Avant j’étais juste immortel – Juliette Bouchet : parodie vampirique

img_20160921_114515J’ai entendu parler de ce roman l’an dernier lors de sa publication et  le résumé m’a immédiatement rendue curieuse. J’aime bien les histoires de vampires alors bon c’était presque indispensable que je finisse par lire ce livre. Finalement j’ai voulu le garder pour le mois d’octobre et… avec une PAL mensuelle désorganisée je l’ai lu avec quelques semaines d’avance. C’est pas grave, ça donne un avant-goût d’Halloween !

Résumé : Raphaël, quadra bobo puceau malgré lui, vit reclus dans un vieux manoir sur la Côte d’Albâtre, et n’aime les gens que pour les vider de leur sang. Malheureusement, de plus en plus sujet aux intoxications alimentaires, il passe une nuit sur deux le bide en vrac et les certitudes branlantes. Un soir, après une de ses virées, dans un noir couloir du manoir, il tombe nez à nez avec un vieux lord anglais, Sir Roberts. Attendri par l’humour so british du vieux bonhomme, Raphaël le  » transforme « , sans lui demander son accord, pour s’en faire un compagnon. Tous les deux battent alors la campagne à la recherche d’humains gluten free. Des nonnes jouvencelles aux vieux paysans de l’arrière-pays, dénicher un humain qui mange bien devient une mission un brin compliquée. Et tout s’emballe encore davantage quand notre beau puceau aux crocs acérés rencontre une doctoresse à la beauté diablesse. (Babelio)

Pour être tout à fait honnête, j’ai mis un très long moment à savoir si le livre me plaisait ou pas. L’écriture un peu trop relâchée pour paraître naturelle, ça m’a donné un sentiment un peu bizarre et je ne saurais pas vraiment dire pourquoi. J’ai mis un temps fou à accepter ce style et me laisser à sourire aux « blagues » qui parsèment l’ouvrage.

Parce-qu’il faut dire ce qui est, ce livre est une parodie de vampire, clairement. Quand on a pas l’habitude, c’est assez déstabilisant. Un vampire qui ne boit le sang que d’humain, en l’occurrence d’humaines vierges (et pourquoi pas des hommes vierges ?), qui n’ont jamais mangé mcdo, bu du lait de vache et mangé d’autres barres chocolatées de leur vie parce-que ça corromps le sang. Bon en soit, ça fait rire sur la 4e de couverture, ça fait sourire dans le livre aussi…jusqu’à ce qu’une nonne se fasse doigter dans son sommeil. Là, sincèrement, j’ai trouvé ça moche. Moche dans le sens que c’est quand même assez proche d’un viol (c’est un euphémisme). Et j’ai du mal à rire de ce sujet. Humour noir ou pas humour noir.

Mise à part cette scène qui m’a totalement déplu, j’ai quand même réussi à prendre un peu de recul. Le « vampire » de Juliette Bouchet est assez différent des autres mythes vampiriques. Si elle s’attache encore à Dracula, et ce n’est pas une mauvaise chose, elle crée une lignée « pure » avec des vampires nés vampires (et assez rares du coup) et une lignée plus corrompu composée des vampires transformés. Un concept qui change un peu de l’ordinaire et que j’ai trouvé intéressant.

Pour tout dire, son vampire tient un peu du Dracula de Mel Brooks si vous connaissez. Un réalisateur américain qui a tourné quelques parodies de grands mythes tout à fait réussies et convaincantes. Il en a donc fait une sur le vampire, Dracula Mort et Heureux de l’être, que j’aime beaucoup même si ce n’est pas mon préféré des trois que je connais.

Lire ou ne pas lire : Avant j’étais juste immortel de Juliette Bouchet ?

Là est la question. Je n’ai pas complètement détesté le livre, il est par moment plaisant même. Après, ce n’est pas un livre qui marque plus que ça les esprits. Il se lit rapidement et il est court, c’est un gros avantage pour les lecteurs curieux, comme moi, qui peuvent donc assouvir leur curiosité sans que la lecture ne soit trop douloureuse par sa longueur. Mon conseil ? S’il est déjà dans votre PAL, lisez-le, il est quand même sympa. S’il n’est pas dans votre PAL, je ne sais pas si cela vaut vraiment la peine de se le procurer…à moins que ma chronique n’ait piqué votre curiosité.

Ma note : 14/20

Publicités

3 réflexions sur “Avant j’étais juste immortel – Juliette Bouchet : parodie vampirique

  1. Pingback: L’heure du bilan : mois de septembre | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s