur petit cousin enquiquinant. L’été promet d’être long. Mais un oncle sorti de nulle part leur propose bientôt des vacances inoubliables à l’autre bout de la galaxie…

En voilà un livre intéressant pour les enfants (dès 8 ans pour les bons lecteurs ou à raconter en histoire le soir pour les plus jeunes). Ken Follett aborde un thème de la science-fiction avec beaucoup d’imagination puisque deux jumeaux vont partir résoudre un conflit galactique sur une planète étrangère grâce à… leur oncle disposant d’une pièce-vaisseau-spatial faisant étrangement penser au T.A.R.D.I.S. Oui. Vous avez bien lu. En même temps, il faut dire que cette histoire date d’il y a 40 ans (10 ans après les débuts de la première série) et que Ken Follett est gallois… Autant dire que ça ne me surprendrait pas le moins du monde qu’il ait pioché son inspiration dans cet homme étrange dans un vaisseau encore plus étrange pouvant voyager dans le temps et l’espace et rencontrant des peuples tout aussi étranges.

C’est donc avec un certain plaisir que mon âme de whovienne a découvert cette histoire. Le récit est court, l’intrigue se déroule assez rapidement sans aucun temps mort (à tel point que j’en ai loupé des détails importants et sur lesquels j’ai du revenir quelque fois). Mais il faut dire que cela correspond bien à la capacité d’attention des enfants qui doivent être stimulés pour ne pas s’ennuyer. Pour le coup, je trouve l’histoire bien construite et je pense effectivement qu’il peut plaire énormément à un enfant même s’il a quelques lacunes pour plaire vraiment à un adulte. En tout cas, pour moi, c’est trop rapide, pas assez développé. En même temps, je ne suis pas le public cible.

Lire ou ne pas lire : L’appel des étoiles de Ken Follett ?

Pour un adulte, c’est peut-être beaucoup trop jeunesse. Par contre, c’est un livre idéal pour les enfants et je suis même persuadée qu’ils peuvent se mettre à apprécier la lecture pour ceux qui n’aiment pas forcément lire grâce à cette histoire. On retrouve de l’action, un héro et une héroïne jeune auxquels ils peuvent s’identifier, des voyages dans l’espace, une responsabilité excitante qui leur incombe et surtout des pouvoirs qu’ils développent. A offrir sans hésitation aux jeunes lecteurs autour de vous !

Ma note : 15/20

The paper magician – Charlie N. Holmberg : la magie du papier

img_20170209_113439_484Cela fait un bon moment que ce The paper magician traînait dans ma PAL, alors quand j’ai vu que June, le dragon allait le lire sous peu, nous en avons profité pour s’organiser une petite lecture commune avec Isa, la sorcière pour nous accompagner dans nos pérégrinations. Rien de tel pour se motiver qu’une lecture entre copines ! D’ailleurs, je vous ai mis les liens vers leur avis. En plus de ça, la couverture de ce livre est juste sublime et je compte bien me procurer le tome 2 et le tome 3 dès leur sortie avec des couv’ pareilles.

Résumé : C’est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l’école Tagis Praff, elle se voit contrainte d’embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c’est pour le restant de sa vie.
Dès le début de son apprentissage chez l’excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu’elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l’avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite.
Une Exciseuse – pratiquant la magie noire liée à l’élément de chair – attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s’enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l’horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets. (Babelio)

Je pensais que j’aimerai ce livre quand j’ai lu ce résumé, ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est qu’il soit presque un coup de coeur. Déjà, la plume de Charlie N. Holmberg est fluide et se lit facilement, ni trop de fioritures, ni pas assez, bref, tout ce que j’aime dans une plume. Ajoutez à ça un univers fantastique original dans lequel les magiciens tirent leurs pouvoirs des différentes matières présentes sur terre. J’a-dore.

On s’attache assez rapidement à Ceony Twill car la pauvre doit se spécialiser dans un domaine qui ne lui plaît pas forcément, mais c’est sans compter le mystérieux magicien Emery Thane au charme particulier. Seulement voilà, le roman ne s’en tient pas seulement à l’apprentissage de Ceony sur l’art du pliage de papier. Bien évidement, un vilain (une vilaine en l’occurrence) débarque et vient mettre le bordel. Et pas qu’un peu. Ceony se retrouve donc à partir à l’aventure pour sauver la peau de son mentor et autant vous dire que ça va pas être simple qui va se perdre dans le coeur du magicien Thane…

A coup de pliage de feuilles, d’oiseaux et de cocottes en papier, grâce au soutien indéfectible d’Aneth sous chien de papier, elle va braver le danger de la magie de la chair…

J’ai aimé cette originalité, cette pointe de romance, ces personnages que l’on soupçonne d’une grande profondeur. Comme Isa, je regrette un peu la longueur du récit, j’ai trouvé l’installation un peu longue pour le nombre de pages globales, cela dit c’est aussi pour mettre en place un univers. J’ai aussi regretté ne pas plonger plus que ça dans la personnalité des personnages qui auraient mérité qu’on s’y attarde beaucoup plus. Mais franchement, je pinaille. Et je lirai la suite sans aucun problème, j’ai même hâte ! D’ailleurs le tome 2 sort en mai prochain!

Alors lire ou pas The paper magician de Charlie N. Holmberg ? Oui. Oui. Oui. Ce serait vraiment dommage de passer à côté d’un univers aussi génial et original ! Foncez !

Ma note : 19/20

Throwback Thursday Livresque #16 – Minorités

throwback

Coucou les booklovers,

Aujourd’hui, comme tous les jeudis, c’est le Throwback Thursday Livresque de Bettie Rose Books. Cette semaine, le thème est intéressant et beaucoup de livres dont j’ai déjà parlé dans des précédents TTL auraient pu totalement convenir ici. Le thème est donc Minorités, notamment LGBT mais également de tous horizons. Intéressant mais finalement pas évident de faire un choix.

J’aurai pu vous parler des Chroniques de San Francisco d’Armistead Maupin ou de la biographie de Christopher Isherwood… mais c’est déjà fait et je suis bien embêtée car ce sont là vraiment mes gros coups de coeur du genre. J’aurai aussi pu vous parler des Chroniques des Vampires d’Anne Rice qui sont clairement une minorité dans son univers mais je trouve ça dommage… J’ai donc farfouillé plus en profondeur dans ma bibliothèque et j’y ai déniché une petite perle qui a également été un coup de coeur.

Anything goes – John Barrowman

Je vous épargne le résumé en VO, d’autant que l’idée est très simple : il s’agit tout simplement de l’autobiographie de John Barrowman aka Captain Jack Harckness dans Doctor Who pour celles et ceux qui connaissent.

Mon avis : Cette lecture avait tout simplement été une lecture de fangirl. Jack Harckness est l’un de mes personnages favoris dans la série mythique de la BBC et John Barrowman est l’un de mes personnages people préféré également. Ouvertement gay (non ce n’est pas parce qu’il est du RU!…Enfin si…sans doute), il assume, il s’en réclame, il n’a honte de rien (et pourquoi avoir honte de toute façon!). Son livre est d’un croustillant formidable avec des anecdotes qui font vraiment rire. Il y raconte des petites choses sur son passé, son enfance bien évidemment, comment il a « découvert » qu’il était gay, mais aussi sur son tournage dans Doctor Who et sur sa relation avec Scott Gill avec qui il est pacsé depuis longtemps maintenant.

Sont-ils pas trop adorables ?!
Sont-ils pas trop adorables ?!

Ce que j’apprécie chez cet homme c’est le fait que ce soit une personnalité entière, rempli de positif, qui cherche sans arrêt à se montrer, oui mais sans jamais se prendre la tête. Bien sûr, il a du forcément vivre des moments moins drôles dans sa vie, mais son autobiographie est un condensé de bonne humeur à lire quand on a pas le moral comme un meilleur ami pourrait venir vous raconter des blagues ou ses derniers déboires pour vous remonter.

Seul bémol pour nous pauvres fans français… Le livre n’a pas été traduit, il faut donc maîtriser un minimum la langue de Shakespeare pour s’y mettre. Mais si vous maîtrisez ce minimum, le niveau de langue n’est clairement pas complexe d’autant que c’est du langage courant (les adeptes de la VO suivront forcément).

Avez-vous déjà lu des autobiographies ? Avez-vous des idoles qui vous remontent toujours le moral ?