Quoi qu’il arrive – Laura Barnett : Un couple, trois vies

Voilà un livre qui me faisait de l’oeil depuis l’arrivée du printemps. Son résumé m’intriguait, il promettait une histoire belle et légère et sa couverture m’attirait particulièrement en ces premiers jours de soleil. Je dois donc remercier les éditions Les Escales de m’avoir permis de découvrir Quoi qu’il arrive de Laura Barnett même si je ne me suis pas régalée autant que je l’aurai aimé.

Résumé : Et si vous aviez dit oui, que ce serait-il passé ? En 1958, Eva a dix-neuf ans, elle est étudiante à l’université de Cambridge et la petite amie de David, un acteur ambitieux follement amoureux d’elle. En chemin pour un rendez-vous, son vélo roule sur un clou. Un passant, Jim, assiste à la scène. Que va-t-il se passer ? Ce moment sera déterminant pour leur avenir commun. Un point de départ, trois versions possibles de leur histoire d’amour : le roman suit les différents chemins que leurs vies pourraient prendre après cette première rencontre. Des vies remplies d’amour, de trahisons, d’ambition et sous-tendues par un lien si fort qu’il se renforce au fil du temps. Car, quoi qu’il arrive, Eva et Jim finiront ensemble. (Goodreads)

Oui, le résumé donne particulièrement envie. L’idée est belle, intelligente et rend vraiment curieux. Pourtant quelque chose pèche dans le déroulement de l’histoire. Je ne dirais pas le mot intrigue, parce-qu’il n’y en a pas au final et c’est une des choses qui m’ont gênées dans ce livre. J’aime la fiction mais la fiction où rien ne se passe…. je retrouve Une vie de Maupassant qui m’avait particulièrement remontée contre la littérature classique à l’époque du lycée.

La bonne idée : les choix de vie

C’est ce qui fait tout l’intérêt du roman : son postulat de départ. Son idée de base étant de partir de la première rencontre entre Jim et Eva et d’en tirer trois vies différentes parce-que les décisions prises n’ont pas été les mêmes. Et au départ, c’est une excellente idée. On se dit qu’au final, les choix déterminent un chemin de vie mais ni le bonheur ni le malheur. De ce point de vue là, le roman est très intéressant car on a souvent tendance à se dire « si j’avais pris une autre décision, je serais plus heureuse aujourd’hui » et bien au final, pas forcément car la vie est imprévisible de bien des façons et un seul choix ne détermine pas cette donnée très relative qu’est le bonheur.

Ainsi, le postulat de départ est intéressant et le reste tout au long du livre bien que l’idée aurait pu être poussée encore plus loin pour créer encore de nouvelles version de la vie de Jim et Eva au cours de leur vie (en limitant bien sûr les choses pour ne pas s’embrouiller).

La mauvaise idée : la construction du récit

Pour être honnête, j’ai tendance à préférer le genre fantastique pour cette bonne et simple raison qu’il y a plus de rebondissements. Pourtant, j’ai lu beaucoup de livres de fiction où il y en avait et, encore plus fort, où il n’y en avait pas mais où cela passait très très bien. Alors au final, je pense que ce n’est pas que je n’aime pas la fiction, c’est simplement que je suis beaucoup plus difficile à satisfaire en la matière. L’histoire doit être bien ficelée, et plus important, la construction doit être parfaite.

C’est bien ce qui pèche un peu ici. L’histoire est bien ficelée, certes, mais la construction est bancale et brouillonne. De fait, lorsque les personnages avancent de plus en plus dans leur vie avec enfants et petits-enfants, séparations et retrouvailles, on finit par s’y perdre complètement car les enfants/petits-enfants n’ont évidemment pas les mêmes prénoms dans les trois versions. J’avoue avoir eu beaucoup de mal à ne pas perdre le fil, au début de chaque chapitre j’étais obligée de prendre un moment pour me dire « dans telle version, il s’est passé ça et ça mais pas ça ». Et franchement, au bout de 200 pages, c’est déjà gonflant (le livre en fait 400).

Peut-être que le lire en version papier permet plus facilement de revenir en arrière pour vérifier les histoires (mais ça m’aurait quand même gonflé si j’avais dû le faire de façon systématique), mais je l’ai lu en version numérique et c’est encore pire car le retour en arrière pour vérification n’est pas impossible mais trop contraignant, alors on ne le fait pas.

Conclusion

Le livre n’est pas mauvais en soi et je pense que les adeptes incontestés de la fiction peuvent y trouver leur compte ou le trouver sympathique. Malheureusement, cette structuration de l’histoire m’a un peu gâché le plaisir de la lecture et moi qui m’attendait à quelque chose de frais, je me suis retrouvée avec un ouvrage pas si facile d’accès que cela. Vraiment dommage car le postulat de départ est très intéressant, je ne cesserais pas de le dire.

La meilleure chose est de se laisser tenter si vous êtes titillé par la curiosité car vous arriverez peut-être mieux que moi à jongler entre les différentes versions. Pour ma part, je n’ai pas du tout réussi. Tant pis pour moi. Si vous l’avez déjà lu par contre, je suis vraiment curieuse de votre ressenti…

♛♛♛♕♕

Publicités

9 réflexions sur “Quoi qu’il arrive – Laura Barnett : Un couple, trois vies

  1. Mince alors ! Je ne connais pas du tout ce livre, le résumé m’a donné tout autant envie que toi et ta déception m’a frustrée presque autant que si je l’avais lu moi aussi !
    C’est dommage qu’une si bonne idée pêche par manque de rebondissements (pour ce qui est de la construction, je ne saurais pas dire si ça me gênerait ou non sans avoir jamais testé^^). Avec un si bon postulat de départ, il y avait pourtant de quoi satisfaire tous les publics, en créant une vie purement romantique (« Oh, on s’ignore, se recroise, s’aime, se quitte, se retrouve… »), une beaucoup plus critique (sur le devenir du couple, l’amertume, ou que sais-je encore), une avec des rebondissements inattendus (sans aller jusqu’au meurtre, un accident ou autre chose aurait pu être vraiment intéressant), etc. Il y avait la possibilité de faire tant de choses !

    J'aime

  2. J’ai été agréablement surprise par cette histoire, certains me l’ayant vendu comme le livre de David Nicholls Un jour en 2.0 (que je n’avais pas vraiment apprécié.
    Même si c’ets vrai qu’on s’y perd un peu avec les noms des enfants (surtout des petits enfants pour ma part), j’ai bien réussi à m’y retrouver et j’ai justement bien aimer la construction du roman, comme quoi ^^
    L’idée des trois versions autour de ces deux personnages est original et marche très bien. J’ai adoré suivre Eva et Jim auxquels je me suis beaucoup attaché et voir évoluer leur connexion.

    J'aime

    • Comme tu dis, l’idée des trois versions est extrêmement originale. Peut-être que du coup je m’attendais à un truc énorme ? J’ai quand même aimé le livre mais ce n’est clairement pas un coup de coeur pour moi ^^ »

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s