Agora – Alejandro Amenabar : fanatisme religieux et féminisme

L’autrefois, en habillant Pause Earl Grey pour l’automne et l’hiver, je me suis aperçue que la section Cinémathèque faisait un peu ridicule. J’ai beau adorer le cinéma, je n’y vais pas souvent à cause du prix, et chez moi, je lance plus facilement une série. Résultat : une section quasi vide. Je me suis donc dit que j’allais rattraper ça en essayant de vous proposer au moins un film par semaine durant quelques temps, si j’arrive à m’y tenir.

J’ai donc commencé par le film Agora d’Alejandro Amenabar. Comme je suis beaucoup les acteurs que j’aime, j’avais déjà repéré ce film il y a quelque temps de cela. Non ce n’est pas Oscar Isaac que je suivais, mais bien Rachel Weisz, une actrice que j’adore et que j’admire énormément. En plus de ça, un film qui parle de l’antiquité, ça ne pouvait que m’inspirer. Mais je vous laisse découvrir le synopsis entier…

Synopsis : IVème siècle après Jésus-Christ. L’Egypte est sous domination romaine. A Alexandrie, la révolte des Chrétiens gronde. Réfugiée dans la grande Bibliothèque, désormais menacée par la colère des insurgés, la brillante astronome Hypatie tente de préserver les connaissances accumulées depuis des siècles, avec l’aide de ses disciples. Parmi eux, deux hommes se disputent l’amour d’Hypatie : Oreste et le jeune esclave Davus, déchiré entre ses sentiments et la perspective d’être affranchi s’il accepte de rejoindre les Chrétiens, de plus en plus puissants…(Allociné)

Ce film m’a profondément touchée. Il aborde beaucoup de sujets très intéressants et qui me parlent particulièrement. Il aborde même tellement de sujets que l’on pourrait se demander si c’est possible de parler de tout ça dans un seul et même film de 2h mais le fait que ça ne m’a pas choqué et que je n’ai pas trouvé certains sujets délaissés par rapport à d’autres. Le tout est très bien ficelé. Les thématiques de ce film sont donc : les religions et le fanatisme, la place de la femme dans le monde gréco-romain et dans la religion, les mathématiques et les sciences dans l’antiquité. Le tout rattaché, bien évidement, à un contexte historique marqué : l’implantation du christianisme dans l’empire romain et plus particulièrement à Alexandrie, théâtre des hostilités.

En dehors d’un casting que je trouve parfait, tous les acteurs jouent vraiment très bien, sans en faire trop. Pour un péplum, c’est plutôt rare les bons films alors je tenais à le signaler. Ici rien de tous les écueils habituels : si on sent les moyens financiers derrière, les effets visuels sont bien faits, on ne donne pas dans la surenchère, bref on est très loin d’Alexandre (un film que je ne comprendrai jamais), les décors sont excellent, les costumes également. Le tout passe très bien. Je voulais par contre m’arrêter sur le personnage d’Hypatie qui m’a énormément plu.

Une femme forte qui brave le monde

Hypatie est la seule femme du film. Oui ça peut faire tiquer, mais c’est aussi le discours de ce long métrage : dans l’antiquité, la femme passe de l’autorité de son père à celle de son mari. Hypatie, elle, est une philosophe. Elle a soif de connaissance. Elle ne vit que pour la science et les découvertes qu’elle peut faire de l’univers. Son fonctionnement l’obsède. Si les querelles intestines de religion la touche de plein fouet, sa priorité est d’apporter des connaissances nouvelles, des bases de réflexion à de futurs penseurs. C’est ainsi que lorsque la bibliothèque d’Alexandrie menace d’être ravagée par des fanatiques, elle risque sa vie pour sauver des manuscrits.

Le film raconte le destin de cette femme de savoir qui attire les passions mais les refuse et doit vivre dans un monde en complet changement. Si au départ, elle est a la possibilité de vivre sa passion, ça lui est de plus en plus difficile car elle doit faire face à l’affirmation d’un statut de la femme totalement en retrait de la société. Hypatie est une femme forte, passionnée qui refuse de mettre de côté ses convictions. Son personnage et son histoire prend presque toute la place, il aurait été difficile de faire un personnage féminin même secondaire tant elle prend une place importante dans un monde régi par les hommes.

Religions et fanatisme

Bien évidemment le contexte religieux a de sinistres échos dans notre société actuelle. Une religion s’implante, par la force, et s’oppose à d’autres qui répondent, inévitablement par la force également. Dans ce film, ce sont les chrétiens et les juifs face aux religions polythéistes de l’antiquité, puis les chrétiens face aux juifs. Après tout, le christianisme s’est bien implanté à un moment donné en Europe. Si on met de côté la religion, on peut prendre du recul pour regarder le fonctionnement de l’implantation d’une religion. C’est là que l’on voit un certain parallèle avec les fanatiques religieux d’aujourd’hui.

Et ça m’a beaucoup fait réfléchir car l’Histoire est parsemée de fanatiques qui veulent imposer leur religion ou leur idéologie. Généralement, il s’agit d’une des trois religions du Livre. Des croisades à la seconde Guerre Mondiale en passant par les guerres de religion…Bref, c’est un film qui fait énormément réfléchir et rien que pour ça, j’adore. J’ai vu quelques critiques reprochant au réalisateur de diaboliser les chrétiens… sincèrement, il faut apprendre à regarder un film avec du recul. Dans le contexte historique du film ce sont les chrétiens oui, mais au final, moi ce que je vois dans ce film, c’est plutôt une dénonciation du fanatisme religieux, peu importe la religion en question.

Voir ou ne pas voir : Agora ?

Ma réponse est toute simple : oui oui oui. Le message final que le film délivre est à la fois désespérant et poétique. J’ai pleuré. Franchement, ça m’arrive pas souvent. Je ne dis pas que c’est un chef-d’oeuvre. Au niveau historique, je ne suis pas spécialiste de la période donc je ne sais pas si tout est respecté outre mesure, le fait est que j’ai étudié de manière générale la période et que rien ne m’a choqué. Rachel Weisz déborde de perfection, ce film ne me fait pas regretter d’adorer cette actrice.

En plus de ça, le film, dans tous les thèmes qu’il aborde, fait échos à notre actualité et je trouve ça bien. J’adorerais parler des heures de ce film avec d’autres qui l’ont vu car il a suscité en moi beaucoup de réflexion. Bref, j’ai passé un très bon moment et j’ai trouvé ce film vraiment bien fait. A voir donc !

Publicités

17 réflexions sur “Agora – Alejandro Amenabar : fanatisme religieux et féminisme

  1. Agora est un de mes films préférés se déroulant dans l’Antiquité. Je l’adore! Pour aller plus loin sur le passionnant personnage d’Hypatie, Maria Dzielska a écrit un excellent ouvrage et très documenté sur elle. Et le numéro de septembre d’Histoire et Civilisations a sorti également un article mais je ne l’ai pas encore lu. Sinon, entièrement d’accord avec toi pour Alexandre! J’ai détesté et j’ai trouvé que les acteurs (Colin Farrell et Angelina Jolie très mauvais).

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: L’heure du bilan : mois de septembre | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s