Valmont – Miloš Forman (1989)

Le film de la semaine n’est clairement pas un film d’actualité puisqu’il date de 1989. J’aime bien de temps en temps et beaucoup de mes films préférés sont même en noir & blanc. Autant dire que vous risquez de voir passer une chronique sur Casablanca un de ces jours. Mais revenons-en plutôt à Valmont de Miloš Forman. Le film n’est ni plus ni moins qu’une adaptation du roman de Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses. Oui, oui, vous ne vous trompez pas, il y a un autre film…datant aussi de 1989 avec John Malkovitch. Sauf que chez Forman, c’est Colin Firth qui prend le rôle du vicomte de Valmont. Difficile de passer à côté d’une petite comparaison…

Synopsis : Rien ne résiste aux entreprises de séduction de la Marquise de Merteuil et du Vicomte de Valmont. Ni la jeune vertu de Cécile de Volanges, ni la pruderie de la présidente de Tourvel, ni les purs sentiments du Chevalier Danceny. Sous les lustres de l’Opéra et sous les frondaisons des parcs, dans le secret des alcôves et dans les lettres remises en cachette, la comédie de l’amour déploie ses jeux, ses masques et ses pièges. Mais au-delà de l’échiquier des stratégies libertines se tisse un réseau de tendresses et de désirs plus profonds.
Unis par leurs complots et leurs secrets, Merteuil et Valmont règnent sur les salons et les boudoirs de cette aristocratie qui ignore que sa fin approche. Tels deux seigneurs sur le même territoire, ces virtuoses de l’intrigue amoureuse finiront par s’affronter. Et dans ce duel sans merci, un sentiment sincère est une faille mortelle. (Allociné)

Je l’avoue totalement, la seule raison qui m’a poussée à voir cette adaptation c’est la présence de Colin Firth dans le rôle de Valmont. Faut dire que l’autre film est excellent, que j’adore Malkovitch que je trouve excellent dans le rôle de Valmont et que je n’avais aucune curiosité pour une autre adaptation. Jusqu’à ce que je vois le casting.

Et là, inévitablement, vient la comparaison Malkovitch VS. Firth. Dur. Tellement dur. Parce-que j’ai adoré Colin Firth dans ce rôle de Valmont. Autant que John Malkovitch. Pour moi, les deux films sont extrêmement bien réalisé. Mais loin d’être des copiés-collés, ce sont des visions différentes de cette histoire tout à fait particulière du roman de Laclos. Là où le film de Stephen Frears (avec Malkovitch) fait ressortir un côté très sombre et malsain de ce jeu de séduction entre Valmont et Merteuil, le film de Miloš Forman, lui, s’attarde sur l’absurdité de ce jeu et apporte un peu de ridicule à la situation. C’est une vision assez particulière mais qui m’a paru tout aussi intéressante en tant qu’interprétation d’un récit datant de 1782.

Ce que je reproche à Valmont de Forman, c’est le casting (oui et non). Les acteurs jouent vraiment bien, sur ça, je n’ai rien à redire. Mais je les ai trouvé un peu trop jeunes pour le rôle qu’ils devaient jouer (Valmont et Merteuil). L’histoire sous-entends qu’ils ont un minimum d’expérience en la matière et… désolée Colin mais tu as l’air d’avoir 19 ans dans le film (même si ce n’était sans doute pas le cas)… Je pinaille un peu mais mine de rien, ça joue quand même sur l’aspect de la vraisemblance.

Au-delà de ce petit défaut, j’ai beaucoup apprécié la façon de jouer d’Annette Benning dont les sourires et les regards retracent très bien la femme calculatrice qu’est la marquise de Merteuil. Le gros plus, c’est la scène de la baignoire qui plante une duchesse particulièrement féministe et en avance sur son temps. Une interprétation qui ne me semble pas transparaître dans l’autre film (à moins que je ne l’ai vu trop jeune pour voir ce détail).

Mention spéciale aux costumes que j’ai trouvé vraiment superbes. Les robes semblent être faites avec des tissus de qualité et les costumes colorés de Valmont vont à ravir à Colin Firth.

Voir ou ne pas voir : Valmont de Miloš Forman ?

Eh bien oui. Même si vous avez déjà lu le livre, ou vu l’autre film (qui me semble plus connu). Ce Valmont est encore une oeuvre riche qui apporte une lecture un peu différente de ce qu’on a pu voir jusque là. Certes Miloš Forman prend quelques libertés avec l’histoire, mais l’essentiel du message y est avec une interprétation particulière : féministe du point de vue de Merteuil, et absurde-ironique concernant le jeu de séduction auto-destructeur des deux protagonistes. Bref : une adaptation qui vaut la peine d’être vue !

Ma note : 19/20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

9 réflexions sur “Valmont – Miloš Forman (1989)

  1. Pingback: L’heure du bilan – Novembre | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s