Patte de velours, oeil de lynx – Maria Ernestam : méfiez-vous du chat qui dort

C’est une très bonne amie à moi qui m’a offert ce livre pour mon anniversaire cette année. Elle l’avait choisi tout spécialement pour son nombre de pages : une centaine car elle sait que ma PAL déborde et j’ai trouvé ça très attentionné de sa part. J’ai donc pu glisser sa lecture facilement dans mon programme, d’autant plus que j’avais lu des livres assez longs dernièrement et que j’avais envie de quelque chose de plus concis et rapide cette fois. Me voilà donc lancée dans la lecture de Patte de velours, oeil de lynx de Maria Ernestam.

Résumé : Sara et Björn s’installent à la campagne dans la maison qu’ils viennent de rénover. Un paradis d’espace et de liberté pour eux comme pour leur chat. Le couple d’en face, leurs seuls voisins, est charmant. Ils n’ont qu’un seul défaut, leur propre chat, un animal belliqueux qui défend son territoire toutes griffes dehors. Bientôt, une guerre des nerfs s’engage, oeil de lynx contre patte de velours. Et c’est délicieusement cruel. On ne choisit pas ses voisins. Leur chat encore moins. (Goodreads)

Ce petit livre est vraiment surprenant. Je m’y attendais un peu, du moins je l’espérais car les suédois ont ce don du suspense assez présent dans leurs romans et je n’ai vraiment pas été déçue. On commence l’histoire tout simplement, du point de vue d’un chat dominant son territoire. Ce premier chapitre est vraiment écrit de son point de vue et j’ai trouvé ça autant adorable que cruel, bref le chat d’extérieur étant souvent très proche du prédateur qu’il est sensé être, j’y ai trouvé une vraie crédibilité. Maria Ernestam réalise donc une excellente entrée en matière qui nous pousse à poursuivre notre découverte de cette petite histoire.

Et la suite ne nous laisse pas en reste. Si la première moitié de l’histoire reste un peu plate et banale (il faut bien le temps de poser le contexte et les personnages même quand le roman fait 100 pages), la deuxième partie est tout à fait haletante. On retient son souffle, on se pose des questions, on angoisse avec le personnage principal. Finalement, le dénouement arrive et ça fait froid dans le dos. On ne s’attend pas vraiment à quelque chose d’aussi… malsain (encore une fois les suédois sont les pro pour ça, je vous renvoie à Millénium pour les connaisseurs).

Bref, dans cette courte histoire, Maria Ernestam répond avec brio aux attentes des lecteurs : quelque chose de frais, simple mais avec une superbe chute. Je ne peux que vous conseiller ce petit livre qui ravira votre week-end pendant l’été ou une après-midi ensoleillée. Il se lit très rapidement et quand on sort de quelques ouvrages longs, ça fait du bien (on a l’impression que la PAL diminue ! -oui, je rêve-). Alors bonne lecture ?

♛♛♛♛♕

Publicités

10 réflexions sur “Patte de velours, oeil de lynx – Maria Ernestam : méfiez-vous du chat qui dort

  1. Je suis en pleine lecture d’un roman avec un chat comme personnage principal, mais pour le coup ma lecture n’est que mignonnitude, chat gentil et fluffy. J’enchaînerais bien avec Patte de velours, oeil de linx, histoire de changer un peu ^^

    J'aime

  2. Pingback: L’heure du bilan : mois de mai | Pause Earl Grey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s