L’heure du bilan : décembre 2016

lheure-du-bilan-octobre-2

Coucou les booklovers,

Décembre se termine et avec lui une année 2016 chaotique (mais je reviendrai la-dessus dans un autre article). Il est donc l’heure de faire le bilan et je dois qu’il va être assez simple : lecture. Ce mois-ci, je ne suis pas allée au ciné (travail suivi d’un gros rhume puis des fêtes) et le peu de films que j’ai regardé, je ne les ai pas chroniqué sur le blog. Côté série, je n’ai pas découvert de nouveautés car je me suis contenter de rattraper mon retard sur des séries que je n’avais pas suivies depuis la rentrée de septembre. Résultat ? Pause Earl Grey, en décembre, a été un blog littéraire uniquement. Je le regrette un peu, j’aime la diversité, mais si je n’en prends pas l’habitude, ça passe.

J’ai donc beaucoup lu. A tel point que j’ai terminé ma PAL prévue après deux semaines. Bon, pour ma défense j’avais placé beaucoup de livres dedans mais je n’avais pas compté le nombre de pages (j’aurais peut-être du) parce-qu’au final, il s’agissait de livres très courts. J’ai donc choisi une liste complémentaire dont vous aurez les chroniques début janvier (histoire de ne pas vous assommer avec 4 chroniques de livres par jour avant la fin de l’année). Voici donc un récapitulatif des chroniques littéraires postées sur le blog en décembre :

Mis à part le blog, ce mois de décembre marque aussi ma première publication. En effet, j’ai participé cet automne au Prix Littérature et Musique des éditions Souffle Court. Le principe était de s’inspirer d’une musique (sans parole) et de rédiger une nouvelle, l’idée me plaisait énormément et ayant déjà en tête la musique, je me suis lancée. Grand bien m’en a pris car le jury m’a décerné le prix et le recueil porte le titre de ma nouvelle : Tel le phénix. C’est un effet tout particulier de voir son nom sur un livre même s’il s’agit d’un recueil de nouvelles… J’ai encore du mal à y croire vraiment. J’espère que tout ceci n’est que le début d’une belle aventure car j’ai terminé un manuscrit que j’ai déjà envoyé à une maison d’édition. Je ne sais pas ce que cela va donner mais l’essentiel, c’est d’avoir fait en sorte qu’un rêve se réalise. A présent, ce n’est plus entre mes mains…

Je vous souhaite à tous de passer un bon réveillon ! Dire adieu à 2016 ne sera pas douloureux !

Publicités

Throwback Thursday Livresque #10 – Nouvelle Année

throwback

Pour ce dernier Throwback Thursday Livresque de l’année, c’est un thème tout particulièrement flashback qui a été choisi par l’instigatrice de ce rendez-vous, Bettie Rose Books : Le premier coup de coeur de 2016. Autant vous dire que j’ai eu de très bonnes lectures comme des mauvaises et que je vais aller faire un tour sur mon compte Goodreads pour retrouver avec précision quelles ont été mes lectures de janvier/février 2016.

Me voilà donc en quête de mon premier coup de coeur et c’est bien difficile car j’ai lu de très bons livres durant ces deux mois-là. Mais j’ai beau être une lectrice facile à contenter, les coups de coeur, eux, sont plus difficile à décrocher. Ce sont deux livres que j’avais demandé à Noël qui ont fait mon bonheur début 2016, mais l’un d’entre eux étant une intégrale de BD (Le Transperceneige), je vais plutôt vous parler du roman qui mériterait que l’on parle plus de lui :

Les dandys de Manningham – Jan Guillou

Résumé : Tandis que Les Ingénieurs du bout du monde invitait à vivre les innovations techniques du début du siècle à travers les aventures d’Oscar et de Lauritz, Les Dandys de Manningham se situe dans le monde des beaux-arts à l’époque du Bloomsbury Group. À l’issue de ses études en génie civil à Dresde, Sverre, le troisième fils de pêcheur norvégien, s’enfuit à Londres avec son jeune amant, Albert. Ce dernier vient d’hériter du titre de comte de Manningham à la suite du décès de son père, et doit désormais s’acquitter de son devoir familial et veiller au bon fonctionnement de son grand domaine dans le Wiltshire. Au lendemain des poursuites à l’encontre d’Oscar Wilde, l’heure n’est pas encore à l’acceptation et les deux amoureux sont contraints de tromper les apparences au sein de l’aristocratie anglaise. C’est parmi les artistes libertins du Bloomsbury Group que le couple découvre la joie de pouvoir donner libre cours à son amour et à sa vie intellectuelle. Dans ce monde à part, les conventions de la bienséance sont balayées d’un revers de main au profit de la stimulation artistique et culturelle. Là, le talent de Sverre pour la peinture s’épanouit enfin. Et personne ne semble deviner que de menaçants nuages obscurcissent déjà l’horizon. Comment imaginer le sombre sort qui attend le monde d’art et de beauté dans le sillon de la Grande Guerre ? (Babelio)

Mon avis : Le livre a beau être le tome 2 d’une saga « Le Siècle des grandes aventures », rien n’empêche le lecteur de se plonger à corps perdu dans cette histoire sans en perdre une miette. Je n’avais pas lu le tome 1 à l’époque – toujours pas lu d’ailleurs, snif –  et j’ai quand même compris.
Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est qu’il s’attache à des sujets qui m’intéressent énormément : le XIXe siècle, notamment anglais voire londonien, les mouvements artistiques et de pensées de ce siècle de mutations, ainsi que la place de l’homme dans une société qui se repense.
On sent immédiatement que Jan Guillou a fait d’énormes recherches historiques sur les sujets qu’il aborde. Il mentionne également Oscar Wilde et l’évidente problématique de l’homosexualité à l’époque (le procès de Wilde). La plume de l’auteur est fluide, agréable à lire. Je me suis vraiment régalée avec cette lecture bien dosée entre le récit et l’histoire.

Et vous, quel a été votre tout premier coup de coeur de l’année 2016 ?

On se retrouve jeudi prochain pour le premier TBT Livresque de 2017 ! Et entre temps pour d’autres petits articles. Bonne journée à tous et toutes !

Stardust – Neil Gaiman : Conte de fée et poussière d’étoile

img_20161215_135349Ce n’est pas une découverte de Stardust que j’ai effectué avec cette lecture, c’est plutôt une plongée dans un univers magique, un conte de fée bien ficelé que j’ai voulu retrouver au moment des fêtes de fin d’année. J’ai vu le film, j’ai lu le livre une première fois en anglais, j’avais envie de retrouver Tristan une nouvelle fois et je crois que ce sera sans doute un rendez-vous régulier dans ma vie.

Résumé : Un paisible village niché au cœur de la forêt anglaise, non loin d’un mur mystérieux, infranchissable. Mais pas pour Tristan, qui a juré de rapporter à la belle Victoria une étoile filante tombée de l’autre côté … Il y découvre un monde fantaisiste merveilleux où fées, sorcières, licornes et princes sanguinaires se disputent le pouvoir à coups de sortilèges et d’enchantements. Mais gèrent aussi tous les soucis du quotidien en pays magique … (Babelio)

Ce que j’aime particulièrement dans ce livre, dans cette histoire (en dehors du fait qu’elle soit sortie tout droit de l’imagination géniale de Neil Gaiman) c’est que l’on retrouve tous les codes du conte de fée. Je  trouve toujours dans ce genre littéraire une certaine beauté et c’est pour ça que j’aime les réinterprétations des contes de fées, une nouvelle mode mais à laquelle j’adhère complètement. Loin de la réinterprétation de classiques du genre, Gaiman a su construire un nouvel univers magique qui suscite autant de curiosité et réveille les étoiles dans les yeux des lecteurs, et ça, c’est un don particulier qu’il possède et maîtrise totalement.

Gaiman nous entraîne dans une Angleterre victorienne avant de nous faire basculer, lentement mais sûrement, dans un nouvel univers fantastique se situant simplement derrière le Mur. Dès le début, l’auteur suscite donc de la curiosité et une envie d’aventure tout comme son héro Tristan. La présentation de l’étoile, incarnée en Yvaine,  est absolument magnifique et c’est avec beaucoup de poésie que l’étoile est décrite tout au long du récit. Poursuivie par une sorcière et les héritiers du royaume, l’étoile grandit et mûrit de plus en plus, tout comme Tristan. D’ennemi, Tristan devient un ami d’Yvaine, partageant toujours plus pendant leur voyage. Leur histoire est construite avec beaucoup de finesse. Au final, chaque détail s’imbrique dans un autre permettant de surprendre le lecteur à chaque fois.

Lire ou ne pas lire : Stardust de Neil Gaiman ?

La question ne se pose même pas. Neil Gaiman est un de mes auteurs favoris. J’adore les contes de fées. Alors oui, Stardust est évidement à lire pour avoir la tête pleine de magie et de fantastique. C’est une lecture fraîche, simple, mais qui comprend des twists au niveau de l’intrigue qui surprennent même en moins de 300 pages.

Ma note : 20/20

Surprises de Noël – Andreï Kourkov

Noël est peut-être passé, mais il n’est pas interdit de garder une ambiance de magie jusqu’à la fin du mois de décembre. Bon, je l’avoue, j’ai lu le livre avant Noël mais rien ne vous empêche de le noter dans votre wishlist de Noël prochain. J’ai moi-même, au fil du mois, trouvé quelques ouvrages que je voulais lire l’an prochain (et j’en suis ravie car je n’en avais pas en tête). Mais revenons-en au livre. On va voir comment Noël se fête en Russie.

Résumé : Y a-t-il plus chouette cadeau de Noël qu’une nuit dans une isba au milieu des bois enneigés, ou bien un tour en ville sur un tank immaculé ? Cela semble parfait, féérique, tout à fait charmant. Mais dans l’Ukraine un peu folle d’Andreï Kourkov, les choses peuvent vite dégénérer, votre promise se retrouver nue sur scène, votre tour opérateur s’avérer un adepte du tourisme extrême et la Révolution orange contrecarrer vos projets pour les fêtes… Avec ces nouvelles inédites, Kourkov se joue du genre avec brio pour offrir trois fables de Noël empreintes de bizarrerie et d’optimisme. (Babelio)

Le Noël Russe

Il faut savoir que les traditions ne sont pas du tout les même en Russie pour la bonne et simple raison que ce pays a évolué sous la religion orthodoxe et non catholique (chrétiennes toutes deux mais avec des us et coutumes foncièrement différentes, sans rentrer dans les détails de qui admet quoi au niveau religieux). Ainsi, les orthodoxes fêtent donc Noël dans la nuit du 6 au 7 janvier (vous voyez, je ne suis pas si en retard que ça avec ma chronique).

De manière similaire au Noël catholique, les orthodoxes fêtent cette nuit spéciale par un repas composé de 12 plats (connaissant mon estomac, je n’y survivrais probablement pas sachant que je survis déjà difficilement à ce que l’on fait en France même si j’ai appris à dire non lorsque je n’ai plus faim, me rendant compte que faire plaisir à mes hôtes ne signifie pas me rendre malade n’en déplaise à certains). Des messes de noël sont également organisées et, bien sûr, il y a une distribution des cadeaux par Ded Moroz aka le Père Noël aka Saint Nicolas aka Santa Klaus, peu importe le nom que vous lui donnez : c’est le gentil bonhomme qui incarne le bonheur et la bienveillance lors de cette nuit de Noël.

Au final, la grosse différence réside surtout dans la date célébrée, l’église orthodoxe a conservé le calendrier julien ayant 13 jours d’écart sur le calendrier catholique (devenu civil). Les plats traditionnels sont évidemment russes avec l’inévitable koutia (un mélange de blé, pavots, noix, fruits secs et miel que je n’ai encore jamais goûté de ma vie et qui a l’air bien riche).

Surprises de Noël

Le livre se compose de 3 courtes nouvelles écrites par Andreï Kourkov se déroulant en Russie. J’avais déjà lu Le caméléon de cet auteur et autant dire qu’il s’inscrit bien dans la lignée des grands écrivains russes. Sa plume est fluide mais on entre dans un univers particulier, un monde qui nous est étranger car les traditions sont différentes. C’est dans ce genre de cas que je me dis que la religion historique d’un pays conditionne les esprits plus que de mesure. J’ai beau être agnostique, considérer Noël comme une croyance en la magie et dans le Père Noël, je me rends compte que ma compréhension du monde est différente. Et je trouve ça beau et riche (si je connaissais des russes afin de discuter de littérature russe, idem pour l’asie, et la scandinavie…).

Dans ces nouvelles de Kourkov, on est loin de retrouver de la magie au sens où je l’entends : elfes ou miracles. L’esprit de Noël est différent, il passe par une réflexion personnelle qui prend en compte son prochain et l’avenir avec lui.

Alors oui, je peux dire que j’ai été surprise par ces Surprises de Noël. J’ai découvert une autre ambiance pour ces fêtes de fin d’année avec un côté un peu sombre comme tous les livres russes que j’ai pu lire jusque là. Mais au final, cela fait aussi partie de la vie. J’ai donc passé un bon petit moment en compagnie de la plume de Kourkov dont il faudra à présent que je lise Le Pingouin (un de ses classiques avec Le caméléon).

Lire ou ne pas lire : Surprises de Noël d’Andreï Kourkov ?

Le livre est très court : trois nouvelles pour 63 pages. Il est donc rapide à lire et nous mets dans une ambiance de Noël et découvrir une mentalité un peu différente de la notre, ce qui n’est pas inutile dans les temps que l’on vit. La plume de Kourkov est très agréable à lire et la traduction ne semble donc pas être ratée dans cette édition. Bref, un bon petit moment à passer dans la russie hivernale des fêtes de fin d’années.

Ma note : 18/20

Le voyage des élus : sous les étoiles de Laponie – Megane Lopez

Je remercie sincèrement Megane Lopez pour l’envoi de son nouveau livre Le voyage des élus, sous les étoiles de Laponie. Grâce à ce livre, j’ai pu faire un beau voyage dont je vais vous parler tout de suite. Un joli conte initiatique à découvrir avec plaisir sur Amazon.

Résumé : Dans la province de Laponie, Elléa, une petite fille du peuple sàmi admire les aurores boréales avec son ami Nils, un renne un peu particulier. Guidés par les forces et les esprits mystiques de la nature, ils vont connaître ensemble la plus grande aventure de leur vie. Elle leur permettra d’atteindre le village du Père Noël et de percer les mystères des terres sacrées. Leur voyage extraordinaire va les mener au-delà de leur imagination et bien plus encore…(Amazon)

 Deuil et voyage initiatique

Dans ce nouveau livre, Megane Lopez aborde un joli conte pour enfant, appréciable aussi par les adultes. La jeune Elléa vit en laponie et les traditions de son peuple sont bien différentes des notre. Pour traverser le deuil de sa grand-mère, la jeune fille découvre ses capacités et part dans une sorte de pèlerinage qui la mènera dans le village du Père Noël. Proche de la nature, Elléa fait partie des élus, son meilleur ami est un renne avec qui elle communique depuis toute petite. Les deux amis traversent terres et saisons, rencontrent des amis et des guides, jusqu’à parvenir à la fin de leur quête.

Malgré la multiplicité des personnages secondaires, et notamment des guides, qui a tendance à perdre un peu le lecteur, l’auteure nous raconte avec beaucoup de douceur une histoire magique où le deuil doit être fait et où la nature a une importance primordiale. C’est un voyage initiatique où l’héroïne apprend la vie et doit faire des choix afin de devenir adulte.

Plusieurs dimensions éducatives

Autant, on peut lire ce livre tout simplement, comme il est : une belle histoire saupoudrée d’un soupçon de magie et de dépaysement, autant on peut y trouver de quoi discuter avec un enfant qui lit l’ouvrage. Ce conte aborde la géographie avec la Laponie, mais également sa culture grâce aux recherches faites, il aborde la notion de deuil, de spiritualité, et de croyance (que ce soit dans le Père Noël ou la magie). Les élus venant d’horizons totalement différents, il peut également être le point de départ à une recherche sur les pays des autres élus. Un beau travail pédagogique et complet peut se faire en amont, mais aussi après lecture.

Lire ou ne pas lire : Le voyage des élus, sous les étoiles de Laponie de Megane Lopez ?

Je ne peux que vous conseiller ce roman enchanteur. En abordant le mythe du Père Noël en prime, c’est une lecture parfaite pour la saison et j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver la plume de cette auteure prometteuse qui me surprend à chaque fois. Si vous aimez la magie, les voyages, la découverte, la Scandinavie… N’hésitez plus et foncez lire ce joli conte : vous avez encore le temps, décembre n’est pas terminé !

Ma note : 18/20

Vous pouvez retrouver ma chronique de son premier livre : Comme un battement de coeur – Sam Olzy (nom de plume)

Baladez-vous sur son blog où elle raconte l’histoire de ses livres et son aventure littéraire : Le monde de Megane

Et pour vous procurez le livre en numérique ou en papier : Le voyage des élus, sous les étoiles de Laponie – Megane Lopez