Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine – Fuyumi Soryo

img_20170216_122200_887Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas parlé de bulles… que ce soit en BD ou en manga, c’est vrai que j’ai beau aimer ça, j’avais perdu l’habitude d’en lire alors que c’est très agréable. J’ai donc décidé de m’y remettre et j’ai acheté quelques bulles dont je compte bien vous parler. J’ai succombé à Orange que j’ai vu passer souvent chez les copinautes et j’ai également craqué pour celui-ci Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine de Fuyumi Soryo dont la couverture m’a totalement subjuguée. Et j’ai bien fait…

Résumé : Vienne, 1770. La jeune Antonia, fille de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, entreprend un voyage pour vivre auprès de son mari, le dauphin de France Louis-Auguste. Ils ne se connaissent pas, ne se sont jamais vus, et pourtant ils se sont juré amour et fidélité afin de réconcilier leurs nations respectives. Rapidement présentée à celui dont elle devra partager la vie, « Antoinette » se retrouve propulsée dans un nouveau monde : la cour de Versailles. C’est là, dans cet environnement aux codes si déroutants, qu’elle va apprendre à découvrir la personnalité de son époux si mystérieux : Louis XVI, futur roi de France… L’amour pourra-t-il naître d’un mariage arrangé ?

Tout en faisant quelques recherches pour cette chronique, j’ai découvert que l’auteure de Marie-Antoinette la jeunesse d’une reine n’était ni plus ni moins que celle de la série Cesare dont j’avais lu le tome 1 (je m’étais arrêté à cause du prix du tome à l’époque). J’avais été totalement conquise par les superbes dessins de Cesare, des villes italiennes, de l’architecture et des costumes. Les même réflexions que je me suis faites durant ma lecture de Marie-Antoinette… comme quoi, je dois vraiment adorer le coup de crayon de Fuyumi Soryo ! Ce qui m’a donné envie de reprendre ma lecture de Cesare…

preview1

Mais revenons-en à Marie-Antoinette à proprement parler. Ce que j’ai directement noté (et que mon coeur d’historienne a apprécié), c’est la présence d’une bibliographie ainsi que la reproduction d’œuvres et des photos de Versailles qui ont alimenté graphiquement et scénaristiquement ce manga. Même si je n’ai pas étudié la période, je suppose que les faits historiques sur lesquels s’appuie Fuyumi Soryo sont réels. De Marie-Antoinette, nous connaissons surtout les dernières années et le sentiment négatif que le peuple français avait pour elle. A creuser sans aucun doute si on est un peu curieux sur le sujet (et d’ailleurs ce manga m’a rendu curieuse sur la vie de Marie-Antoinette, donc si vous avez des ouvrages historiques à me conseiller sur elle, je suis preneuse !)

Ici, le sujet n’est pas Marie-Antoinette, reine de France, mais bien Marie-Antoinette, dauphine de France. Fuyumi Soryo s’est attachée à raconter comment un mariage princier peut se faire, arrangé bien sûr, pour des raisons politiques, et comment un amour peut naître (ou pas) d’un tel mariage, comment aussi une jeune femme expatriée parvient à vivre dans un pays aux coutumes totalement différentes, encore plus à la cour royale ?… Autant de questions que l’on s’est souvent posé et que l’on se pose encore. Je pense notamment aux films de Sissi l’impératrice par exemple qui se retrouve dans le même cas de figure. Je ne vais pas vous cacher que l’histoire n’est pas le point le plus fort du manga même s’il tient à peu près la route, ce n’est pas d’une originalité foudroyante.

Le gros point positif (qui m’a complètement séduite) ce sont bien les dessins. Avec une histoire correcte, si les dessins sont magnifiques, l’ouvrage prend immédiatement énormément de points. Les bâtiments et le château de Versailles, les décorations des pièces, les détails des vêtements… j‘ai été scotchée et c’était un vrai régal pour les yeux.

marie-antoinette-glenat2_1

Ce manga en un seul tome a été commandé par le château de Versailles lui-même, les éditions Glenat ainsi que les éditions Kodansha à Fuyumi Soryo. C’est un bon moyen, je trouve, de faire connaître un peu d’histoire aux gens et si ce n’est pas le manga de l’année, c’est en tout cas une jolie réussite agréable à lire ! 

Ma note : 18/20

Publicités

20 réflexions sur “Marie-Antoinette, la jeunesse d’une reine – Fuyumi Soryo

    • Personnellement ça ne m’a pas gênée, mais je ne suis pas une spécialiste de Marie-Antoinette. En plus, ça permet de découvrir comment les mariages (arrangés) royaux se faisaient sous la monarchie, en tout cas ça donne une idée même si c’est romancé. Non ça ne pas gêné donc 🙂 (si la romance ne te dérange pas, ça passe pour des non spécialistes ^^)

      Aimé par 1 personne

      • Je ne suis pas une spécialiste, mais je m’y connais un peu étant passionnée d’Histoire ! Cela dit, un peu de fantaisie n’est pas pour me déplaire ^^ Alors je tenterai sûrement ce manga (que je songeais d’ailleurs offrir à ma soeur pour son anniversaire!).
        Merci =)

        Aimé par 1 personne

        • Oui voilà, du moment qu’on ne prend pas pour argent comptant le moindre truc historique et que l’on croise les informations pour tirer le vrai du faux, je n’ai rien non plus contre la fantaisie bien au contraire, je trouve que c’est un bon moyen de faire apprécier l’histoire aux gens ! (ahah tu pourras lui piquer alors 😉 )

          J'aime

  1. Les dessins sont superbes !

    Je pense que pour un tel ouvrage, la rigueur historique doit être difficile à tenir car raconter l’histoire d’une personnalité en peu de pages demande des raccourcis. Mais c’est un bon moyen de se faire une idée de la vie de Marie-Antoinette dans les grandes lignes.

    Si tu veux en savoir plus sur Marie-Antoinette, je te conseille les livres de Simone Bertière, qui est une référence pour l’histoire des reines. Pour ma part, j’ai lu il y a quelques années la biographie écrite par Antonia Fraser, et j’avais beaucoup aimé.

    Aimé par 1 personne

    • Je note tes conseils précieusement ! Merci ! J’aimerai me remettre un peu aux livres historiques à partir de ce printemps.
      Comme tu dis ce n’est pas évident en si peu de pages, justement ici l’auteure ne s’occupe que d’un temps très court : l’arrivée de Marie-Antoinette en France, son mariage et les quelques mois qui suivent. Mais effectivement, ça donne déjà une idée et peut rendre curieux les gens, c’est déjà bien ^^

      Aimé par 1 personne

    • Merci ! Effectivement je te rejoins sur le travail très soigné de Fuyumi Soryo et des recherches graphiques qu’elle a effectué pour ce manga. On en redemande !

      J'aime

    • Je suis ravie si j’ai pu te convaincre, c’est un vrai plaisir de le lire et de se plonger dans des décors somptueux aussi bien représentés ! En plus c’est un one-shot ! J’ai hâte de connaître ton avis 😉

      Aimé par 1 personne

  2. J’ai lu les trois premiers volume de Cesare il y a quelques mois, ce fût une superbe découverte et j’avais apprécié la fidélité historique des vêtements et des paysages. (Tu peux découvrir mon avis sur mon blog si ça te dis). Par contre je ne savais pas que le manga sur Marie Antoinette soir du même auteur. J’ai hâte de le découvrir !

    Aimé par 1 personne

    • J’irais lire ça ! J’avais lu le premier tome de Cesare mais pour une question de budget à l’époque je n’avais pas pu continuer. J’ai été surpris (et ravie) de voir que Marie-Antoinette était de la même auteure !

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: L’heure du bilan : mois de Février | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s