[TAG] Ma bibliothèque de rêve

Coucou les booklovers,

On se retrouve aujourd’hui pour un nouveau TAG. Et en plus, c’est un TAG vraiment pas comme les autres car c’est la Tête en Claire en personne qui l’a créé ! En plus d’être une copinaute que j’apprécie énormément, sa création est géniale. Je vais donc m’empresser de créer la bibliothèque de mes rêves grâce à elle car si j’avais une petite idée de la pièce dans ma tête, ce n’est pas poussé dans les détails. Vous pouvez déjà retrouver la bibliothèque idéale de Claire sur son blog avant de découvrir la mienne.

1. Avant d’avoir une bibliothèque, il faut avoir une maison (ou un appartement) où la mettre. Où serait la maison/l’appartement de tes rêves? 

Après réflexion, et même si je préfère les appartements, j’avoue que ça me plairait particulièrement d’avoir une petite maison, pas très grande, pas très cossue (mais très cocon à l’intérieur), perdue seule au milieu de nulle part (surtout au milieu de la nature). Mon plus gros plaisir ce serait de ne croiser personne d’autres que des hiboux, des cerfs, sangliers, faisans et lapins (même adultes). Je sais, ça demanderait de pouvoir vivre en autarcie mais bon, admettons que je puisse ok ?! Ou alors j’ai un service de livraison perso en prime !

2. Maintenant que tu as la maison, où est la bibliothèque? 

Dans ma petite maison (pas dans la prairie mais dans la montagne), il y a des livres partout. Dans chaque pièce. Bon, c’est déjà complètement le cas chez moi, mise à part dans la salle de bain (où j’aurais peur qu’ils s’abîment à cause de l’humidité), il y a des livres partout et j’adore ça. Ce sera la même chose partout où je poserai mes valises. C’est un fait.

3. Quel type d’étagères utiliserai tu?

L’idéal, ce serait de simples planches de bois allant d’un pan de mur à un autre pour rentabiliser l’espace et en avoir un maximum pour ranger la totalité de mes livres. Il faudrait aussi que je puisse les ranger par éditions, auteurs et hauteurs !

4. Cite trois meubles que tu voudrais absolument voir dans cette bibliothèque (en dehors des étagères bien sûr).

Sachant que c’est la totalité de la maison qui ferait office de bibliothèque, il devrait y avoir tout le nécessaire pour vivre. Cela dit, je vais me cantonner du coup à mon coin lecture proche d’une baie vitrée donnant sur les montagnes.

Une table basse en bois : pour empiler mes livres en cours de lecture. Pour les romans, ça m’arrive assez peu de lire des livres en même temps, par contre pour les BD/mangas, livres historiques, beaux livres ou scientifiques, bref tout le reste…que je puisse feuilleter à tout moment.

Une grosse plante verte : j’ai beau ne pas avoir la main verte du tout, je me sens mal dans une pièce à vivre qui n’a pas de plantes. Bien évidemment, il y a plein de plantes et de bambous dans ma maison-bibliothèque, notamment dans mon coin lecture.

Un guéridon : j’aime bien ces petits meubles sur lesquels on empile toujours un peu de bordel. Un guéridon vide ou rangé, c’est un catalogue ikea pour moi. Une pièce et les meubles doivent vivre et, sans être en désordre, on peut y laisser un magazine, une tasse de thé, quelque chose qui montre que le lieu est vivant.

5. Quel serait ton système de rangement idéal, si tu n’avais pas à te préoccuper de la pénibilité? 

Je ne sais pas si j’aurai un système idéal, tout simplement parce-que mes critères ne peuvent pas se combiner. Je pense que chaque saison, ou une fois par an, je modifierai mon rangement : une année, ce serait par auteur, une autre, par éditions/collection, puis la suivante par genre.

6. Quels sont tes indispensables pour égayer tes étagères? 

Depuis quelques temps, j’aime particulièrement la sobriété. Je n’ai jamais été très bibelots, j’aime en avoir, mais pas des tonnes. Alors dans ma bibliothèque idéale, j’aurai quelques figurines de renard qui traînent par-ci, par-là. Mais j’aurais surtout des bougies, beaucoup de bougies. Que je n’allumerai certainement pas près des livres mais sur ma table basse et mon guéridon.

7. Si ton budget était illimité, quel livre de luxe ajouterai tu à tes étagères?

J’ai tendance à préférer les poches, pour des raisons pratiques, je fais suivre mon livre partout où je vais alors poche/liseuse sont les formats idéaux à mes yeux. Mais si je devais vraiment avoir des livres de luxe…. J’aurais probablement des Beaux-Livres sur chaque mouvement artistique sur une étagère et sur une autre, j’aurais des Beaux-Livres photos sur chaque pays du monde.

8. Quel serait LE fauteuil de lecture que tu voudrais absolument avoir?

Ce ne serait pas un fauteuil pour moi. Tout simplement parce-que j’ai une mauvaise circulation dans les jambes, que je change très souvent de position donc, et qu’il me faut pouvoir les allonger de temps en temps. J’opte donc pour un beau canapé, simple mais confortable, face à ma baie vitrée. PAR-FAIT !

9. Qui est autorisé à rentrer dans ton antre?

Mh. Comment dire. Personne. Cet endroit, c’est ma retraite. C’est un endroit où je peux lire et écrire sans être dérangée, je peux penser à ça toute la journée sans aucune distraction.

10. Pour finir, lâche toi, décrit en un paragraphe (ou plusieurs si tu es inspiré) la bibliothèque de tes rêves . 

Les questions précédentes ont déjà bien prémaché le travail car au final, ma bibliothèque est au milieu de nulle part. C’est un endroit silencieux, sans bruit parasite autre que ceux de la nature. Les murs sont recouverts d’étagères remplis de livre alors que sur la table basse, au centre de l’unique pièce à vivre, plusieurs livres photos sont ouverts, sur les pyramides d’Egypte, les statues de l’île de Pâques et le Taj Mahal. L’un des murs, celui donnant sur le sud, est une immense baie vitrée par laquelle le soleil entre pour inonder le canapé pleins de coussins dans lequel je suis vautrée, un livre dans les mains. Côté cuisine ouverte, la bouilloire siffle. C’est l’heure de faire mon thé avant de reprendre ma lecture…

Pour ce superbe tag de la Bibliothèque de mes rêves, je nomme :

A vos photos pour nous faire découvrir votre bibliothèque parfaite ! N’hésitez pas à reprendre le tag et le faire tourner pour celles et ceux que je n’ai pas nommé parce-que ce tag est vraiment super. J’ai passé ma soirée sur pinterest à regarder de superbes photos et à construire mon bel univers. Je pense qu’à présent, cette bibliothèque sera mon propre palais mental.

Publicités

Interlude Musical #1 : Halloween

interludemusical

Coucou les booklovers,

Je vous en parlais sur facebook récemment, je me suis dit que ça pouvait être sympa de faire un article rapide, le week-end pour vous faire découvrir ou redécouvrir une chanson, un album, un artiste. Que ce soit saisonnier, selon l’actualité musicale ou seulement un instant nostalgie, je vous propose donc le tout premier aujourd’hui. Et quoi de mieux que de célébrer Halloween à la veille de cette fête des morts et des monstres.

Bienvenue à Halloween – L’étrange Noël de Monsieur Jack

Tout le monde, ou presque, connaît L’étrange Noël de Monsieur Jack et quelle prouesse de la part de Tim Burton de parvenir à fusionner ces deux belles fêtes. Parce-que Halloween c’est aussi se dire que Noël approche au final. Mais avant toute chose, célébrons les monstres.

J’ai toujours adoré ce film, d’ailleurs, je compte bien le visionner encore demain, pour la énième fois. Sans connaître les chansons de par coeur, je les fredonne volontiers avec le film et c’est toujours un grand plaisir de retrouver ce film d’animation.

Et vous, à quelle chanson associez-vous Halloween ?

L’heure du bilan : mois d’Octobre

lheure-du-bilan-octobre

Voilà déjà la fin du mois d’Octobre qui arrive et il est temps de faire un petit bilan. Un bilan pas franchement super car je n’ai pas réussi à lire tous les livres que j’avais prévu. Je crois bien que j’ai eu les yeux bien plus gros que le ventre ! C’est vrai que je ne lis pas très vite, j’aime prendre mon temps mais c’est vrai aussi que fin septembre j’avais commencé Emma de Jane Austen, qu’il est assez épais et que je l’ai terminé au début du mois, je n’avais pas pensé qu’il me faudrait un peu de temps, quand même, pour sa lecture.

Commençons par les livres lus durant ce mois d’octobre :

  • Emma – Jane Austen
  • La franc-maçonnerie – Jak Chaboud : de quoi faire tomber quelques idées reçues
  • Les pêcheurs d’étoiles – Jean-Paul Delfino : dans le cadre de la masse critique Babelio (éditions Le Passage). Un livre qui frôle le coup de coeur!
  • Moriarty, Le chien des d’Urberville – Kim Newman : en lecture commune avec Alec et Isa. Un excellent livre qui aurait du s’appeler « Moran ».
  • Le feu de la Sor’cière (Les bannis et les proscrits #1) – James Clemens (à venir) : en lecture commune avec Adlyn. Je le termine dans la journée et sans vous spoiler, je me suis régalée.
  • La louve et la croix – S.A. Swann (à venir)

Du côté des acquisitions, bizarrement j’ai moins lu ce mois-ci, mais j’ai totalement craqué (merci Gibert Joseph et ses livres d’occasion qui font mal à ma PAL) :

  • Arcadia – Fabrice Collin
  • Le chevalier (Haut-Royaume #1) – Pierre Pevel
  • L’héritier (Haut-Royaume #2) – Pierre Pevel
  • Prince Lestat – Anne Rice (ça compte à moitié, je l’ai déjà lu en VO…mais je vais le relire quand même)
  • Illuminae (Dossier Alexander #01) – Jay Kristoff & Amie Kaufman

On file maintenant du côté des écrans où j’ai tenu ma promesse de vous proposer un film par semaine :

Je pense toujours à vous faire quelques articles sur les dramas coréens d’ailleurs mais je n’ai pas encore eu le temps de me pencher dessus. Ce mois-ci, j’ai vraiment eu l’impression de n’avoir le temps de rien, c’est dingue.

Ma mission du mois prochain : mieux gérer mon temps et ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre ! Je participe également au prochain club de lecture du Petit Pingouin Vert et je m’en fais une joie !

Je vous souhaite un bon mois de Novembre plein de chocolats chauds, de vêtements fluffy et de bonnes lectures.

Throwback Thursday Livresque #1

throwback

Depuis que Bettie Rose a lancé son Throwback Thursday, je me tâtais à participer. En ce moment, je cours un peu après le temps et je n’étais pas sûre de tenir longtemps. Mais l’envie est plus forte et je vais faire de mon mieux pour vous proposer des livres sympathiques durant ce petit article hebdomadaire. Vous pouvez retrouver retrouver son joli blog sur Bettie Rose Books ainsi que son Throwback Thursday de cette semaine.

Ce nouveau rendez-vous est inauguré avec une semaine dont le thème est FRISSON.

Pour éviter de me répéter, je ne choisirais pas l’un des livres que je vous avais conseillé de lire pour Halloween il y a quelques jours, ça ne servirait à rien. Je vais donc innover et pour frissonner, je vous propose un classique qui émoustille l’imagination.

Le Portrait de Dorian Gray – Oscar Wilde

Oscar Wilde est un de mes auteurs favoris, que j’ai beaucoup étudié durant mes études, mon seul regret c’est de ne pas vous en parler autant que je le vaudrais sur le blog car j’ai déjà lu toute sa bibliographie. Je pense les relire un jour mais ce ne sera pas pour tout de suite et en attendant, je suis frustrée.

Je profite donc de ce Throwback Thursday pour vous proposer Le Portrait de Dorian Gray, unique roman de Wilde qui dépeint une société victorienne aussi hypocrite que dépravée et lugubre. Le jeune dandy, Dorian Gray, fait faire son portrait par un peintre et durant la création de ce tableau, il fait un vœu qui va le lier pour le meilleur et surtout pour le pire à sa toile.

Tout le monde connaît son histoire, des films ont été tiré de ce livre dont le plus récent  avec Ben Barnes dans le rôle titre (sans oublier Colin Firth, le seul et l’unique) :

Les critiques sont mitigées sur ce film, mais pour ma part, j’avais beaucoup aimé et retrouvé une ambiance que j’avais ressenti durant ma lecture du livre. Le film va évidemment beaucoup plus loin que le livre et ce que Wilde suggère et laisse imaginer au lecteur car il ne pouvait peut-être tout simplement pas l’écrire à son époque, le film le montre sans aucune honte.

Voilà pour ce tout premier Throwback Thursday livresque, j’espère qu’il vous a plu et qu’il vous a donné envie vous (re)plonger dans Le Portrait de Dorian Grey histoire de frissonner un peu.

Woochi – Choi Dong Hun : un magicien en Corée

Pour le film de la semaine, on part en Corée. L’autre soir, je ne savais vraiment pas quoi regarder même si j’avais envie de voir un film, je voulais surtout quelque chose pas prise de tête. Et voilà que je tombe sur Woochi de Choi Dong Hun, classé dans les comédies… Déjà un film coréen avec un magicien, ça m’intrigue, si en plus c’est une comédie, je veux voir ce que ça donne. Résultat….

Synopsis : Wooshi, un Taoïste indiscipliné et coureur de jupons des temps anciens, atterrit au 21ème siècle et sème la pagaille avec ses pouvoirs magiques. (Allociné)

Remarquez comme Allociné s’est cassé la tête pour rédiger le synopsis du film ! Je veux bien que l’histoire soit simple, cela dit, ça ne me dit pas grand chose sur ce que je vais y trouver dedans à part un Taoïste zêlé doté de dons étranges qui voyage dans le temps. Pour le coup, on peut difficilement synthétiser encore plus l’histoire. Si je vous dis que ce Taoïste est en fait un magicien tiré d’une légende coréenne (Jeon Woo Chi) qui, oui est une tête brûlée, mais se retrouve mêlé à la destinée de trois divinités taoïstes chargées de veiller sur une flûte contrôlant des gobelins. Après avoir combattu le magicien Hwadam voulant s’emparer de la flûte, il se retrouve appelé par les divinités au XXIe siècle pour terminer son combat contre son adversaire. ça claque déjà un peu plus non ? Au moins, ça rend un peu plus curieux.

La légende de Jeon Woo Chi

J’ai voulu faire des petites recherches sur la légende coréenne originale de Jeon Woo Chi mais force m’est de constater qu’on ne trouve pas grand chose. Sur les pages françaises, introuvable. A croire que les légendes coréennes n’intéressent pas les français-speakers. Pourtant, certaines sont vraiment sympathique comme celle du Gumiho (le renard à 9 queues).

Du coup, j’ai cherché en anglais et… pas grand chose non plus n’en est ressorti mise à part une page wikipedia. Je suppose qu’en cherchant en hangeul (l’alphabet coréen), je trouverais beaucoup plus d’informations, mais je ne lis pas le coréen, pas plus que je ne le parle, alors je vais devoir me contenter de la maigre page wiki comme moyen d’instruction.

Selon wiki, donc, (à prendre avec des pincettes) Jeon Woo Chi est un des magiciens coréens les plus célèbres. Il est connu pour être un trickster (impossible de trouver un mot français adéquate, google trad me propose « filou », ça m’a fait rire) dans la litérature coréenne. Selon un écrit de Yi Deak Moo, Woo Chi se serait rendu au temple d’une montagne durant son plus jeune âge pour étudier dans un environnement silencieux. Lorsque le vin du temple disparaît, les moines accusent Woo Chi, alors qu’en fait il s’agit d’un Gumiho. Woo Chi l’attrape. Pour se libérer le Gumiho offre à Woo Chi son grimoire qui, en le lisant, devient le puissant sorcier de la légende.

Comme toute légende, il semble y avoir d’autres versions que mentionne cette page wiki. Cela dit, la page reste assez vide comme vous avez pu le constater avec le lien plus haut. Je crois que je vais devoir me mettre au coréen si je veux en savoir plus !

Le film : Woochi, magicien des temps modernes

Déjà le titre français a de quoi me donner des boutons. Sachant que le titre original mentionne plutôt son appartenance à la religion taoïste, tout comme le titre anglais The Taoist Wizzard. Je vois pas vraiment le rapport entre le taoisme et les temps modernes. Mais bref, c’est une spécificité française que de sortir régulièrement des traductions de titres étranges.

Le film est construit en deux parties : le combat à l’époque où Woochi est l’élève d’un maître magicien dans une Corée du XVe siècle environ, puis son arrivée dans le monde moderne et la fin du combat. Evidemment, le comique du film repose surtout dans cette deuxième partie où Woochi se retrouve dans un monde qu’il ne connaît plus. Classique certes, mais pas mal fait non plus. Pour ma part, je dois avouer que ce qui m’a fait le plus rire c’est le Sganarelle de l’histoire : le valet-cheval-chien de Woochi. C’est à la base un chien à qui Woochi a donné apparence humaine et qu’il transforme parfois en cheval, au besoin. Il lui fait miroiter de le transformer en humain pour de bon un de ces jours mais le magicien ne le fait jamais.

Bien évidement, vous vous en doutez, il y a une histoire d’amour qui traîne au milieu mais loin d’être le centre d’attention c’est surtout le rôle de la femme en question qui est bien plus important, car oui, elle  joue un rôle particulier que je vous laisserai découvrir.

En soi, ce n’est pas le film du siècle. L’histoire n’a pas rien d’original, les techniques de narration sont connues. Mais, ça reste un bon divertissement et moi qui ne voulait pas me prendre la tête, j’ai été satisfaite de mon choix. J’ai souri quelques fois en dépit de mon humour difficile et j’ai apprécié l’aspect légende donné à l’histoire. Les gobelins ont beau être des lapins volants en armure, ça ne m’a pas choqué pour un film asiatique. Ils ont des références différentes et je trouve ça même plutôt rafraîchissant d’avoir un autre point de vue.

Si vous êtes curieux, Woochi est sur Netflix. Par contre, il vaut sûrement mieux le regarder en VOSTF. Je n’ai pas testé la VF car je ne regarde pas les films/séries asiatiques en vf (trop bizarre), et ça doit l’être encore plus avec Woochi, c’est sûr!

Ma note : 15/20

Ce diaporama nécessite JavaScript.